ARCHIVE

o deus skrivet 803 haiku
Brezhoneg (330)Gallaoueg (63)Galleg (403)Yezh all (7)

Lammat a ran
'barzh ar pri hag ar poull
fentus eo ar goañv.
Dindan ar yourt
spontet gant ar gaouenn
un nozvezh goañv
Lammat a ran
'barzh ar pri hag ar poull
fentus eo ar goañv.
Brumennn war ar stêr
ha dichek ha divergont
al loar alaouret.
C'hwitellerezh ar polis,
Kan feuls an archerien,
'Oa ket droet butuniñ kanab e Breizh.
Kan-ha-diskan
chal ha dichal
n'eo ket echu an abadenn.
Ma arzhig o tiroc'hal
ar mor o dichalañ
trouz an avel 'ba ma fenn.
Pouezh mouezh mamm-gozh
sonerezh tad-kozh
bouchig trouz evito.
An heizez a ouel
ha galv edan al loar
he c'harvig dianket.
Sioul an aer skanv
Mourmouz an diennerez
Gwenn,mourenn ar c'hazh.
Un taol luhed prim
tarzh ar c'hurun 'vel un tenn
tregern ar glav.
Sioul an aer zous
mourmouz an diennerez
mourenn gwenn ar c'hazh.
Pradeier yen ha gleb
ur yourc'hez d'ar pevarlamm
trid ul laouelan.
Kanet 'meus bemdez
Kanet 'meus bep noz ivez
Skuizh on un tamm.
Oua Oua'ta
Brav e kanan neketa!
Evit ur c'hi 'ta
Tchae àr an daol
an difronkadenn 'n em astenn
hemb muzul er bâzâr.
Karanté an tad-moualah
ba kreiz ar brouskoad
'vel ô hloh erhent.
Touseg o kousket
son ar goañv
an erc'h zo louet.
Kan war an touskan
gant tog-touseg ha raden
evit ur c'han ha diskan.
Selaou kan ar ran
ar mintin ribl ar pouldour
kerzenn douloù-deiz.
A Kou-Kou Kou-Kou
diaes ober haiku
a glemm ar c'houkoug.
Son un c'han
muzul an amzer da zont
tik Tak Tik Tak Tik.
An avel 'hop er wern
doc'h ar c'houc'h 'tiskan an houlenn
sed ton ar morson.
Tal an tan dousig
e kanan gant ar gitar
soudarded Oldenburg.
Eus da c'henoù 'tarzh
komzoù skornet strak an tan
ur mic 'lerc'h ' pistol'.
Koroll 'noz war plañch
war al leurenn daou gañfard
lusk lañsus a-unan.
Diskanet en deus va zad
ha va mamm a gan
ton he c'halon frailhet.
Kant tri kan ha tri ugent
a zasson e traonienn
an nevez-hañv.
Mouezhioù dous ha glan
kanennoù Allegri ha Bach
baradoz douarel.
Kan planedennoù an egor
a zasson didrouz
en hor c'horvoù dour.
Morzhol ha tachoù dir
toumperien mein sklent
kabellet glas an ti.
Hiboud hir al Leger
'hed ma lennadenn
kan an douar.
Koag-koag ur vran
war rastell an tele
ganti ar wirionez.
Jakez
kentelioù an noz
Naoned.
Daoust d'az marv kriz
ganet out bet hag e vi
ha bev e chomi.
Ur malvenn erc'h war ma fri,
war ma c'holc'hed
e kousk ar c'hazh.
Un delienn ruz
war al leton
aet eo kuit an alc'hweder.
Takadoù glav stank
ha Bichig o logota
dindan al loar gann.
Don du ha teñval
an oabl leun a stered sklaer
houerezh ar gaouenn.
Gervel kreñv er-maez
ar gurun hag al luc'hed
o kanañ ken kreñv.
An dour o ruilhal
war an doenn du ha glas
war tour-tan ar C'hreac'h.
Trouz plik plok ar glav
goude fin ar wallamzer
kan 'glav o kouezhañ.
Avel o yudal
plik plok an dour o kouezhañ
korventenn o skeiñ.
Sklêrijenn an deiz
al luc'hed o tarzhañ kreñv
luc'hed an heol.
Gant ar gorventenn,
nijal a ra ma empenn
'hed ar wenodenn.
Plik plok 'ra ar glav
klevet mat e vez a bell
war mein-glas an ti.
Pourmen dre ar c'hoad
krik, krak 'ra an delioù sec'h
o kerzhout warne.
Notennoù ar bleuñv
er-maez gant ar gorventenn
lusk an avelioù.
Fest-noz an Ankou
notennoù skiltr e vuzik
kan ar marv mik.
Fiñval war ar son
luskerezh ar festoù-noz
e-kreiz an avel.
Fiñval buan e gorf
dañsal war al leurenn vras
ar fiesta a vo.
Pladennoù platin
a-youl vat pe a-vicher
gouelioù bras ha son.
Sonerezh ha lusk
notennoù ha testennoù
un abadenn gaer.
Tarzhet an arnev
ar plant o nijal er-maez
galv taer an delioù.
C'hwitell an avel
delioù zo skubet fonnus
korventenn spontus.
Koroll an delioù
delioù bev o tont da graz
an diskar-amzer.
Kan 'ra an Ankou
Gwenn-erc'h evel ur fluenn-erc'h
delioù o regiñ.
Kanañ ' ra ar mor
gant teñvalijenn an noz
hag ar glav 'kouezhañ.
Serriñ ' ra an noz
kanañ a ra an avel
an delioù skubet.
An avel o kanañ
laboused o tiskanañ
bleunioù 'tiwanañ.
Delioù o vervel
an avel griz o yudal
trouzioù ar wazh-dour.
Delioù o tañsal
kanañ a ra an avel
difluket ar goañv.
Ar mor dirollet
ar bezhin glas o stlejal
pesked o kousket.
Delioù o tañsal
laboused gwenn o nijal
ha gwez o straka.
Al leur o krenañ
e-mesk an dud en dañs-tro
an Den o nijal.
Dañsal 'barzh ar sal
notennoù jazz o tañsal
fiñval gant al lusk.
Nozvezh vurzhudus
fest-noz o luskañ an noz
dindan al loargann.
Tik-tak 'n orolaj
luskerezh an nadozioù
sonioù mp3.
Un Den o kanañ
e-kreiz glav ar wallamzer
Ankoù o tañsal.
Dañsoù ar bleunioù
kanaouennoù gouez ar gwez
ton bras an natur.
Heol o sevel
kanaouenn c'houez an evn
koumoul o leñvañ.
Ar c'hanaouennoù
an dañsoù hag ar muzik
plijadurioù Breizh.
Dañs ar c'horrigan
'lako al leur da grenañ
pell e-kreiz ar c'hoad.
Samba e Brazil
fest-noz ha fest-deiz e Breizh
plijadur 'pep lec'h.
Deiz gouel Nedeleg
kanaouennoù e-leizh
luskell un nozvezh.
An Ankou ' zo ' tont
o skrijal hag o harzhal
e-kerzh an noz du.
Krik krak an torr-skorn
plik plok ar glaveier yen
delioù o kouezhañ.
An toud o kanañ
an avel yen o yudal
delioù o tañsal.
Douar o leñvañ
dour o ruilhal hed-ha-hed
gwazhioù-red Breizh.
Plik plok trouz an dour
skrijadennoù bugale
buhez pemdez Breizh.
Mont d'an opera
paozioù war sonioù sioul
istor ar broioù.
Mont d'un abadenn
kanerien o huchal rock
sonerezh en aer.
Al lusk en hon c'horf
dañsal hag hunvreal kalz
ur fest-noz rapet.
Muzik an natur
loened skrijus o yudal
dindan al loargann.
Kreskiñ 'ra ar bleuñv
c'hwitellat ' ra an avel
leñvañ ' ra ar gwez.
Brezel ar marv
komzoù bev o c'houzañv mat
kan kriz ar gêriz.
Soniñ mat-kenañ
ha diskanañ a bouez penn
a gas plijadur.
Gwigourat a ra
karrigellig an Ankou
kan ar marv eo
Glav, avel ha skorn
pesked o leñvañ muzik
redoù stêrioù.
Avel o neuial
stêrioù o redek an noz
nozvezhioù muzik.
Dindan al loargann
beuzet en deñvalijenn
ar bleizi o yudal.
Skrijadenn gaouenn
kollet en deñvalijenn
en noz sklaer hep loar.
Troc'hañ a ran koad
raned o koagal er-maez
kan brav an noz du.
Brezhoneg tudoù !
c'hoari gant sonioù ar yezh
lusk pep ger a gont.
Stouvañ ma divskouarn
trouzioù oabl du Breizh a-us
kan ruz dizehan.
Selaou mat pe get
pal ar ganaouenn ez eo
chom a ra em fenn.
Plik plok ar gwad ruz
ar bleiz a yud 'kreiz an noz
rap e brezhoneg.
Rap 'zo en ma bro
sonerezhioù all tro-dro
lusk ar radio.
Richan al labous
ar gwez o c'hwezhañ er c'hoad
aer fresk ar mintin
Raned o koagal
an dour o tiskenn ar stêr
nadozioù-aer glas.
Buhez er fest-noz
meur a ganer o kanañ
sonerezh brav zo.
Kazh o viaoual
ur vuoc'h o vlejal kreñv
labous o kanañ.
Kan al laboused
kan Nedeleg e pep lec'h
trouz ar stêr o redek.
Mouezh vrav ar c'haner
sonerezh flour ar soner
nozvezh er fest-noz.
Kan al laboused
muzik ar glav o kouezhañ
son ar pesk buan.
Kanaouennoù sioul
kanaouennoù disheñvel
kanaouennoù brav.
Poum poum tchik poum tchik
Alem oc'h ober beat-box
ha Krismenn ivez.
E-barzh an oaled
ar vugale o huchal
ha lusk ar muzik.
E-barzh ar skolaj
klevout a reomp deus pell
kan ar vugale.
Ur c'hren-douar zo
kanañ'ra dour an Douar
kan'ra e fulor.
Holl loened ar bed
o deus o c'hanaouennoù
gant lusk pe hep lusk.
War lein e vern teilh
Uhel-mat ha lorc'h ennañ
E kan kog bro C'hall.
Evel evned o nijal
e treuz ar c'han
ha koulzoù ha rummadoù.
'barzh an egor don,
e strink lirzhin ha didrouz kan
ar steredenn-lostek.
Dindan sked ar loargann,
e-kreiz ar bodoù brug ha lann,
ar stivell hud a gan.
Dianket-mik 'don ar c'hoad
Trumm, hiboud ar stivell guzh
Adkavet ma hent 'vat !
Ne ganint ket ken
yer-Indez gwenn ar c'harr-samm
krouget el lazh-ti.
Plac'hed o kanañ
heklev ar poull-kannañ
mouezhioù laouen hor bed.
Liorzh livet e gwenn
kanaouenn ar rujodenn
deus'ta yenijenn !
Kan,kan stêr vihan.
A roc'h da roc'h heul da hent
son an natur o klemm.
Flour, taer pe c'hoazh skiltr,
n'eus forzh da yezh, n'eus forzh live
kan er strinkadenn !
Rock, reggae, hip-hop,
pouez ar vouezh ken kreñv ha 'barzh
ar c'han-ha-diskan.
Lalalaleno
er mikro s'ar Sadorn noz
ar plinn a strinko !
Stlak ar glav war ar geot,
'vel kan an taboulin,
un abadenn e-kreiz ar goañv.
Ur c'hilhog diouzh ar beure,
un iliz da greisteiz,
ur bleiz en noz.
Sourradenn an avel,
strakadenn ar c'hurun,
pebezh abadenn souezhus !
Huchadennoù ar babig,
leñvañ a ra e vammig,
ganedigezh ar vuhez.
Skroeñjal a reont,
kanerien a-feson,
gouelini divergont.
Un den a gan,
un den a leñv,
setu ar vuhez.
Kan an amzer o tremen
en un eurier-traezh,
red ar vuhez.
Klevout huanad an douar
gwelout e boan
gant va daoulagad.
Trouz an dour o kouezhañ
war doenn an ti
evel ur c'han hep fin.
Hiboud an delioù marv
o kouezhañ war ar geot,
an diskar-amzer o tont.
Daoulagad 'vit sellout outañ,
ur vouezh 'vit kanañ dezhañ,
lamm va c'halon evitañ.
Un daeraouenn war da zremm,
kan ar mekanikoù,
moal eo da benn.
Divaskell o flapañ,
ur sell en oabl,
ul labous gwenn-ha-du.
Ur ton karantez
hep piano na gitar :
'vel ur wezenn hep delioù.
An dihuner o seniñ,
kan ar strinkadenn,
diwezhat er skolaj.
Kan ar c'helenner o roc'hal,
ar skolajidi o kousket,
ar renerez o vlejal.
Kan al laboused
a zihun al loened:
digousket ar bed.
Roc'h erezh an dud kousket
gant luskellerezh ar mor,
pegen sioul an noz !
Kan boud an dihuner,
diri koad o strakal,
ur volennad edaj.
Ar waz o c'hragailhat
ar yer o klochañ,
al louarn n'emañ ket pell.
An heol a sav abred,
richan al laboused,
plijus eo ar bed.
Ar bourbout dindan ar pont,
chuchumuchu ul loa-zour
a zistan va spered.
Kokelikelo ar beure,
frond plijus al lein,
va stomok o vourouañ.
Mouskan em divskouarn,
glav o kouezhañ,
avel o c'hoari toull-kuzh.
Bourbout ar stêr
a zo ken heson
en va divskouarn.
Yenijenn e pep lec'h,
daouarn kropet,
hag a-bell, kan an avel.
Yudadenn ar bleizi,
dindan al loar-gann,
o terriñ didrouz an noz.
Un hunvre spontus,
troc'het gant kan ar c'hilhog,
deuet eo ar mintin.
Kan ar morganezed,
digredus ha didruez,
a sach ar vartoloded.
Tud gwisket e du,
marvet ez eus un den,
ar c'hloc'h o seniñ.
Talm-didalm ar galon,
muzelloù o c'hoarzhin,
stered en daoulagad.
Trouz an otoioù nevez,
al linennoù gwenn
gwer eo ar boulomig.
Kan ar vorganez,
douget gant an avel
da-gichen an enezenn.
Ur mintinvezh laouen,
kan al laboused,
ha trouz ar c'hamion poubellenn.
Flokignat a ra ar glav
'barzh ar mor glas
ouzh sklêrijenn al loar.
Reolennoù o kouezhañ,
trouz ar c'hreionoù,
chourikadenn ar c'hleiz.
Me en va gwele,
ur gaouenn digousk
O kanañ evidon.
Sourrad dousik an avel
o hentañ va hunvre
betek an dremmwel.
Kan al laboused
o leuniañ va spered,
o tieubiñ va ene.
Klevout a ran ur ganaouenn,
gwelout a ran gouloù,
ur voest-noz eo.
Mordrouz ar gwagennoù,
skroeñj ar gouelini,
liv ar peoc'h en va c'halon.
Son ar c'hloc'h,
echu ar gentel,
aet omp betek penn!
Son ar mor
dindan an heol,
erru an hañv
Erruet an diskar-amzer,
kan al laboused
o vont kuit d'ar broioù tomm.
Goude kanadeg ar glav,
ha strak ar c'hurun,
kan laouen ar strinkadenn.
El labouradeg,
pebezh laz-kanañ!
fraoñv ar mekanikoù.
Ur strollad merc'hed,
o kanañ 'vel eostiged
war vord ar poull-kannañ.
Kan ar raned,
er poulloù digenvez,
pradeier an nevez-hañv.
Kan al laboused
o flap en nevez-amzer
er parkeier nevez-aret.
Kan ar gwez en noz,
strak direizh ar brankoù,
an aon 'zo ennon.
Hinno an azen,
kan ar c'hilhog,
an ti-feurm o tihuniñ.
Ar ran o koagal en noz,
ar c'helien o tistreiñ,
deuet an nevez-hañv en -dro.
Sourradenn an avel,
stalafioù o stlakal,
kroz ar mor, pell en noz.
En va z-shirt,
o pourmen emaon,
kan ar grilhed.
Soniri ar c'hloc'h,
redadenn ar vugale,
poent 'mont da zebriñ.
Tremenet an amzer,
Ével un hunvre echu,
kanaouenn va buhez.
Va enebour o kanañ e drec'h,
kollet em eus,
blaz trenk ar gerseenn.
Tommder an hañv,
sec'hed he deus en he c'havell,
gwazh-dour na gano ket ken.
Aer fresk ouzh va divjod,
richan al laboused o tihuniñ
redek evit ar blijadur.
Bleunioù o tispakañ
gwennili o kanañ
distro an nevez-amzer.
Yudal betek yaouankaat
betek luskellat
dinec'hañ va drantiz.
Pourmen er parkeier
eürus e miz Eost
gwerz c'hlan ar gwinizh.
Koag ar vran en oabl,
gwigour karr an Ankou,
diougan un nozvezh fall.
Ur vorganez o kanañ,
latar war ar mor,
ur vag o vont d'ar strad
Un den o skeiñ war an nor,
ur gontell en e zorn,
kan ma dent o skrignal.
Kan ar menez-tan,
al lava o redek,
an dud o huchal.
Savet an heol,
c'hwec'h eur vintin
ar c'hilhog o kanañ.
Tevder an erc'h,
donder ar glav,
avel o yudal en oabl.
Vilbezh eo ar violoñs,
met pa son
eo dous evel ar voulouz.
Kanaouenn 'zo
leñvadenn ha
c'hoarzhadenn war un dro.
Harzhadenn ar c'hi,
miaouadenn ar c'hazh:
diwallit, logod!
Ur c'han lusket en oabl,
gwazi tremenerezed,
tost emañ an amzer domm.
Galv ar varc'hadourien,
frond ar spisoù,
ur veaj e Bro-India.
Ur boan euzhus,
ur galon o talmiñ,
leñvadenn gentañ un den.
Koag ar brini du,
tarzh ar c'hurun kreñv,
a-dreñv, an heol o tont.
Yudadenn an avel,
a-dreuz deil ar gwez,
enebourien da viken.
Gwigouradenn an nor
ar sorserez o risignal
tec'hadenn an holl, aonik.
An holl skolajidi o c'hortoz
ar son ken plijus:
ar c'hloc'h o tiridignat.
Gerioù ar barzhoneg,
ur flourad d'an divskouarn
o sioulaaat va c'halon.
Stirlink ar funioù metal
ouzh ar gwernioù
evel galvoù-diwall.
Rock frank Teheran !
Rap engouestlet Gazawat
ton-spi Kobane.
Estreget strivañ
Div, teir c'hannerezed kran
A gan er poull-kann.
Va luskellad 'ri ?
kavell, mamm ha bugelig
mammenn ar peurbad.
Gouelioù bras an hañv
eürusted ar ganerien
trid an dañserien.
An douar a gan
hag ar steredenn a gan
mut eo an heol.
Ar mor a gan brav
hag ar pesked a zañs kalz
betek hanternoz.
An delioù a gouezh
rak an avel a gan kreñv
brav eo da welout.
Ur c'haner a gan
dirak an draezhenn hag ar mor
fromus ha brav.
Trouz bras an erer
dasoniñ a ra er menez
poan divskouarn.
O c'hortoz an noz
al labous a gan
kousket eo ar bed.
Ar gastafiorenn
torret ar werenn ganti
kan Nedeleg.
Nedeleg eo
plijus-tre eo kanañ
pa vez fall an amzer.
An delioù a gan
met mestr eo ar glav
hag an avel.
Ar re all a gan ganin
ur ganaouenn vrav ganit
a son hag a don.
Rimadelloù, ya
Ober n'eus forzh petra, perak ket ?
Ya, rimadelloù !
Kanañ ha diskanañ
emañ ar vugale o tiskan
d'al laboused bihan.
Klevout ar mor
gant ar grogenn mor
an avel o tont.
Kan ha diskan
traoù brav da glevout
pep lec'h eo gwell.
Pep mintin abred
e kanont evidon
dous ha flour o c'han.
Kanaouennoù gozh
a vez adkanet ganto
kozh ha yaouank.
Kerzu, ganet ur bugel
c'hwitell an avel
mousc'hoarzh er gavell.
Kan Mari Vorgan
a luskell ar martolod
en e unan war e vag.
Adingalet ar c'harr
ar c'harrdiour a vourr
rousmouz ar c'heflusker.
Ur balbouserezh drant
dous eo ar c'han
da skouarnioù mammig.
O-unan en noz
gwitibunan a-bouez penn
raned fo enno.
Nozvezh a viz Mae -
an drask-sut er jardin
abadenn brevez.
Kaouen gwenn, labous noz
labous noz, labous gwenn a gerzh a-raok
a-gil, war va doenn-din.
Miaw, miaw
piv oar piv 'mañ o miaoual a bouez-penn
war an doenn, 'kreiz an noz ?
Te, torr-penn
a gan war ar prenestr
debret'peus tout ar greun, 'vel boaz.
E tommder mougus ar sal
ar c'han ha diskan
a ro nerzh dezhe.
Son an dihuner
ur c'han laouen da zañsal
krog a ra an deiz.
O selaou ar ganourion
plijadur genin
startijenn endro.
O selaou ar c'han
tristez ha douster
hag achu an noz gantañ.
Gouloù liesliv
e-barzh ar festoù
ar c'han zo amañ ivez.
Evel an avel
hag an avaloù
emañ ar c'hanoù ken frank.
Ma ene a glev
ur son brav ha frank
evel kurun ha taran.
Kan e miz Kerzu
e tommiñ ma c'halon yen
burzhud Nedeleg.
Ul loen barzh ar mor divent
mestr ur c'han marzhus
se zo doue ar mor.
Ul laz-kanañ tud yaouank
e kanal laouen
aketus on-me.
Daoust d'ar gerioù trist
eo laouen ar c'han
mousc'hoarzh war ma muzelloù.
Mesket ar mouezhioù
stlakadeg-bizied
mousc'hoarzhin a ra an dud.
E-kreiz an natur laouen
kanennoù an evn
hag an amprevan.
Startijenn ar c'han
a domm ma c'halon
skornañ a ra ma empenn.
Iskis pe fromus
entanus pe displijus
ar c'han eo ar c'han.
Dirak ar fenestr
ar vran a ra trouzioù kreñv
displijus ar son.
Mouezh espar ar c'hanour-mañ
e gan burzhudus
zo frealzus din.
Ul loen bras er mor
a gana uhel ha skiltr
talmoù an natur.
Tud yaouank e kanal brav
iskisad hiris
e-barzh ma c'halon.
Pand on kounnaret
e kavan sioulder
get he mouezh frealzus-tre.
Ur c'haner barrek
e-kreiz ur wezenn
stokadennoù sklaer ha moug.
Un nor a wigour
kan iskis er foñs ar mor
boud ha skiltr mesket.
Mouezh ar balumed
disheñvel ar c'han
e tommiñ ma diabarzh.
An deiz a gomañs
ger ur ganenn rap
ha ma c'halon a vousc'hoarzh.
Kanerion a-stroll
e meuliñ o doue
evit an dud o selaou.
Laouen dindan un tog
plouz alaouret
o kanañ a-bouez-penn.
Kuzhet en ti
gant fourmaj en o c'henoù
o kanañ istorioù.
Sonerezh al laboused
ar gwenili o kanañ
distro an nevez hañv.
Kan an avel
trouz ebet gant al loened
goañv er c'hoad.
Erc'h tomm ha tan yen
en ma huñvre dibosubl
ma c'harout a rez.
Trugarez kaner
d'hon lakaat da huñvreal
bann heol er vuhez.
Rimadelloù brav
'lak ar bugel da c'hoarzhiñ
ha da gousket don.
Lea 'gane brav
pegen brokus ar plac'h-se
aet eo d'an Anaon.
Kan diroll ar bed diskiant
kann splann al loar glan
diskan pounner an douger kañv.
Kae da lavar d'ar gouelañ
oc'h ouelañ disehan
eo brav an amzer du-mañ.
E-barzh ur c'hoadig
m' oa kle'et kan ur c'hazeg-koad
me m'oa plijadur.
Dec'h am eus klevet
laboused du oc'h ober
" Piou-piou-piou-piou-piou".
Lusk dous ar c'homzoù
emgav abaf ar c'horfoù
bleuñv er gwez kerez.
Gwazig a gan er prad
beler a dañs war an dour
gant ar geotenn flour.
Kan drant an evned
kalon leun a velkoni
koabr en oabl an hañv.
Miz Kerzu yeñ
kan an avel 'treuzañ ar girzhier
skornet ma fri.
Kan kriz ar mor
houlenus ha spoumus
gourdrouz er peñsou.
Galv ar ganerien
Treant an dañs er chadenn
Tan al lusk er goañv.
E-kreiz Roumania
kezeg ha karrigelloù
kanioù saourus.
E gêr kloz Konk Kerne
dihunet e vezan bep mintin
gant al laboused mor.
E-barzh ma gwele
klevet am eus an durzhunell
o kanañ.
E-barzh ma gwele
klevet 'm eus Tilio
o tiroc'hal e oa.
O pourmen hag o selaou
e Koad ar Moros
kan an avel.
E ti ma mignon Brewen
e klevan ur boc'hruzig
o richanañ.
Er gêr gant Swan
Mammig a gan
"tri femoc'h bihan".
Ul labous a gan
'kichen un neizh wesped :
« ou, ou, ou, ou.... ».
Dindan ar yourt
spontet gant ar gaouenn
un nozvezh goañv.
Gant ar gitar
« Au clair de la lune »
desket gant mammig.
Mammig o kanañ
digor eo ar prenestr
ha me laouen.
Em gwele vleut
klevet ganin un trouz spontus
ma c'hoar o huchal.
Mammig zo aet kuit
ar c'hazig bihan a gan
ur ganaouenn drist.
Al labous diwezhañ
a-raok an noz teñval
skornet ma bizied.
War an draezhenn domm
ur sinago gouelioù digor
joa bras ennon.
Pa oan bihan
troet ganin evit mamm guñv
"yod un tasad bi'n".
Abadenn Ana Vreizh
ar bagad a gan gant Alan
trubuilh ennon.
Barradoù glav warnon
dirak ma c'hael emaon
hep gellout dont-tre.
Kan ' ra al laboused
vad ' ra d'am c'halon
kaoc'h labous ba' ma lagad.
An 'hin bihan a gan
an dud kozh o ouelo
laouen tout an dud.
Kan gant an tad
diskan gant ar mab
ha chikan b'an ti.
Kofig kof
luskell a ra he babig
kan an aeled.
Loar-gann
war an draezhenn
mont ha dont ar mor.
Kan Itron Varia
ma c'halon o tridal en iliz
an dud o kridienniñ.
Ur voualc'h a gan
pa serr an noz
an douster warnomp.
Pred familh
un tamm mezv e gan tad-kozh
distro an nevez amzer.
C'hwezh ar c'hafe
kanañ a ra ar c'hastellodennoù
c'hoant 'm eus dislonkañ.
Sevel a ra mouezh ar vamm
an tad a luskell e vabig
o-unan er bed.
Sioul ha gwenn an hent
trous an troad war an erc'h fresk
mut an otoioù.
Ijinañ a rez un istor
kanañ a ran anezhi dit
sioul eo pep tra.
Reier 'kreiz ar ster
gwez kozh sioul, sked an heol
diwan bro Mamm-gozh...
Geotenn c'hlas an hañv
aet eo an dourgi diwar wel
an dour o skuilhañ.
C'hwezh ar frangipanier
c'hoarzh ar bugel el lamm-dour
laouen ha gleb-teil on.
Kan glas ar sklerijenn
ur vouezh reizh en didrouz
a zigor un hent all.
Heol 'barzh ar gegin
Cocotte Minute o c'hwitellat
gant Luis Mariano.
Fest e korn ar pont
kan ha danserien nerzhus
al latar tro-dro.
Dirak ar mor e Konk Kerne
skrignadeg al laboused mor
brav eo an amzer.
E Paris zo laboused
gant takennoù gwenn
ha pichoned o kanañ.
En noz, ur gaouenn
o kanañ brav
digor ar prenestr.
Babig o leñvañ
ur ganaouenn vrav ha dous
'pad an noz teñval.
An noz o tostaat
« Marv, marv, marv... »
eme al labous du.
War vag ma zad
an oabl glas sklaer hag oranjez
an dour a strak war ar c'hour.
O pourmen gant ma familh
ar glav o strinkañ
war ar sourded.
Laboused kuzhet o richan
koumoulenn zu gant milionoù
kanerien brav anezho.
Amzer vrav
laboused war ar maez
richan ar pennglaouig.
Tatann ma c'hi
o pourmen ganeomp
fuloret ar c'hazh : «C'h ! C'h ! C'h »
Jennifer a blij din
ha Garou ivez
dañsal a ran gant al laboused.
Ar brankoù o strakal
an diskar amzer
o kanañ Liberta.
Oabl sklaer ha sioul
ur c'hwibon a gan laouen
evit e laboused bihan.
Ul labous o kanañ
un den e kichen
kakac'h war e fenn.
Devezh yen em divskouarn
an avel a c'hwezh
e gan dous.
Kan an dour,
kan an tan,
kouezhet ar pod-fer en oaled.
Kounnar al levenez
glac'har an eurvad
ro din da selaou da drivliad.
Ur vouezhig o kreskiñ
fiziañs ar blanedenn enni
mestal ar stêr o vont da vor.
Kan ar Bincoya
a zesach ar martolod Chiload
eus an davarn da strad ar mor.

Si "poume chante, iaù danse
ouéset qui dit verite"
garse ! ton conte est bon...
Su mon badier nu
des mouestrons en belle tenue
biau concert de noùèl !!
A-hao dà n les corzao.
Cric ! Gn'ia pu yer de tabu
pu d'bru, car la neuj chû
Huche o boë
La noë seu ben
La ferzé
Chaontt Albert et Louis
au fricot des Gallès'ries
V'la bin du piézi !
Le cô s'ëcocâille
Le méle subële dans l'futè
Cé la pique du jou
Qanq la prime arrive
dans les haes et dans les arbes
l'ortiesse ét en piace
Le qheur des chantous
erchaofe l'egllize pour qhioqes oures
le cllochier guerzille.
Les éghules s'erétent
la chanterie des papivoles
bernôze l'atenance.
Subble p'tit ouézé
cot(e)rie du bâs du courti
qhel pllézi de l'oui.
Pâ de brut sur le paés
un merl qhi subell
et v'la la noetée !
Haït de s'ent'terouë
alentour un bon fricot
mon monde sont a chantë.
La ferza s'ébrë
jouqèye olmont un chéne
qhi qi reponra ?
Haït de s'ent'terouë
alentour un bon fricot
mon mode sont a chantë
Le ruzet, v'lin massaq
qi vircouéte olva les prèyes
mourmone doucet'ment.
Sous douch', eune chantouse
com' qheur et orchest'
l'iao qi ferzille su sa piao.
Lundi , la chasse ariv'ra
mardi nan chant'ra
aprey l'entèr'ment.
Les oésiao subèlent
le marcao raone dans
l'otë e le chien merienne.
Les oésiao subèlent
la ferzè ulule
les portes cllaquent toute soule.
pllic plloc les carriaos
les bouzines cotissent à haot
Je turlutte sans faosse note
Vezon déz avètt
Merienn danss e ruzè chantt
Nen oui-ti l'taran ?
À-tu wi den l'fàu ?
La ptitt riboulètt s'ehuètt
ol a vantiée fèn
Acoute ma chanterie
clos ben tes yeûs mon qeniao
les réves erivent.
Jaonè den sa caije
ses notes passent à través
mon qheur à mai etou.
Mon qheur a haot
den le mitan d'ene chanson
mon soufl a bâs.
Maettr Le Coq chantaet chantant
son vâlet chantit poulhe :
"pus haot la note ! J' veuz d' l'arjent !"
Le mais dez mouês a meyneit
le monde den l' bourg a dancer
lez gernoulhes a chanter.
Sous le sourai de haote-saezon
la merienne qi dance
ao son dez gerzilhons.
Chante haot coucou
den ma pouchett' y'a deues sous !
y'en ara tourjou...
Le chant pècr d'un cô
évaille les côs des champs
qi li font l'écho.
La plley qi chante su
Les cariao de la crésé
Me fesae bober
L'ève du rusé
Court olva su les chaillo
Coume un chant hétant
Qand les marins bernazë
Fesaen lou merienne
Le baté chantae
Dans l'étabe de mon pépère
Le lét chét dans l'sio
Fét chanter les viao
Un dinmanche à  Saint Gono
est le jou des noces
nan ouaille les clloches.
Un dinmanche dans les cllô
ouyéant la radio
je gatae mon iao.
Dans l'otë d' mémère
un cocar chinou
chantae pour les bèl cocotes.
E le p'tit louitao
fét danser les viao
le matin qant i fét biao.
E le p'tit Louitao
chante o la Marie
dans l'étabe prés des viao.
Monsieu Férey chante
l'hymne du licée
e moè, je n'ae point d'idey.
Nan ouit core au leinrn
le bru de la bouèze
e l'pas m'sure des dansou.
Su le chaillo berluzant
un froumion crécelae
sous le grand soulaï.
Le vent souféle hardiment
e joue d' la musiqe
chaq' jou qe Dieu fét.
Le piver chantae
su son vieû chéne
y a de la plley dans sa voè.
Ao redon du grand soulai
su un arb' failli
un mèl' gosillae.
Les serène chantent
qand le ciel gourgousse
dans la baie de la Fresna.
Devant l'arbe de Néoua
j'ouaille les garsailles
chanter haot en qheur.
L'amour est un chant
un chant pour caoser
joliment des sentiments.
La chant'rie dès le matin
le coq corico
d'la rév'rie nous sort.
Dans les cllô de bllé
a midi ou a menë
le guerzillon chante.
Le chant des corbins
bercent les vers de mon âme
vers ma qervéson.
Le chant e l'taran
des oésiao pllonje la verte
valley dans des vagues.
La mourmoun'rie du vent
cotisse conte les voèle
son chant traverse le temps.
Pourmen'rie au bord de l'iao
j'm'assis un moment
plic ploc chante l'ève.
Piou, piou, piou dans l'arbe
biao tit oésé rouje
s'envole benèse és cieûs.
Tchou tchou subllae le train
boum, boum chnatae l'oume
ding dong, sonnez-maï les clloches.
Je chantae ton corps
tu jouissae la vie
on en parlera encore.
Qant le vent soufèle
les arbe chantent
e les faï dansent pour yelle.
Qant la p'tite fi chante
Les oésiao l'acoutent
E ma, je souris.
Le souflle dodinit sa voès
d'o un tel émè
qi dounit la vie.
Le chant point mortel
d'un farsaille beni
e le tour sans fin d'la vie.
J'ouaille l'ère du vent
subllant dans les boès dormis
revaillant les chants.
La chant'rie des soeur
est encradoey
dans la voûte de Boqhen.

Guidés par les côas
mes pas au bord de l'étang
les ploufs ponctuent l'été.
Les jours gris
épousant le creux rocheux
le vent chante.
Près de chez moi
l'oiseau a mon regard
son chant est le mien.
Celui qui chante seul,
au milieu d'une forêt,
aura-t-il chanté sans faire de bruit ?
Un manteau de brume
les arbres cachent la lune ronde
chant de la rivière.
Théâtre en ruines...
le soir viennent à l'avant-scène
seulement les cigales.
Champ de tournesol -
de plus en plus lumineux
la chanson de alouette.
Jour du souvenir...
parmi les salves de canons
une berceuse.
Pré humide et froid
à la dernière note du merle
un chevreuil s'efface.
Premier froid -
ourlant le silence
quelques notes flûtées.
Un signe de la main
juste avant de partir -
le rossignol chante.
Poudre blanche sur les sommets
se perd sous mes pas
la chanson de l'été.
Au milieu du rond-point
l'homme en chantonnant
coupait de l'herbe pour ses lapins.
Soleil sur les potirons
vents fripons d'automne
pincent les cordes à linge.
Refrain du bal des lucioles
perdu à jamais
ma mémoire ravaudée.
Le chant d'une sirène argent
gèle au creux du lac
mon cœur fond comme un glaçon.
Volée d'moineaux moqueurs
trémolos de ta voix
s'égaillent dans le ciel orage.
Le chant du violon
venu d'un érable
aux teintes d'automne.
La voix du ténor
par-dessus le grand orchestre
un envol d'oiseaux.
Des arches aux voûtes
des colonnes aux marches de pierre
le chant pur du lieu.
Il appelle si fort
Mon rouge gorge chante
Sa douce amante
"Une chanson douce..." -
Je la chante
pour ma maman.
Entre les berceaux
des pieds battent la mesure
des gigues au foyer.
Avant le match, joueurs
et fans chantent debout - un chien
hurle derrière le stade.
Les voix des ténors
répondent à celles des sopranes
puis l'orgue se réveille.
Au-delà des doigts
qui tapotent, le chant des oies
dans le bassin d'eau.
Le vent des roseaux
pliés porte haut ton chant
oiseau délié.
Le chat immobile
surtout qu'il ne chante pas
le grillon d'été !
Cinq, huit, dix oiseaux,
chansons dans le blanc de l'aube
le froid s'envole.
La réforme de l'État
Nantes et les Bretons trompés
hymne à la trahison.
Sous la tramontane
les oliviers scintillants
chantent les aigus.
Le blé blond crépite
sous la mérienne qui danse
chant du pain promis.
Froufrous de leurs ailes
roucoulements doucereux
chant des tourterelles.
Miroir de l'étang -
le chant de la grenouille
emplit l'univers.
Le premier oiseau -
un rameau séché tenant
la neige et le chant.
Chanson de pêcheur -
myriades d'étoiles
le long du fleuve.
Ami, entends-tu
Tous ces oiseaux qu'on enchaîne
Pour la Liberté ?
Chant réconfortant
Du retour à la maison
Murmure entêtant
La voix de la pierre
ce matin couvert d'ombre
la mousse attentive.
Rues sous la neige -
seulement d'une fenêtre
carillons à vent.
Pie méchante, dis
Pourquoi fuit devant ton cri
Cet oiseau joli?
Concert au milieu du champ -
graves des corbeaux
mêlés aux altos corneilles.
« ça y est, on le tient ! »
Évadé, bandit ?
Non, chant choral réussi !
Concert acrobatique
en pleine rue -
martinets en patrouille.
Archipel d'Hawaï -
le chant des baleines
engrosse l'océan.
Mistral hurlant -
le ciel éteint de décembre
prend l'accent chantant.
Chanson au Japon -
avec césium et uranium
des rimes se font.
Soir après soir
un doux chant aimant
me berce et éloigne mes peurs.
Dans une vallée embrumée
chante un cœur heureux
paisible joie.
Les chants militaires aux fêtes nationales
sont remugles galonnés
nausée.
Au gré de la brise
les longs doigts fins des palmes crissent
tournant avec grâce.
Pépiement des brumes
leur chœur s'élève
jusqu'au ciel.
Ma bicyclette
pousse la chansonnette -
roue voilée.
Lieu d'aisance -
son chant et son jet d'urine
sonores.
Simple balade ou course effrénée,
pas appuyés ou pas légers :
chant répété de nos deux pieds.
Voici le printemps :
chante doucement
pour petits et grands.
Grive musicienne,
telle une magicienne,
ton chant me ravit.
Fleurs épanouies,
herbe reverdie :
Dame Nature chante merci.
Le chant des baleines répercuté,
sous le beau ciel étoilé :
appel envoûtant de l'océan.
Un regard, un sourire,
un chant, une mélodie :
doux instant de vie.
Grosses vagues iodées,
ou clapotis léger :
chant de mer éternisé.
Vagues puissantes,
doux clapotis :
le chant des sirènes.
Falaises déchiquetées,
grosses vagues fracassées,
chant de la mer toujours répété
Fourche-bêche active,
rouge-gorge attentif :
petit chant plaintif.
Crépitements
le feu dans la cheminée
le chant des bûches.
Le chant des mouettes
mêlé aux chants des vagues
souvenirs d'automne.
J'aime la tempête
quand le chant de tous les vents
éclate de joie.
Dans l'âtre le feu chante
la vieille femme songe
à ses amours passées.
Nuit des Perséides
je chante Tears in Heaven -
larmes dans tes yeux.
Nuit torride
- chant nuptial des huards
soupirs du ouaouaron.
Redoux de décembre
dans le genévrier
les moineaux s'enflamment.
Deux chats endormis
dans la flaque de soleil
un grillon stridule.
À la pleine lune
solitude en la mineur
pleure une guitare.
Un carabe en marche ~
les trilles du rossignol
s'élèvent légères.
Sur les rochers
le roulis des vagues
fait tanguer mon coeur.
Les hirondelles trissent
froufroutement de feuilles
- le printemps chante !
Le ru susurre -
un frisson d'eau moussue
berce mes émois.
Nuit glaciale -
par les vapeurs du thé
le chant de grand-mère.
Printemps au chantier
une rengaine sifflée
un merle répond.
Dans le cerisier
l'émeute verte des merles
sur trois notes.
Ruelle sombre
une présence derrière moi
kasa-kasa.
Dernier jour d'été -
cet oiseau dont je ne connais
que le chant.
À contre-jour
dans le tilleul nu
le chant d'un merle
Vent du pôle Nord -
le chant métallique
des caténaires.
Va dire au goéland
pleur-ni-chant
qu'il fait beau chez nous.
Masque de la nuit sombre,
chante d'une voix blanche l'ode au vent,
qu'emporte l'été.
Chant muet de la carpe,
égaye mes nuits solitaires
d'un parfum d'automne.
Chante l'arbre en forêt,
pendant la saison des pluies ;
sans oreille, sans bruit.
Messe de Gospel -
la danse divine
de ses seins.
« Douce nuit! »
ouverture exceptionnelle
jusqu'à 23 heures !
Jazz-band de moineaux
blues des matins difficiles
gospel dans la haie.
Une ultime étoile
au chevet de notre nuit-
mélopée des vagues.
Lamento du vent-
et ce miroir sans l'empreinte
du bleu de tes yeux.
Concert de Noël
j'aime le rythme sur la danse
"Alegria".
Vieille rengaine
un pistolet en plastique
braqué sur le caissier.
Jour de chandeleur
la dernière lune de l'hiver
chante dans ma poële.
Concert de février
le grand arbre vocalise
sous le bec du pic.
Au loin, un gong retentit
l'on entend les Moines chantant un Sutra
sentez-vous cette pure sérénité ?
Amaterasu s'éveille
entendez-vous son chant ?
ce chant dissipant les ténèbres.
L'aube se lève sur Yakushima
le chant des oiseaux s'intensifie
c'est le dernier jardin secret.
Shanghai parc Fuxing
le pic vert fait chanter l'arbre
lui, je le comprends.
Première nuit d'été
le saxo tente de bercer
les étoiles.
Parfum de café
dans nos oreilles la couleur
d'une chanson.
Dernier soir d'avril -
d'aussi beau choeur de grenouilles
ailleurs en est-il ?
Poésie chantée -
le violoncelle plaintif
vibre entre ses jambes.
Réveil hitchcockien -
comme vos chants sont stridents
quiscales bronzés !
Un grain de sable
parmi tant d'autres
je ne suis plus seule.
Mon ancienne chorale
ce son unique de l'instant
dans l'harmonie des voix.
Nuit d'été
ensemble veillant le feu
hymne aux étoiles.
Jour le plus long
des danseurs chantent à l'est
le don de lumière.
Festivals d' été
l' exultation des danseurs
la joie des chanteurs
Sur la belle plage
une fille qui chante
et un coquillage.
Sur l'herbe jolie
un garçon chante bien
et la prairie danse.
Les Canadiens chantent
si fort qu'on les entend
chanter d'ici.
Le chant breton
fait danser le monde
autour du feu.
Dans les bois profonds
non, rien ne vous empêchera
de chanter ensemble.
Quand la pluie tombe
une mélodie s'insinue
et ne repart jamais.
La rosée s'en va
et une chanson reste
dans notre petit coeur.
Sapin de Noël
on entend des gens qui chantent
et c'est ça qu'on aime.
Deux grenouilles coassent
à la tombée de la nuit -
pluie le lendemain.
Le vent dans les branches
joue sa mélodie -
printemps qui s'éveille.
Lueurs matinales -
les pêcheurs rentrent du large
au chant des sirènes.
Une si vaste forêt
pourtant un chanteur par arbre
rave-party sauvage.
Le bouvreuil pivoine
petit chant mélancolique
rose rouge sur la neige.
Un merle noir siffle
flattée, la fille se retourne
un sourire aux lèvres.
Ciel rosé ce soir
de la mare aux alytes
monte un chant flûté.
Air de glycine
entre les lèvres du vent
un chant parfumé.
Un jeune pinson
sa partition martyrise
crincrin au jardin.
Belles voix tziganes
au-delà des frontières
voyagent, bienvenues.
Petit canari
tes trilles s'envolent des barreaux
mon cœur de sa cage.
Mon cœur chaviré
au son d'une mélopée
mon souffle coupé.
Curieusement
aucun chant d'oiseau
dans le commencement du jour.
Soudain
le chant d'un oiseau
accompagne la voix du poète...
Le chant du coq
déchire la toile de tente
le ciel promet d'être bleu...
Insomnie par deux -
dans le prunier en fleur
le chanson d'une merle.
Chanson d'eau -
par l'étang de Sakura
la lune se lève.
Toutes seules dans la nuit
à tue-tête toutes en choeur
l'ardeur des grenouilles.
Un beau soir de mai -
concert privé au jardin
la grive musicienne.
Prise de bec
entre deux pies - on échange
des noms d'oiseaux.
Ce soir dans le parc
les étoiles font la roue
un paon se lamente.
Sur l'étang se pose
un problème de crapauds
- croire en quoi ? en quoi ?
Chorales -
dans ces voix mélangées
des siècles d'histoire.
Ce petit ru
juste un murmure
promesse d'un grand fleuve.
Dans le silence
le chant du monde -
bruit de la source.
Une pièce bruyante
un ange passe
je crie.
Légère brise d'été
la rivière me berce
je m'endors.
Rouge soleil d'or
dans le cercle est le chouca
la feuille virevolte au vent.
À Saint-Nazaire
une crête rouge sur la scène
Exploited.
Chanson d'enfance
une chaleur étouffante et
une ronde interminable.
Tu parles beaucoup
mais tu n'empêcheras pas
l'alarme de sonner.
Pub irlandais
le feu crépite en silence
deux jeunes filles chantent.
Allongée dans l'herbe
le chant des oiseaux
je me sens bien.
Mon coeur se serre
mes écouteurs sur les oreilles
une larme légère.
Un corps qui danse
mélancolie en harmonie
la musique comme remède.
Au rythme des cordes
ma main sur la boîte qui résonne
le bois qui chante.
Un soir de blues
l'été sur la rive
la barque s'envole.
Quand je plonge
le bruit du détendeur
je respire.
Souvenirs plein la tête
le bruit du moteur me berce
lentement, je m'endors.
Il fait noir et froid
il écoute du rock
le chant des sirènes.
Effleurement de lèvres
murmures d'une douce chanson
réveil brutal d'un rêve.
Sifflement mélodieux
une femme injurie
deux garçons hilares.
Musique douce
utopie d'un beau matin
je t'aime.
Silence assourdissant
une musique persiste : celle
de sa mélancolie.
Sous une neige molle
un rire éclate, réponse
à une déclaration.
Quelques notes tombant
comme une lourde pierre
une lourde peine.
Télé allumée
bras protégeant un corps
une tête blonde endormie.
La chanson de mon père
emmenant mes souvenirs
résonne dans l'église.
Les arbres sont là 
les oiseaux chantent en coeur
la vie fait du bruit.
Seul un soir d'été
suivi de plusieurs oiseaux
le chant du coucou.
Le chant et le rechant
chaleur des rires éperdus
restes de culture.
Son âme n'est plus
mais elle sourit en paix
mélodie émouvante.
Le salon est tiède
boîte à musique dans les mains
l'hiver froid dehors.
Batterie ou violon
Kanye West ou Vivaldi
la musique, c'est la vie.
Les voitures défilent
brisent le silence nocturne
de ce lac glacé.
Un cri déchirant
au loin les collines
la mort assassine.
Un concert bruyant
entourée de gens dansant
perdue, je suis seule.
Chansonnette inventée
qu'un petit être a chanté
rires étouffés.
Les tombes sur le gazon
nous écoutent chanter
ils doivent s'ennuyer.
Le chant d'une baleine
seule, la maison silencieuse
songe d'une nuit tranquille.
Les vagues bleu marine
son chien courant sur la grève
silence paisible.
Stress de l'examen
seule devant les ténèbres
Georges Brassens en tête.
Une rose des sables
soleil couchant droit devant
vague sifflement.
Avril polyphonique -
à  travers le feuillage, le vent
perd sa voix.
Caprice pour violon -
le rossignol ajoute
un dièse.
Berceuse -
l'enfant à  naître lui donne
un petit coup de pied.
Chants de la mer
dans l'âme des marins
un grand soleil.
Inconsolable
chant triste du vieux saule
pour l'oiseau qui meurt.
Chant du coq
la lune s'esquive
à  pas de loup.
Allongé sur l'herbe
il ne sait plus ce qu'il entend
battements sourds
Le chant des marins
tente de venger Ulysse
sirènes charmées !
Tercet d' hirondelles
sur le fil de ma mémoire
chante la Saint-Jean ...
Le tic du temps
plaque le tac au cadran
qui toque l' instant !
Une marmite sur le feu
chante en sourdine
l'hiver frappe aux carreaux.
Comme il chante
le vent sur les berges
sonate d'été.
Hautes branches du cerisier
le chant du loriot
égrène le temps.
Tard dans la soirée
l'effet sûr de la berceuse -
chat dans la corbeille.
Tête sous le coussin -
tic-tac insupportable
jusqu'à  s'endormir.
Au delà  de la fenêtre
siffle le vent Crivat -
enfant imitant.
Un filet d'eau claire
fredonne de roche en roche
en ton de cristal.
L'averse cinglante,
le vent dans la cheminée
en accord parfait.
D'étier en étier,
les hôtes du marais lancent
un slam endiablé.
Chœur a capella :
à  l'unisson du vent d'ouest,
le cri des milans !
La chouette répond
aux sirènes des pompiers
- nuit philharmonique !
Au chant du loriot,
toute ma bibliothèque
se change en volière !
Le neige craque
comme un bonbon qu'on croque-
fraîcheur mentholée
Cri de l'oisillon
aussi gros que sa mère-
un merle Tanguy
Chant des tourterelles
du même ton qu'autrefois
tu me dis "Écoute..."
Souvenir soudain
joies du thé matins ensemble
la bouilloire chante.
Tambour plus rapide
des esprits guident la voix
le chant du devin.
Chant de rossignol
mes talents de soprano
remis en question !
Tant de feuilles mortes
apportée par le vent
la chanson d'octobre.
Le chant du moustique
habite la nuit de juin
- je ne suis plus seule.
Sur la branche nue
deux oiseaux se bécotent
le vent chante.
Chante l'herbe gelée
au toit, les dents de janvier
le printemps couve.
Depuis son départ
sans relâche nuit et jour
j'entends sa chanson.
La harpe déploie
l'océan et ses nuages -
mon âme d'enfant.
Lune matinale -
la pie râpe sa crécelle
de bois sec.
Entre deux averses,
dans le chant du rouge-gorge,
trois gouttes de pluie.
Le vent se balance
dans les branches de laurier
et berce la nuit tombée.
Plic ! ploc ! chant lointain
enfoui sous les couvertures
sommeil apaisé.
La nuit est si noire
les nuages écrivent un conte
chant seul de la pluie.
Chuchotis de feuilles
le vent comme messager
retour de l'hiver.
Match de foot
on a tous chanté
la Marseillaise.
Par la fenêtre
le chant du rouge-gorge
voix magnifique.
Petites traces sur la porte
le rouge-gorge
fait un joli bruit.
Dans ma chambre
le chant d'un rouge-gorge
parmi mes poupées.
En vacances
un chant mélodieux
dans le camping.
Matin d'été
le chant du coq
j'écoute.
Réveil du matin
les oiseaux chantent
avec mon frère.
Dans le jardin
j'entends un oiseau chanter
il fait beau.
Devant la télé
je chante avec Riana
elle me fait vivre.
Dans mon lit bleu
en écoutant ma maman
je me sens bien.
Ma tati chante
"les petits poissons dans l'eau"
ma petite cousine rit.
Ma mère absente
un rouge gorge chante
dans ma chambre.
Le hibou hulule
je le vois au loin
avec ses grands yeux.
Sur les bords du Blavet
le coucou annonce le printemps
avec ma mamie.
Un matin très froid
une hirondelle tape à  la fenêtre
frigorifiée.
Goutte à  goutte à  goutte
tombe l'eau d'une pompe rouillée -
chant d'automne.
Les baies du clocher
dégagées de neige par les sons
du carillon.
Concert en plein air :
hautbois, trompette, clairon
et une scie à  chaîne.
Cascade dans la forêt
ma maman et mon chien
les oiseaux m'apaisent.
Dans la voiture
la musique débute
je suis bien.
Je suis triste
le chant des oiseaux
me soulage.
Papi et moi
dans le jardin, on écoute
le chant des oiseaux.
Dehors le soleil
un oiseau chante
il est radieux.
En repassant
mon papa chante
et c'est marrant.
Des rainettes enregistrées
je regarde par la fenêtre
les oiseaux voler.
Un grillon le soir
chante dans le champ de blé
jusqu'à  minuit.
Mes parents chantent
« A dada sur mon bidet »
je rigole.
Sur ses genoux
Maman chante «Fais dodo»
et je rigole
Papa se lave
Maman chante en pyjama
et allongé, j'écoute
Sur les genoux de papa
il chante «fais dodo»
pour m'endormir.
Le chant de la mer
et du vent me réconforte
moi qui suis loin.
Au marché en été
chants et danses bretonnes
il faisait beau.
Le jeudi matin
nous chantons
Laila.
Marseillaise
le 14 juillet
Papa défile.
Chez ma Mamie
le bruit des oiseaux
et des abeilles.
Sur l'arbre mort
une mésange sautille et chante
la vie est belle.
Au camping
un oiseau qui chante
bruit aigû.
Dans ma voiture
vitre ouverte, j'écoute une buse
qui piaule.
Un corbeau en Inde
voleur de pastèques
s'envole en criant.
Jouir du silence
à  l'heure de la sieste
- un concert d'oiseaux.
À la balançoire
un oiseau se pose
sur mes genoux.
Juste une sonate
dérobant les autres bruits
au coeur de l'immeuble.
En grande section
nouveau venu à  la maison :
un chien muet.
Les cris de la buse
imperturbable soleil
creusent le lointain.
Je joue au foot
et au milieu du terrain
j'entends le vent.
Dehors, un bruit
dans mon jardin
un oiseau qui chante.
Sur la plage l'été
le chant de la mer
me fait du bien.
Jour férié !
le chant d'oiseau
plus mélodieux.
Silence !
écouter le chant
des bulles de champagne.
Champ de chanvre !
en overdose
de chants d'oiseaux.
Une nuit sans toi
combien de bruits insolites
sans tes ronflements !
Nul croassement
aucune mouche gobée
grenouille de plâtre.
Entre noir et blanc
quelques touches de couleur
tes mains au piano.
Brouillard épais
le chant de l'oiseau
sans queue ni tête .
Dans ma nuit blanche
les trémolos de la hulotte
entre deux silences.
Douceur printanière
sur la carcasse du bateau
le clapot des vagues.
Pourquoi le vent
vient-il pleurer sous ma porte ?
je n'y suis pour rien.
Place Jemaa el Fna
le chant des gnaouas
se disperse au loin...
No satisfaction
le t-shirt de ma voisine
me tire la langue !
Pavillon des fous
le chant du merle dans la cour
non celui d'un homme !
Trille après trille
à  la vitre un merle m'offre
sa brève éclaircie.
Étendant du linge
un merle pose son chant
tout contre le mien.
- Ce psaume franchement
me donne la colique... - Lequel ?
Le miserere !
Crépuscule d'hiver
sur la cité fébrile chant
luxuriant un merle
Imperceptibles
les truites sifflotent dans la mare
et le héron ! gloups.
Milliers de personnes
banderoles, drapeaux, pancartes
bro gozh ma zadoù.
Chant des ouaouarons
guttural et hypnotique -
les grandes chaleurs.
Chant du cardinal
laisse entendre sa copine
qui répond dans l'arbre.
Chorale d'enfants -
ces petites voix veloutées
comme celles des anges.
Chant de la cigale
se fait entendre
tard en soirée.
Un poteau
embouché par le vent
cette mélodie.
Le vent
sur les feuilles du tremble
un bruit d'averse.
Un arbre
plein de piaillements
le départ approche.
Le murmure du vent,
le babil du ruisseau -
un chant apaisant...
Bon chant amoureux
perce l'âme des indifférents -
et ils se sentent vifs...
As-tu entendu
chant des rossignols amants ? -
le meilleur au monde...
On se tue, s'entre-tue
il faut vaincre l'ennemi
Noël - un chant de paix s'élève.
Je chante sous la fenêtre
de la belle endormie - bonheur
un seau d'eau m'asperge.
Chanter juste
je n'y arrive pas
j'ai encore tout faux.
L'amour me fait chanter
mon coeur est léger
merde... c'est le divorce.
Au sommet du clocher
haut perché, transpercé
le coq ne chante plus.
Un coq ébouriffé sur le tas de fumier
les poules s'enfuient
le renard chante cocorico.
Odeur de feuilles mortes
chemin humide dans les bois
long cri d'un oiseau.
... Profond silence...
l'inflexion d'une berceuse
au passé simple.
Le chant du sorbier
l'infini des plaines russes...
et l'amour en fuitttte...
La virevolte
des vocalises en volutes
sous un vent violent.
Pleine lune
le chant des grillons
plus clair.
Après le casse croûte
en échange de son chant
lui laisser les miettes.
Prenant son temps, 
la bergeronnette chante, 
à  l'ancienne heure.
Vent tempétueux
le chant des gréements
dans le port de Vannes.
Aubade insolite
à  l'aéroport de Moscou -
Mongols en transit.
Porté par l'eau
renvoyé par les verrières
le chant de l'aveugle.
Poissons multicolores
battements de mon coeur
une bulle s'échappe.
J'étais nerveuse
quelques notes dans la chaleur de l'été
Moné a pleuré.
Sous la chaleur de l'été
le chant de milliers de personnes
je profite de ce moment.
Printemps en Palestine
Albin, entends-tu le bruit
des polochons qui volent ?
Un chant désagréable
me transporte à  l'école
et brise ma nuit paisible.
Prairie de Carhaix
la voix d'Alex s'élève
Do I wanna know.
Naviguant l'été
crépuscule magnifique
les vagues sifflent.
L'hiver allongé
il me chante une chanson
je m'endors heureux.
Dans la maison en bois
si on tue le loup
dans mon lit j'ai froid.
Le chant doux amer
jolie fleur ou jolie fleur
question épicée.
Chaleur de l'été
à  la nuit tombée
la musique dans une bulle.
Les arbres sont là 
les oiseaux chantent en coeur
la vie fait du bruit.
Le bois attend là 
la mélodie dans le fond
les flammes dansent de joie.
En me levant au soleil
j'entends à  la télé
une chanson que je n'aime pas.
Le battle éclate
ce soir c'est l'éclate
chambre surchauffée.
Le froid et la neige
ce feu dans la cheminée
nous fait tous sourire.
Ce jeudi 16 juillet
Kerampuilh plein de décibels
l'herbe est morte/fumée.
Petite fille tente de saisir
les paroles chantées par son père
que les bougies éclairent.
On va se marrer
malgré la soirée pluvieuse
arrête de chialer !
Torrents de pluie
mon frère et moi
ambiance western.
Voie 5 ensoleillée
sommeil éphémère
musique mélancolique.
Percussion du coeur
un grand silence dans la nuit
musique de vie.
Des corps transpirants
qui se cognent et se bousculent
musique effrénée.
Fin de la soirée
sur cet univers brumeux
le soleil se lève.
Regarde ce clown musicien
condamné à  être drôle
ne deviens pas comme lui.
Une session de surf
dans le fourgon, des chants africains
la joie et la chaleur.
Mariage d'instruments
une harmonie addictive
la musique pour coeur.
Balade à  vélo
les écouteurs sur les oreilles
je percute une voiture.
Dans une seconde
la brume se lève
l'automne vient.
Soirée arrosée
musique berçant le monde
Bob Marley m'endort.
Deux filles qui chantent
pendant qu'un Viking me sert
une crêpe complète.
J'écoute ce bon son
qui me fait tourner la tête
je suis fatigué.
De bon matin
chanson bretonne dans l'auto
un réveil joyeux.
Le chant s'élève
silence au milieu de l'église
un sanglot éclate.
Avec ses touches harmonieuses
et cette voix mélancolique
les souvenirs restent.
Seul et plein d'espoir
au seul rythme du temps
je me suis endormi.
Ballade dans un bois
le sifflement de l'oiseau
et le bruit des feuilles ?
Mon père presque chanteur
flûte et paroles désaccordées
envie de tranquillité.
Aux Vieilles Charrues
en attendant Indochine
Bob l'éponge s'envole.
Légère brise d'été
bercée par le son de la rivière
je m'endors.
Tout seul dans ma chambre
Set & Match débute
je me sens détendu.
Une nuit sans lune
je sursaute tout à  coup
la bête affamée miaule.
Fest-noz à  Commana
mon frère à  la batterie
je m'ennuie.
Enfin la fraîcheur
Soundcloud enchaîne les musiques
ainsi que mes souvenirs.
Les arbres sifflent dehors
allongé sur mon lit
bercé par le vent.
Le mur de la honte
le soldat fixe l'oeuvre
d'un tagueur en larmes.
Des bruits bizarres sous l'eau
dans la piscine
des bruits géniaux.
J'entends une mouette
le bruit des vagues
fait une chorale.
Des cris de bébé
dans le train fantôme
il faisait frais.
Ce matin, je me réveille
Maman me chante des chants de chats
je me rendors.
Au zoo de la Flèche
dans une bouée, un canard chante :
« Papa chanté, papa chanteur ».
Pendant l'été
« Léon, Léon, Léon ! »
un paon déplumé.
Soleil à  la plage
le murmure des vagues m'endort
leur chant est très doux.
Le bruit de l'eau
c'est un beau bruit l'eau
j'adore ça.
Dans ma chambre
je joue de la guitare
à mon doudou.
À la piscine l'été
j'étais très très très content
je faisais la bombe
Dans le tracteur
les vaches meuglent dans le pré
heureuses sous la pluie.
J'aime les chouettes
j'aime le bruit des crapauds
j'aime les grandes buses.
L'été en ville
danses bretonnes à  Bannalec
ça me fait plaisir.
Ciel tout bleu
mouettes
et bruit de la mer
En été j'entends
les oiseaux qui cjhantent
c'est beau !
Chaque soir mon père
chante des chansons hollandaises
je peux m'endormir.
Une chanson africaine
papa et maman chantent
accompagnés de djembés.
En automne
le bruit des gouttes
derrière la fenêtre.
Ce matin
je suis partie à  l'école
j'ai vu une mésange entrer.
Assis dans un champ
le bruit magnifique du ruisseau
chorale d'oiseaux.
En été, rentré chez moi
une chouette
au chant magnifique.
Une nuit de printemps
un bruit aigû : coincée, libérée
la chauve souris s'envole.
Chez moi un oiseau chante
avec le bruit du vent
qui sifflotte.
Ma mère chante
et me fait vibrer
de bonheur.
Ma cousine chante
un souffle de vent dans le jardin
une musique agréable.
Coulant dans une rivière
une belle maison abandonnée
de l'eau sur les pierres.
Le pivert chante
dans la nature
respecté de tous.
Dans mon lit j'écoute
des chansons de Mpokora
je ne veux pas me lever.
Sur la route
une chouette vole
en chantant la nuit.
En été
les corbeaux chantent
sur les branches.
Avec mon pote Gabi
en lançant des pommes sous la pluie
sur le mur, une berceuse.
Le vent souffle dans mes oreilles
je me suis mise à  pleurer
j'ai peur à  minuit.
Un beau matin
la pie qui tape à  la fenêtre
me réveille.
Aujourd'hui l'été
la mer chante et me détend
avec le beau temps.
Un jour j'ai entendu
un bruit à  la fenêtre
c'était une pie
Rouge, vert, blanc et noir
la musique est super
je danse.
Sur mon vélo
j'écoute la musique
qui souffle dans mes oreilles.
La pie aux deux couleurs
chante
une drôle de chanson.
Un jour à  la fenêtre
arrive un oiseau
il était très beau.
Tout contre son ventre
Enora chante à son bébé
la musique des anges.
Le chant des baleines
dans la mer bleu noir
s'éteint doucement.
Matin gris d'automne
la voix de Nina Simone
mon café tiédit.
Suspendues les ailes figées
elles ne chanteront plus
les dindes du camion.

Los Picos de Europa
sus abrigos de nubes
el canto del invierno se despierta.
Cantos de chicos
risas moravittosas
y un pito.
Soy la colila
en medio de la calle
entre bocinas.
Smell the fir's perfume
the cold chorus for the Christ
and steineel-glass windows.
Ringing, still ringing
and waiting between two desks
the shutters are closed.
Run, little chicken
it sounds like you're the next one
listen to the crusher.
Celque afont mijn vadeu
singte litjes in het nederlands
en ik kan slapen.