o deus skrivet 775 haiku
Brezhoneg (160)Gallaoueg (55)Galleg (560)Yezh all (0)

Man glas, tev ha dous
Kef tort leun ha zoulloù-kuzh,
Deus' ta, Amzer-fall
Alan ar wezenn
goloenn an den karet
a-gevret e vint.
Joa d'an avalenn
Ar gwenan o wriat dezhi
He sae-frouezh nevez
Liesliv an delioù,
O nijal em huñvreoù,
Tomañ ma c'halon.
Ma orinoù don,
War ar wezenn-mañ 'klaskan,
Evit ma anaout.
Delioù o tañsal
Magadur ma huñvreoù
Ra teuio an noz
Mouch an avel Veurzh
Nij ar balafenned-erc'h
Dre ar werje ' bleuñv
Sonn e kreiz ar prad
Dervenn gozh lorc'h enni c'hoazh
O c'hortoz ar goañv
' Kreiz ar mintin sklaer
Ar gwez mantellet a erc'h
Heklev ar vuhez
Glav deliennoù kras a ra
Kalanna o tont
Ar wenn haleg 'vo ket pell
Ar wenn 'barzh al lenn
En em silañ er milouer
Piv eo 'n eil pe egile
Plantet 'vo an den
Gwezenn Brunec a chomo
Gourener ar vro
Beg ar we'nn ur big
c'hwez dic'hwez an avel
chom pe nijal kuit?
Glav war an delioù
Yudal 'ra 'n avel gouez
yod gwez war an hent
Gwastell koar war'leur
glav mel dindan ar wezenn
joa ar gwenaner
Nag un taol kurun
Diskaret ar wezenn-dilh
A ziwan en-dro
Kouezhet ar wezenn
Arouez hor frankiz deomp-ni
Adsavet e vo
Trouz ar gwez pupli
Oc'h evañ kafe er maez
En disheol dous
A zervenn da zervenn
Geriaoueg ar barroù
A nij etre daou vreur
Pupli é strinkellikat
E pep delienn
An heol lirzhin
Dre ar c'hoad
Nijadennoù
An del faou nevez
Bezioù dilezet
un halegenn goueler
e-tal ar vered
Korventenn diroll
gwallgaset didruez
ar gwez hag an dud
Tro menez Are
ur c'hazh -koad souezhet a dec'h
e-mesk ar gwez kozh
Da wellañ mignon eo ar c’hoad
atav prest d’az tegemer
d’az tiwall ouzh troioù-kamm ar vuhez.
Ruskenn kalet ar skourr
da vleuniañ a raio
gant brec’hioù hir o kredennoù.
Rusken kalet ar vuhez
a ya d’ober
ar gwez-derv troidellek.
Ar gwez diskabell
O kousket 'maoc'h bremañ
Deuet ar goañv
Gwrizioù hir ha bresk
E-kreiz ur gwiskad man sec'h
Oc'h en em silañ
Digor dirazon
'mañ ar wezenn avaloù
Hag he frofoù ruz
War gwez ar blasenn
krampouz muzik yac'h-glas
liseidi Kemper skornet.
Da wellañ mignon eo ar c’hoad
Atav prest d’az tegemer
D’az tiwall ouzh troioù-kamm ar vuhez
Rusk kalet ar skourr
Da vleuniañ a raio
Gant brec’hioù hir o kredennoù
Rusk kalet ar vuhez
A ya d’ober
Ar gwez-derv troidellek
En devezh grizias
disheol un halegenn
dour ar poull-kannañ
War an dervenn gozh
delioù bihan glas-tener
burzhud fin miz Meurzh
Brankenn ha brankenn
betek lein ar wezenn
disheñvel an douar
Ma wezenn pin
roue ar c'hoadoù, pegen brav
eo ho mantel c'hlas.
Loaioù faou
ha loiaoù beuz, renket
er miirdi didrouz.
Torgosoù dero
o tiskouez d'an neñv
o dornioù moñs.
Eskob derv
o c'hortoz an drouized -
ket ar bulldozer...
Azezet er c'hoad
trouz flour ar geot o kreskiñ -
piked gant linad.
Ur wezenn vras-tre
avel o tremen drezi,
noazh e kreiz ar park.
Heol splann ha tomm
ar gwez diroll o fiñval
kan ul lapous du.
Ar gwez gwenn er vro
laboused du o nijal -
dañs skeud an Ankou.
Lapoused er gwez
o nijal tro dro dezhe -
un tenn davete.
Gwrizioù en douar
bras evel ur ramz divent,
lapous o tebriñ.
Gwez bras ar jardrin
diskaret gant an avel
delioù war al leur.
Delioù war al leur
gwezenn e noazh penn-da-benn
avel o c’hwezhañ.
Brankoù o fiñval
avel dous evel an dour -
ur wezenn gouezhet.
Kool, ur wezenn vras
'maon ‘vont da bignat enni -
kalet an douar.
Korventenn c’hanet
gwez a leñv forzh pegement -
tud e-barzh an ti.
Avel o c’hwezhañ
lapoused o richanañ -
kool, amañ an hañv.
Barzh ur wezenn vras
mojennoù Breizh karetañ
un aerouant bras.
Kaer meurbed ar gwez
gwezenn e-kreiz ar c’hoadoù -
avel o skeiñ drouk.
Ur gwiñver en toull
o tebriñ kraoñv-kelvez mat
plijadur er-maez.
Ur gwiñver en toull
O tebriñ kraoñv-kelvez mat
Plijadur er-maez.
Ur wezenn en hañv
ar gwez en nevez-amzer
marv mik ar gwez.
Kaouenned er vro
bep noz er gwez burzhudus
dindan al loargann.
Ar c’hazh-koad bihan
gwez o chuchumuchuiñ -
ar glav o strakal.
Ar rusk war ar c’hef,
gwrizioù sanket en douar,
avaloù-ruz ‘r gwez
Avel o c’hwezhañ
labous o kanañ kreñv-tre -
Ken brav eo hiziv.
War ‘r blaenenn c’hlas
tommder an avel er gwez
labous o kanañ.
Ar wezenn veurbed
he delioù liesliv brav,
roue ar c’hoadoù
En diskar-amzer
delioù rous o kouezhañ -
gwezenn o kousket
Gwez ‘barzh ma jardin
delioù ar gwez o kouezhañ
brav eo ma buhez.
A-dreñv ar gwez bras
bihan ha pell, al loar
kuzhet gant ar c’hazh
C’hwitell al lapous
war vrankenn ar gwez er-maez -
debriñ greun gwinizh.
Gwezenn brav-kenañ
aeskeudoù war an dour glan -
ar simetriezh.
Profoù gant livioù
En traoñ ar sapinenn
Souezhadennoù ‘vo !
Ur wezenn gwer flamm
Er prat labouret strizh-tre
A droc’h an dremmwell
E-kichen un ti
ur wezenn brav ha dorneg
O flourañ ar c’hleuz
Dirak ar menez
Ur gerezenn japoneg
Leun a vleunioù roz
Aloubet al liorzh
Gant ur wezenn gamm ha bras
A guzh an heol
Graet 'm eus un huñvre
Ur plac’h-wezenn en avel
O flourañ an aer
Staliet tal ur ster
Ar boc'h-ruz a sav e neizh
Fresk en disheol
Avel zo el liorzh
Ar gwez a heul anezhañ
A-dreuz penn da benn
E-kichen ur roc’h
Ur wezenn gamm ha bras
O koll e zelioù
Ur gaouenn bihan.
O teskiñ nijal.
Bugale eürus.
War ar vrañsigell
Staget ouzh ar wezenn-fav
O nijal uhel
Gwrizioù don ar gwez ,
a zalc'ho' nezho war sav,
e-pad ar goañv.
Kreiz ar park maiz
Delioù o kreskin gantañ
An hañv o tostaat
War an enezenn
Profitañ eus an heol
A ra ar palmez
Gell eo ar wezenn
Eman al labous warnañ
Prest da nijal pell
Ur wezenn brav-tre
Ul labous war ar wezenn
Brav eo an delioù
Kavet 'm eus ul lec'h
brav, strobinellus ha sioul
chomet on hep komz
Ur wezenn penn ront
A zegemer ur gaouenn
En diskar amzer
Ur wezenn gwenn sklaer
Hini ar c'harv-erc'h eo
Emgav fin ar bloaz
Saludet on bet
Gant ur wezenn dihunet
Pebezh souezhadenn !
E kreiz ar gwerje
Ur wezenn avaloù ruz
Zo prest da reiñ frouezh
Ar gwez bras er park
o koll o mantell delioù -
laoskel plas d’ar goañv.
Gwezenn sanket don -
neuial er fank disehan
gouzañv hep komz.
Ur wezenn spontus
gant he deliennoù lufrus -
doujañ ha sellet.
Whaou,Whaou,Whaou,Whaou,Whaou -
louarn en noz o c’hoari
dindan ar wezenn.
O, na pegen brav
skeudoù ar gwez bras ha tev -
korf-eskern ar c’hleuz.
Kirvi o lammat
etre heol ha gwez -
ar bed er c’hoad bras.
Brav eo ar wezenn
ur bern delioù liesliv -
heol o skediñ.
Ul lapous bihan
o richanañ war ur brank -
An hañv o tostaat.
An noz o vevañ
an delioù o tistagañ -
kalon ar wezenn
Avel o kouezhañ
delioù o c’hwitellat brav -
ma loa o fiñval.
Puñs aer ar vuhez
en ur bed distrujet mat -
Mamm ar bed bremañ.
Gwezenn disglavier
ar gwez o kas disheol
evit al loened.
E-barzh ma dorn bras
ur wezenn hag ur vleunienn -
brumenn e pep lec’h.
Gant e gorf kalet
aonik spontus ‘pad an noz -
gwrizioù ur vojenn.
Brank glas an Ifern
brumenn war gwezenn an Diaoul -
an aerouant ruz sklaer.
Brankoù, deliennoù
o kouezhañ dous tamm-ha-tamm
o vont en douar
Brec’h gell an natur
ur bern blev glas sklaer ha ruz -
ar goañv fresk o tont
An delioù er gwez
o nijal e-pad ar goañv -
skorn war an douar.
Ar gwez diskaret
gant an traktorioù ramzel
drougiezh mab-den.
Kaouenn o kanañ
gwezenn an deñvalijenn
avel o vlejal.
Delienn ziwezhañ
pladañ dousik war al leur
ur valafenn vrav.
Gwezenn distrujet
lapous o nijal en oabl
torfed al luved.
Brankenn o kouezhañ
ar gwez noazh er goañv yen-tre
brumenn en draonienn.
Nij an nadoz-aer
brañsigellat er wezenn
freskik an avel.
Delioù o kouezhañ
gant an avel o yudal
ar spont dre ar vro.
Troc'het, mac'hagnet,
Difraostet, devet, stropet,
Met gwez adplantet !
'vel ur rankennad
soudarded diroll ha fur
gwez derv an hent.
Skubañ an delioù
dindan ar gistinenn,kempenn
ma c'habanenn.
En noz yen, spontet
gant lutig ma c'hoar, dindan
ar gistinenn vras.
Mammig a sell ouzhin
pignet er wezenn avaloù
dastumet ganin.
Gant ma breur Hoel
e sellan ouzh delioù
an haleg o kouezhañ.
Ur we'nn palmez
dirak mor Konk Kerne
dindan an heol.
Dastum kistin
gant ma breur -
leun ar baner !
Er werjez, ma-unan
daou doull er we'nn avaloù
Tommder.
Gant ma breudeur
o sellout ouzh an avaloù
a gouezh war al leur.
Livioù orañjez
gant ur c'hef e stumm ur galon
an dervenn o fiñval.
Bamet dirak
ar wezenn brun e bleuñv
plantet ganin.
Gant ma c'hoar ha Tata
e kemeran un aval,
krapet er wezenn.
Pignet er wezenn
uhel, e lamman
laouen !
Delioù o fiñval
e we'nn kerez ma jardrin
c'hwez vat ar bleunioù.
Stumm ur galon
gant ar we'nn emaon o sell
kerrez e leizh.
Staget ouzh ar brank
Delioù derv diwezhan
E kreiz an oabl griz .
Perc'hirin ' n amzer
Ar wezenn eus ar c'hoad don
C'hortoz an devezh .
Nepell eus ar Ster
Kousk a ra abaoe pell
Ti ar gorriked .
Ar wezenn-dilh
gloazet gant an avel
a varv dousig.
Kreñv eo ar wezenn faou
a chom gwelloc'h en e sav
e-pad an tempest.
'kreiz an dervenn gozh
e neizh ar pichoned
ul labous hepken.
Gant an avel
diwisket ar wezenn derv
dihun ar goañv.
War ar brank uhel
den ne dizho an aval
estreget ar preñv.
Balc'h ha kizidik
Boked lirzhin ar bleuñv spern
E skeud ar graoñenn.
Berr an deizioù du
Ar wezenn derv vras dizeil
A ziwall an ti.
Miz Du er maezioù
gwez liesliv
'giz ar brezhoneg.
Ne vern kreñv pe bresk
Da wrizioù a zalc'h ma bro
Ha ne soñjan ket 'nout.
Sarac'h an delioù
Sioul ha sioul ma brizherezh
O wriziennañ 'maon.
Ma orinoù don
War ar wezenn-mañ 'klaskan
Evit ma anaout.
Kuzulig ar gwez
Son dous evit ma spered
Koulouch an natur.
Paradoz laboused
Pe noazh pe glas pe liesliv
'Benn ar fin bout bev.
Liesliv an delioù
O nijal em huñvreoù
A domm ma c'halon.
Tud gwisket melen
'adsevel ar voger maen
'enep an dour-beuz.
Ar gwez zo brav hiziv
En tu all deus steir Laita
Dirak an Iliz
Mezenn dilezet
Pezh dervenn diwanet
Mersi deoc'h Mamm-douar.
Mezenn dilezet
pezh dernenn diwanet
mersi deoc'h Mamm douar.
Rouz, ruz, melen, orañjez,
drein pesked
kurunenn an hañv a yay da get !
Delwenn spontus en noz du
krabanoù
Samain, Da sot é troiñ.
Un hent don glas gwer
kistin gleb e pri an hent
trouz naou ur voulc'henn.
Un delienn haleg
o kouezhañ ' stêr an Elle
melen en dour du.
E stourm bras difiñv
' kreiz ar park mais drastet
ur we'nn derv plom.
Gwezenn kantvloaziek
kurius ha seder bepred
- sell ar gaouenn gozh.
Bleunioù gwenn evel
un neñvad balafenned
er wezenn gerez.
En heol emañ
ar gistinenn o tarzhañ
- kreskenn ar wezenn.

Mon If, bouéz du bâs du cllos
n'cllot jamés l'ussè
d'eune mézonée enchantée
Pâsse, ventée de bâsse sézon
Eune nuée pourpr den le cië
Esperés perchains bourjons
Ha! la belle sézon prend le tour
L'arbr és papivoles
s'pouille de ses pllumâs violines
A la piqe du journ
Entr lez bourjons qi bourjonent
Un pichon qi biche
Den le vent qi baole
Un poumier s'étoêrd e braet
Un troc égllaonae
Portaes od la branche
Les feulhes vertes come le pendu
A l'amaen du vent
J'ëmé lé jeun'frén'
Mé dans leu printemps vré tend'
Sa të toué qu'jëmé
J'ëmé lé jeunn' frén'
Mé dans leu printemps vré tend'
Sa të toué qu'jëmé
Jë tëm'rë tëjou
Sa të bin ëcrit sû l'arb'
Mé l'arb' të mort .
ée le ghy de qhi
que t'as print gâs Ghy ?
lu des bouez-bllancs de Maghi !
Tizon dans l'fouyë,
Ben ao chaw su la bebouèr
j'acoute le contou.
Dans lés badolië
lés méle sont tout en afére.
Goulayant lés fru rouje.
La foudr depiawti
le biaw chéne-franc du pourpriz.
Le vlà tout pelë.
A l'orbière d'un suc
Je se a fére merieune
Béle sente les troqhets !
Poumiës, arb' a fruts
Qi nous dounë poumes, cite et jus
Dire q'is fure abattus !
Ao saot de la net
le p’tit fion dans’ra benéze
baleu du Diabl.
Feuillards dréts ou teurds :
bels endréts, turlut l'ouézé
pour peûzer mon nid.
Mêm' céz les pu gheûz
les bouéz, l'été abouti
s'pouill' d'or ou d'arjient
Le bonom’ coûp’ l’arbr
le chén’ rechaof’ le bonome -
un gllandra pouss’ra.
Les vil’s ragoc’s créssent
les fruts chay’nt a bâs
més les etail’s le veul’nt pouint.
Les feuill’s sont fèt’s o les arbrs
les arbrs o les feuilles
les arbrs hahaha !
Le vert q’ét abeuvrë d’iao
crét dan les foréts
ami d’ la bon’ terre.
Coûpë e brulë
qhi rachal’ la terre -
Yell’ qi nous aïd’ bel e ben.
Tout’s les feuill’s se qhutent,
les feuill’s s’envol’nt vite
l’arbr ét mort, i n’a pus d’feuille.
Le vent soufel’ su les arbrs
les branch’s boûj’nt hardi -
la forét trembele.
La caban’ dan l’arbr
fèt o de grands rondins bllancs -
le grand châtagner.
Qhut’rie sou les feuilles
les biaos arbrs dan le cië blleu -
l’iao dan le russè.
Le vent subel’ fort
les feuill’s s’envol’nt lein lein lein.
Le vent bourd’ d’un coup !
L’arbr ét a mouri
deûz aotrs arbrs vont pigner,
tout’s les feuilles se qhut’nt.
Le pomier vaillit
pâs-meins i don’ des fruts frés -
les pom’s sont ses fruts.
Y’a pâs un brut là
akiko i sieut sa sente -
un arbr dan un prë.
Dormie dan les bouéz
rolée dan eun’ feuill’ de coûdr
je rouch’ des nozilles.
Qhutée dan la hae
le p'tit ouèzè a grand fain
e pign' dan un sû.
La cabane ét mize
le soulai se qhut’ dans l’ cië
le bonom' dormi.
Le pomier a saï
les pomiers don'nt hardi d' pomes
le cidr atenra.
Un coûdr ao mitan
les nozill’s tout a l'entour
dan un grand prë vert.
Les ouéziaos chantant
brousse essoulaijée oranje
les animaos ghaïs.
Un bout d’ bouéz en bouis
ben franc ben doli -
un vrai pllézi a cheri…
La tronco qi buille
les branch’s qi cotissent -
tu ouais-ti le chén’ hucher ?
Epin’ nair’, epin’ bllanch’, bouis,
houssa, mélier, coûdr, saodr, sû -
val’nt-i mieûs q’ les grands ?
Je m'aperch' de l'arbr
je vais le petit bourjon
qi sera haot' flleur.
I s' revaill'nt en vert
la coupell' pllen' de biaos fruts
e s'embaom'nt oranje.
J'vais les feuill's boûjer
eun' nozill' qi part s'n aller -
eun' coue saot' ded'là
Ét un grand jou
ét aneit le bout de ton aney.
Viv'le bouéz de crë !
Dans le grand jardrin
gn'a un pin, un sû, un boui
i se sent'nt tout sous.
Le vent fèt trembller
les feuill's agrapées és branches
rempllies de fruts musses.
Sapin ennejë
recouvert d’un mantè bllanc -
c’et bentôt la Nouè.
V’la la bell’ sézon
le badier cor’ jeune
soul’ment traez ou catr badies
Qhi q’a vû mon chat
la net je l’cherchis -
je l’trouvis dans un grand chêne.
Je lev’ haot les yeux
un grand perier devant mai
je piâche une paire.
Ao pië d’un grand pin
dans un pertuz dans le pië
un chat d’bouéz dormi.
Un grand pië epés
un’ ventée le fait trembller
le tronc se cotit.
Durant la grand' prime
je ch'minaes par la foreyt
serrer les ramilles.
Tous les jous je roqe
a la cruch' de mon biao chéne
catë les pichons.
Ao pië de mon arbr
Mon chien enchaïnë
Astoure il y ét encavë.

l'hiver chuchote
les feuilles du vieux chêne
sous un ciel de cuivre
levé de soleil -
gingko, l'empire d'automne
aux milles écus
Poussée de la sève
Déjà dans les branches hôtes
L’oiseau nidifie
Les arbres bourgeonnent
Sous la poussée de la sève
Et les couleurs fusent
Montée de la sève
Annonce la crue du printemps
L’arbre en habit vert
Les arbres sont verts
Ils on peuve la vie
C'est magique!
La nature est impressionant
Aussi mon vie
Belle et noir
Les arbres sont verts
Mon coeur est aussi
Parce-que je suis malade...
Cet arbre irradiant
une aveuglante lumière
- chemin de Damas !
Le viel arbre geint
à la colère du vent
odeur de résine
Au coeur de l ' arbre seul
aveuglante lumière
- chemin de Damas
Avec cette branche
ramassée - ciel et terre
m ' ont accompagné
Hiver comme été
cet arbre qui regarde
par-dessus le mur
Corps de l'homme aimé
respiration de l'arbre
tout se mèlera
Paupières fermées
en position de l'arbre
j'entends le vent.
Entre deux palmiers
un hamac
le soleil se couche.
Minuit -
entre les branches nues
les feux d'artifice.
Leçon d'alchimie -
les feuilles jaunes remplissent
la boîte d'un mendiant.
Camp d'été -
parmi les étoiles
l'odeur du pin.
Cerises mûres -
le visage souriant
de l'épouvantail.
Aucune raison
d'être ailleurs -
cerises mûres.
En mettant de côté
le livre en braille -
odeur de tilleul.
Cours de ballet
la première pirouette
d'une pétale de cerisier.
Après la pluie
dans chaque feuille de palmier
une étoile brille.
Le vieux cerisier
en fleur à nouveau
première neige.
cerisiers en fleur -
mon vocabulaire
si pauvre !
pas de deux -
dans la chorégraphie du vent
deux feuilles
pommiers en fleurs -
les hirondelles reviennent
pendant que je pars
Les chênes se dressent
hauts vers les nuages bleus
vertige à l’envers
Au-dessus des hêtres
la pluie figée des étoiles
l’odeur de la nuit
Clairière à l’aurore
une plume bleue de geai
posée sur la pierre
dans quelle plaie saignante
as-tu plongé tes racines
érable solitaire ?
soleil au zénith
le troupeau se rassemble
à l'ombre du chêne
tandis que j'écris
l'ombre de l'arbre nu
bouge sur le mur
longtemps immobiles
sous le cerisier en fleur
nos deux bicyclettes
plus tendres encore
que le printemps des saules
yeux verts de ma fille
plaisir d'enfant
grimper seul à l'échelle
au temps des cerises
où vont les oiseaux
quand l'arbre est tombé
les nids dévastés ?
son visage
vers le cerisier en fleur
blanc aussi
Quelle chaleur
l'écorce des platanes
se soulève
Nuit noire
plus noires encore
les branches du cerisier
cerisiers d'été
premiers fleuris
premiers flétris
Sous le tulipier
le vent déplace sur nos joues
le frisson des feuilles
après fleurs et fruits
le plus joli dans le prunier
la balançoire !
sur les bouleaux
premières aigrettes
premiers flocons
cerisier en fleur
femme pieds nus
lavant un tapis
cerisiers en fleur
à grande eau pieds nus, femme
lavant un tapis
plaisir des enfants
grimper tout seuls à l'échelle
au temps des cerises!
dix mille abeilles
dans les fleurs d'albizzia
quel parfum !
l'érable est rouge !
à son signal le feu
embrase la colline
Ô parfum de dragées
des fleurs de magnolia
sous le sécateur
Les jardins frémissent
Anarchie des feuilles mortes
Le temps vire à l'ocre
Spécieux paysage
Des pommes à ramasser
Rue des Châtaigniers
La Cité s'éclaire
Les cerisiers du Japon
Rosissent l'instant
mes épinettes bleues
je vois le ciel autrement
depuis leur départ
fin du verglas
ils se saluent bien bas
les bouleaux du chemin
drapeau de reddition
à la tête du chêne
la dernière feuille
Une branche craque
Et détourne mon regard
Une ombre disparaît
Cliquetis dans les trembles
Gouttes de lumière sur ton corps
Ivresse de l’après
mince comme un trait
mon bouleau enraciné
ponctue le ciel
la cime dans le ciel
le chêne revient sur terre
au son de la hache
le ciel s'obscurci
par les branches dépouillées
toison d'or aux pieds
né en forêt
il se meurt sur la grève
une épave
couché le long de la berge
le vieux tronc rêve
grands mats et voilures
deux janvier
un sapin enguirlandé
dort dans la rue
bourrasque
les feuillus chauves
se déhanchent
jour du Souvenir
un saule pleureur caressant
les noms des héros
cerisiers en fleur
une vieille maîtresse fredonne
la vie en rose
accord de paix
parmi les ruines de l'école
un prunier en fleur
De quel grenadier
es-tu l'infortuné fruit
ô grenade amère
Les branches des arbres
se tournent vers les nuages,
la prière de l'eau
Les branches des arbres
nonchalamment se dandinent,
danse saisonnière
Entre mille branches
le vent joue de la flûte -
chant d'été sublimpe!
Feuilles susurrantes -
sous la direction du vent,
quelle symphonie!
Entre chien et loup
un cerf bramant dans le bois -
des coups de fusil.
Centre commercial
de petits oliviers naissent
au rayon Jardin
Sous l’épicéa
lit de mousse où je m’endors
la terre natale
Peur de se casser
il offre au vent ses fleurs blanches
le vieil amandier
tard dans la soirée
le cerisier porte
sa fleur gracile
accroché aux rameaux
là-haut
l'or de l'automne
bouts d'osier
au-dessus du brouillard -
la marche des escargots
ce séquoia,
que signifient dans sa vie
cent ou deux cents ans?
de ses rameaux
le saule balance
les rayons du soleil
branches entrelacées -
pour le vieil homme, elles capturent
la lune
A la nuit tombée
le pin confie des secrets
poussière d'étoiles
La cloche a sonné
près du préau un vieux saule
sourires d'enfants
Tempête d'automne
le vent s'approche du chêne
soudain le silence
Tempête d'automne le vent s'approche du chêne soudain le silence
La cloche a sonné près du préau un vieux saule sourires d'enfants
A la nuit tombée le pin confie des secrets poussière d'étoiles
Tabouret tombé
sous le chêne nu solitaire
se balancent deux pieds
Nuage sur bourgeons
s'accroche et dévale l'écorce
goutte sur mon front
trouée dans le ciel
le vieux chêne qui disait le temps
tête sur le sol
île de la Colombière
dans les grands pins la rumeur
du monde
cerisiers en fleur
le cerf-volant franchit un nuage
de pétales
fromage d'automne
la feuille de châtaignier
craque sous mon couteau
lune de printemps
l'ombre de l'érable caresse
le jardin
tempête d'hiver
les racines du vieil arbre
regardent le ciel
Dans les eaux du lac
un saule pleureur barbote
avec les canards.
Au septième ciel
sous les cerisiers en fleurs
je décroche la lune.
la fête est finie -
la neige quitte le cèdre
subrepticement
des cèdres frémissent
dans la tempête hivernale -
la barre d'immeubles
l'aube où de nouveau
le bouleau s'emplit de chants -
une envie de vivre
Le fier chêne-au-vent,
Haut Gardien de mon enfance,
Est mort,bétonné.
l'arbre en fleur -
mon premier salaire
fait sourire un autre
l'arbre en fleur -
les premiers flocons de neige
sur la lune
l'arbre en fleur -
jeté par la fenêtre
le gui du premier baiser
fin novembre
au fond du parc continue à fleurir
un arbre à prieres
arbre aux dames
arbre à cames
arbre au macadam
Étau de verre
l'orme brille de mille feux
pluie verglacante
Rafale de vent
mélodie des aiguilles
dans l'épinette
Le sapin chargé
de neige et de glace
ma tante âgée
matin de décembre -
seule sur la branche nue
la pomme d'automne
dans le parc, seul
mon calepin boursouflé
de feuilles mortes
bogue du marron
sans se piquer les doigts
ouvrir son cœur
maison revendue
manger encore ses noix
dans la nouvelle
Allongé dans la mousse
Il parfume les bois
Le mélèze abattu
Bergeronnette
De l’orme au châtaignier
Giboulée du regard
Quoi de neuf ?
Le chant du coucou
Dans le seringa défeuillé
Souffle d’Hokusaï
Pétales de cerisiers
Fines soies bonsaï
Fruits défendus
noirs trésors des grands chênes
informes truffes
Vert éventail
d'une lumière griffée
fougères sous les pins
Souche moussue
une perle de rosée
pleure l'arbre mort
sur la branche morte
laiteuses perles de gui
babil de fauvettes
le sous-bois d'automne
retroussé par la lumière
entre chien et loup
petit air de brise -
le vieil arbre vient danser
sur le mur chaulé
chemins enneigés
la couleur des arbres nus
en point de repère
Secrets confiés
Au creux de l'arbre
La feuille qui tombe les emporte
Arbre et connaissance
Quelles conséquences
A trop vous fréquenter ?
Sur une branche ballante
Tremblant l'oiseau chante
Enchantant mon hiver
taches sur la peau-
les aiguilles du pin noir
caressent le ciel
nœuds de brume-
deci delà une branche
me tend les bras
les rideaux tirés
les enfants quittent l'école-
le ballon dans l'arbre
taille des troènes
la mante religieuse prie
pour être épargnée
l'arbre coupé
dans l'espace vide
un nuage
le matin souffle
un vent de feuilles mortes
j'ouvre un nouveau livre
rameau de tilleul –
pour la première fois
au-dessus du mur
buddleias du fort
les papillons rameutés
tiennent le siège
des nouveaux rejets
noyaux crachés l’an dernier
sous le cerisier
faux cadeaux
dans un faux sapin
Noël au bureau
Son cadeau
sous le sapin de Noël
un vieil amoureux
Jadis dans les vignes
aujourd'hui dans les arbres
rêver de l'ailleurs
Entre les racines
d'un banyan du Vieux Delhi
le cosmos des dieux
Tempête annoncée
Grand fracas sur la forêt
Brocéliande à nue
Après la bourrasque
frileusement la forêt
éternue et tousse
lumineux
éclaire la forêt décimé
l'arbre 'or
chênes noyers pins -
tous la même fin
entre quatre planches
dans l'érablière
de la bouilleuse aux barils
l'or à la chaudière
terrible fléau
l'agrile du frêne en ville -
cancer de la peau
les saules sauvages
toujours en quête, assoiffés
de quelques rivages
forêt d'épinettes
jaillissant du Mont Comi
la chute Neigette
capitulation -
toujours prisonnier d'un orme
boulet de canon
épinettes noires
nuits boréales d'hiver
de vieilles complices
au coin de la rue
tourne une feuille de chêne -
aucun chêne en vue
cerisier en fleurs -
son dos disparaît sous l'encre
rose du tatoueur
cerisier en fleurs -
mais où donc sont les cerises?
au bec des voleurs!
Au cœur de la ville
Tangue le sommet des arbres
Joyeux vent du large
Dehors ce matin
Sagesse épaisse du givre
Les arbres sont vieux
Ombre dans les branches
Le chat noir s’est réfugié
Au creux du grand cèdre
La haie bocagère
arrachée l'hiver dernier
chauffe la piscine...
Bandaison de pré
Gorgé de sève il révèle
son amour aux vaches
Quatorze normandes
S'abritent sous un pommier :
Toutes foudroyées !
chapeau de paille -
sous le cerisier en fleurs
ton ombre sourit
au fond du jardin
l'ombre sous le cerisier
saigne - où es-tu ?
nuit de rouille -
l'arbre mort sur le chemin
écorche nos rêves
Tombent les feuilles
Dans l'âme le silence
et dehors le vent
Pauvre feuille
un petit coup de vent
là voilà à terre
A l'écart du bois
le sapin est de la fête
Le jour de Noël
Paradis terrestre
moi allongée sous un arbre
le bruit de la mer
A Fukushima
les cerisiers en fleurs
rien n'a-t-il changé ?
Sapin de Noël
majestueux sur la place
et moi si petite
trente ans plus tard
profonde est la cicatrice-
de l'arbre gravé
des vers japonais
sur des cerisiers français -
haikus ? Non, mouches.
rébus de racines
sur le chemin forestier-
message d'Arthur ?
les branches de jasmin -
sur le réseau de clôture
les signes de passage
du nord et du sud -
paix de la rivière dans
la sève de bouleau
la lame de la hache -
à travers de jeune verger
moi et mon grand-père
ma tête tout en bas
je vois ton envol massif
se figer en vertige
les fleurs des amandiers
sans un mot naissent et s'envolent
amandons du monde
les arbres chutaient
et se couchaient un par un
dans le le lit de leurs branches
A ne pas manquer
la furtive floraison
d'arbres de Judée.
L'ombre du tilleul
douce torpeur de deux corps
gerbes enlacées.
Sous les frondaisons,
les tonnelles ou les charmilles,
tamis de lumière.
maison natale
m'offrant le réconfort
l'olivier et le banc
arbres étouffés -
lierre jusqu'à les pics
un vert éternel
chant des cigales
dans l'olivier s'éteint
un papillon
le liquidambar
en vert printemps téméraire
octobre rougissant
un sapin tout nu
au rebut après noël
les pigeons s'en moquent
sans le savoir
cet arbre que tu coupes
est ton cordon
le sanglot des chênes
feuilles dentelées
tapis roux
parure de l'érable
en retraite sur le buis
tache de sang
noisettes et causettes
du frêne au cerisier
entre deux écureuils
dans le chêne
les pies s'engueulent
on chante dans le tilleul
du doigt je caresse
un vieux cœur gravé
dans un arbre mort
la fleuriste
range ses arbres en pot
d'un air fané
sac poubelle
rempli de feuilles mortes
contre l'arbre nu
les pins résistent
malmenés par le vent
drapeaux figés
les pins frémissent
dans la brise tiède
douce sieste
branches ployées
l'olivier noueux
rêve de jeunesse
quelques jours d'absence
le cèdre du Liban
coupé ras
chaque matin
je lui souris
érable rouge
platanes
le crépitement de bois sec
des cigales
L'ombre d'éte
tourne presqu'autour de l'arbre
et meurt dans la nuit.
Dans la vitrine,
entre les bonsaïs, un vase
de fleurs artificielles.
Après la tempête
le vieux saule têtard se montre
à l'envers.
un petit sapin - en cadeau devient - majestueux
le saule pleure - des larmes de sang - à l'automne
à travers une branche - de cerisiers - le Mont Fuji
l'arbre à deux tons -vert pâle et foncé -Ombre uniforme
Adossée -à l'érable -mon nez coule aussi
déjeuner - sous les cerisiers en fleurs - Jardin Botanique
vacances scolaires -
triste l'arbre de la cour
guette le moindre bruit
déchetterie
une montagne de sapins
meurt sous les étoiles
la lune dans l'arbre
je grimpe à l'échelle
immense
plus d'arbres ni de haies
les tracteurs à crédit
ont tout dévoré
Carapace épaisse
Portée pour toi mon cœur
Noix du Périgord
Un vieux saule pleureur
Balaye sans relâche la berge
Sans verser une larme.
Tailler l'olivier,
Qu'un oiseau puisse le traverser.
Pas une autruche quand même?
Au bord de la route
Poussé par une vie de vent
Un cerisier penche.
A ne pas manquer
la furtive floraison
d'arbres de Judée.
fermant la maison
j'emporte le parfum
du lilas en fleur
gouttelettes de brume -
expo de toiles d'araignées
dans l'arbre mort
route quotidienne -
de la grisaille d'octobre
le sumac se moque
Bois nus au bout des champs
Se laisser interpeller
Par chaque sapin qui dépasse
Au gré des arbres
Palpitations de lune
Sur mon tableau de bord
Bruit de pluie
Dans les peupliers
Puis la pluie elle-même
L’ombre de l’arbre
Balaie les marches du temple
La poussière demeure…
Les feuilles de l’arbre
Se rappellent-elles encore
D’avoir été graine ?
Arbre dénudé
L’oiseau solitaire déchiffre
Les kanji des branches
Avec maman
je ramasse les pommes
sous le vieil arbre.
Sous le pommier
je regarde
les pommes.
Je balaye les feuilles
pour préparer le poulailler
près du châtaigner.
J'arrose le pommier -
cassé, il n'a plus que quelques
feuilles.
Mon chien
tombe du pommier
et meurt.
Les feuilles tombent
dans la rivière et je donne
du pain aux canards.
Avec mon chien
pour la collection de Mamie
je ramasse des glands.
Les belles pommes
tombent dans mon jardin,
vertes et rouges.
Dans le jardin
je ramasse des pommes -
plein le panier !
Sur un chemin,
un saule pleureur, mon arbre
préféré.
Sur ce bel arbre
assis sur la branche que j'aime
je fabrique des couverts.
Dans le pommier, je grimpe
pour mieux aider le monsieur
à remplir son panier.
Je te salue, palmier
qui a vécu le tonnerre
et le soleil d'Afrique.
Sapin, tes épines
ne tombent pas l'hiver -
toujours vert.
À mon cerisier
je fais un calin, en levant
sa branche cassée.
Contre lui,
avec ma soeur, heureuse
je me balance.
Noisettes tombées
je veux les manger, en triant
les pourries.
J'empêche mon chien
de mordre mon chat grimpé
dans le pommier.
Au pied du chêne
dénudé, terrible
je suis en colère.
Dans mon sapin
j'invite mes amis
dans ma cabane.
Fraisiers grimpants
contre l'arbre du jardin -
fruits délicieux.
Grand pommier fatigué
Papi décide de te couper,
grosse colère.
Dans cette forêt
j'ai croisé ce magnifique
pommier.
Par la fenêtre
je regarde mon pommier
plein de pommes.
Grimper à l'échelle
sur l'olivier de ma naissance -
bonheur.
Je me sens bien
sous mon chêne immortel, son coeur
bat avec le mien.
Je ramasse
des cerises, et il
fait beau.
Automne pluvieux
la bonne odeur des fleurs
du camélia.
Dans le noyer
j'ai fait une cabane
en été !
Hiver
feuilles et arbres
gelés.
La première fois,
tu m'aides à grimper,
merveilleux cerisier.
Dans le chêne
des fines belles branches pliées
et leurs petites fleurs.
Piscine et chaleur
soleil et fleurs de cerisiers -
une grande joie.
Sous le châtaigner
bataille de boules de neige -
ma soeur glacée.
Avec mon lapin
je ramasse les pommes -
temps incertain.
Sous la neige de décembre
se dresse contre le froid hivernal
le chêne éternel.
Les poules passent
laissent l'arbre tout seul,
tout perdu.
Dans le haut camélia
je saute, comme un
singe !
Les fleurs tombent
avec la neige
dans mon jardin.
Les fleurs gelées
sous l'arbre rose tombent
une fleur croise mon regard.
Avec ma cousine,
heureuses dans le cerisier,
odeurs fruitées...
Pendant que je regarde
le temps, la foudre éclate -
le chêne ne fait rien.
Début d'été magnifique
cerisier par la fenêtre -
joie intense.
Le cerisier berce
dans son blanc manteau fleuri
le chaton qui miaule.
Malgré l'amertume
les fruits du laurier-rose
célèbrent leur mariage
Devant le sycomore mort,
je me recueille
sur l'immensité de l'ombre
D'un fil d'araignée
S'accroche a son origine
La feuille d'automne
après l’incendie
les pins toujours debout
veilleurs d’ombres
grenadier en folie
personne ne se retourne
sur la fleur du coing
du printemps dernier
le peuplier ne retient
qu’un cerf-volant
Même sans brise
le parfum des acacias –
heures du soir
Jour d’anniversaire –
les pommes rouges du jardin
brillent au soleil
Brise d’avril
un pétale du cerisier
dans mon verre de vin
Sculptées par le vent
les aubépines s' inclinent
droit devant la mer
Au détour d' un chemin
la majesté d' un frêne
soudain un bruit d' ailes
En haut du cyprès
un point de vue différent
le ciel encore loin
vent tempétueux
le sinistre bruit des glands
dans l'abreuvoir vide
premiers bourgeons
le nombril de la voisine
à nouveau visible
touffeur estivale
trop juste l'ombre du chêne
pour tout le troupeau
jardin natal
les magnolias en fleurs
absorbent ton absence
une feuille entre
à travers le verre brisé -
vent d'automne
nuit étoilée -
une branche de lilas
en fleurs pour le personne
les joues sales
et les estomacs pleins -
branches de cerisier cassées
mille et unes abeilles
pour une fleur d'acacia
grandeur du printemps
dans le blanc roncier
une libellule s'endort-
éclair d'été
gris-bleu
sous la chevelure des pins
le vol d'un geai
Vies fauchées -
plus le cœur à contempler
les cerisiers en fleur.
Vieil acacia
un siècle de bûches
de Noël.
quelques feuilles sèches
autour d'un arbre d'érable...
soleil tamisé
des moissonneurs las
tous couchés sous les pommiers...
paniers de soleil
Sous un ciel vaste
tous les cocotiers s'inclinent...
l'alizé frissonne
cerf-volant rapace
entre les branches de l'arbre -
c'est chouette
abondance -
les médailles du grand-père
dans l'arbre de Noël
arbre sans feuilles -
plus proche des étoiles
les yeux en larmes
portable éteint
le bruissement des feuilles
sous mes pas
foudroyé le vieux chêne
un grand vide
troue le ciel
rentrée des classes
le marronnier de la cour
manque à l'appel
si majestueuses
les branches du cèdre planent
~ saison immuable
Défilé d'automne~
mis à nu sur tapis rouge
l'érable effeuillé
le temps d'un hiver~
tendus vers le ciel glacial
les arbres si nus
Séjour au camping -
l'ombre de l'année dernière
réduite en poussière
Dernière chimio -
le cerisier côté cour
reprend des couleurs
L'air climatisé
chasse le parfum des pins -
au loin les Alpilles
Rire des enfants
dans le grand camélia mort
qu'importe le temps.
revenant des bois
le sapin désodorisant 
au fond du rétro 
fête des pères
ma joue contre l'écorce
de sa barbe
Contre-jour lunaire
A la fenêtre l'arbre
Calligraphié
Semailles d'automne
Un arbre repousse
Le poids du ciel
Cour d'école
L'ombre de deux tilleuls
Pour préau
Feuilles balayées
aujourd’hui revenues
ma personne hésite
Me prêtant son ombre
le tilleul
a maigri
La couleur de l'orme
rend hommage
au soleil dernier
Dans le vieil arbre
une seule pomme résiste
à l'hiver.
Dans un bois de bambous
je grimpe
avec les pandas.
Dans mon jardin
un beau pêcher
que je regarde.
Odeur de cerises
parfum de fleurs roses
le printemps est là.
Dans le cerisier
se trouve un fruit rouge magnifique
prêt à tomber.
Du roi des arbres,
immense et merveilleux,
tombe une branche.
Les fruits sucrés
dans le jardin de Papi
du grand bananier.
Dans le vent, le cerisier -
fruits sucrés, branches craquelées -
s'agite.
Sous la balançoire
accrochée au chêne
je me repose.
Un pommier plein -
je vais tout ramasser
avec ma soeur !
Dans le vent
les feuilles se grattent
bruit harmonieux.
Je me balance
sous le cerisier planté
par Papy.
Cerisier
avec mon amie, je t'aime
et c'est sacré.
Papy a tronçonné
mon pommier, et je ne peux
plus y grimper !
Sous le grand arbre
combat de châtaignes
l'hiver arrive.
Sous l'arbre
bataille de pommes dans le jardin
avec mon frère.
Ce figuier déshabillé
à l'extrémité de l'hiver
égaré dans son désespoir.
Sous mon magnolia nu,
mon petit chat Kirlia
demeure.
Dans le ciel, mon chat règne
il surveille mes pommes sacrées
et sucrées !
Le goût des bananes
la douceur du soleil
en Thaïlande.
A côté du pommier
je guette les feuilles qui
tombent sur ma tête.
Une feuille rousse -
le vent murmure,
l'érable prend vie.
Dans le sapin de Mamie
je mange mon goûter
et je m'amuse à grimper.
Sous le chêne
les feuilles guettent -
l'hiver arrive.
Sur un sapin
je m'installe,
et je guette l'hiver.
Du pommier
tombent des pommes
et je les mange.
Mon joli cerisier
j'aime tes fruits
sucrés.
Agités aux vents
Leurs feuilles d’argent
Peupliers d’automne
Pousse de chêne
Héritage dans cent ans
Compter les cernes
Ravin de la sente
Respect vieille branche
Centenaire gisant
Cerisier rose
je suis trop ébloui
par sa beauté.
Quelles belles noix -
mille fruits dans le noyer
j'adore les ramasser.
Tout en haut
je domine les feuilles rouges
de l'érable.
Au milieu du bois
cet arbre couvert de gel
me remplit de joie.
Quelles belles pêches -
on les ramasse, on les mange
et j'adore ça !
Un cerisier coloré -
sur la table du jardin,
je pose ses fruits.
Le cerisier -
à force de l'admirer,
je m'endors.
Avec mon chien Junior
je suis assise sur la branche
d'un grand arbre.
Dans mon pommier,
des limaces oranges et noires
et surtout, des cloportes.
Belle photo
ce magnifique arbre japonais
aux jolies cerises.
Près de ma maison
les fruits tombent nombreux
du pêcher si grand.
Dans la brume noire
le saule perd ses feuilles
il m'appelle !
De belles châtaignes :
quel plaisir de les ramasser
dans la forêt.
Beau cerisier en fleurs
de branche en branche, je grimpe
jusqu'à ta cime.
Cet olivier
nous a fait une surprise :
des fruits bizarres !
Beau cerisier
en voyant tes belles fleurs,
je pleure de joie !
Ce saule pleureur
sait me montrer le sens
de la vie et du bonheur.
Un beau chêne
dans la forêt,
avec ses fleurs vertes.
Chêne, grand chêne
raconte-moi ta vie
dans le mur de pierre.
Acide et rouge vif
la cerise que je mange
seule au coin de l'arbre.
Bel arbre, merci
c'est dans ton feuillage vert
que 'japprends la vie.
Près de chez moi,
monté dans un pommier,
je tombe.
Le magnolia en fleurs
et son parfum doux,
chaleureux.
Le sapin biscornu
vieux de mille ans
crie à l'aide !
Chêne,
avec tes grands pieds,
tu m'impressionnes.
If, voisin
de l'église, tu as déjà
mille ans !
Sous la balançoire
les pommes tombent,
bientôt une compote...
Sur le magnolia
je grimpe, le parfum des fleurs
est un plaisir.
Parmi les fleurs
chant de la mésange
dans l'albizia.
Sous le bouleau
on se balance - vertige !
je tombe et je ris.
Je ramasse les fruits
de mon noisetier
au soleil.
Dans le jardin
les pommes tombent
sous le soleil.
Du cerisier
tombent les feuilles -
je marque un but.
Pommes de mon jardin
que je ramasse avant l'hiver
quelle bonne odeur !
Dans mon jardin
je ramasse des pommes
que je ne mangerai pas.
Champignons, noisettes
dans mon jardin vert et roux
merci des cadeaux !
Le soleil
fait briller les pommes
et les champignons.
Sous le sapin
mon chat s'enfuit
pour la dernière fois.
Un grand pommier
et un fruit
énorme !
Sous l'arbre
un gros abricot
que je vais manger !
Chant des oiseaux,
illuminées par le soleil
les cerises entent bon.
En jouant au foot
je glisse sur les feuilles
de cerisier.
Châtaignes dans le sac
et tout à coup, une bogue
tombe sur Papy.
Dans le noisetier
mon chat joue
au soleil.
Sous le pommier
des feuilles tombent -
le blanc total.
Suspendu
je me balance à une branche
de châtaigner.
Les feuilles qui tombent
marron, jaune, rouge, vert et noir
je ramasse les pommes.
Les rayons du soleil
traversant le citronnier
m'éblouissent.
Avec toi,
cerisier en fleurs,
je me sens bien.
Sur la branche,
captivée par mon livre,
mon chat me rejoint.
Par la fenêtre
je regarde la tempête
et l'arbre qui tombe.
Feuilles entassées,
je contemple le chêne
avec l'écureuil.
Au printemps,
dans un très beau paysage,
les branches s'emmêlent.
Sur les hautes branches
du chêne, j\'enlève les lianes
qui l\'étouffent.
Sur les hautes branches
du chêne, j'enlève les lianes
qui l'étouffent.
Sous le saule pleureur
je reste à le regarder -
il fait froid.
Odeur du bois -
les feuilles tombent,
les pommes s'entassent.
Feuillages sombres,
forêt exotique
au soleil couchant.
Odeur sucrée
des cerises
que je ramasse.
Le vent dure -
aux couleurs du soleil,
tourbillons de feuilles.
Sous le ciel très bleu
je vois ce beau cerisier
je veux le manger.
Sous le cerisier
je mange de gros fruits -
mes copains m'appellent.
Tout en haut
du noyer, au milieu des feuilles
je regarde la maison.
Avec ses feuilles claires
il contemple mon jardin,
mon petit olivier.
Devant les buissons,
ce chêne gigantesque
m'éblouit.
L'arbre Majo, immense
avec toutes ses feuilles,
touche le ciel.
Un énorme chêne -
j'entends les oiseaux chanter, dans
la cabane en bois.
Mon bel olivier
avec ses feuilles vertes
et ses petites olives.
Le grand cerisier
avec son feuillage vert
admire le ciel.
Dans l'arbre vert,
avec mon rouge-gorge
on mange une cerise.
Majestueux,
dépositaire d'une vie éternelle,
je mange tes châtaignes.
Un mimosa
le vent balaie ses fleurs dorées
comme des feuilles d'or.
Une balançoire
sous le châtaigner -
je sens l'aventure.
Le châtaigner creuse
la cabane en métal -
je m'amuse.
Cerisier de printemps
grimper sans savoir pourquoi,
et tomber.
Sous la grande branche
du pommier aux feuilles vertes
je me balance.
Il fait le singe
sur le chêne de notre jardin
mon frère, "l'asticot" !
Une pente en rollers;
Paf ! Un chêne gigantesque -
mes mains écorchées.
Près du bambou
et près de l'être qui lui était cher
elle verse des larmes.
Quand je regarde ce chêne
une larme coule
chaque fois.
Mon mimosa
tes fleurs tombent sur le sol
comme de la neige.
Dans la forêt
un chêne plein de couleurs
des souvenirs me reviennent.
Douce et rugueuse
ton écorce laisse sur ma joue
une trace étonnée.
arbre centenaire
ombre au sol sans une ride
les feuilles en tremblent
je me demandais
avant que tombent les feuilles
si le ciel existait
arbres aux essences rares
plus aucune trace
reste une odeur d'essence
Au gré du vent
sur la route, je suis couché
j'entends la tronçonneuse.
Dessous le chêne
j'admire les couleurs
du jaune et du vert.
Gardien du chat mort
rouge comme le sang,
mon arbre magnifique.
Un châtaigner nu -
j'admire ce grand arbre,
avant de rentrer.
Sous l'arbre
une branche du pommier tombe -
bruit de feuilles.
Assoupi
sur la branche du pommier,
je tombe.
Fagots de bois
sous le hêtre, et, dans l'arbre
la cabane de mes amis.
Sous l'arbre ensoleillé
couvert par cette chevelure
je m'endors.
Sur le chêne nu,
je grimpe seul et
je tombe.
J'entre dans l'arbre
il faut aider l'esprit Mojo
un sentiment d'héroïsme.
Petit néflier
au coucher du soleil
tu t'es endormi.
Les belles fleurs
de mon cerisier rose veillent
sur mon imagination.
Soleil chaud
du matin, sous le sapin
je vais.
J'adore le printemps
les feuilles renaissent de la mort -
malgré les allergies...
Allongée sous le cerisier
la tête dans les feuilles mortes,
les oiseaux dans le ciel.
Dans le jardin
bataille de pommes,
on rit.
En automne
je ne suis pas seule : le chêne
veille sur moi.
Bientôt l'automne
odeur de feuilles mortes -
je suis heureuse.
Enfin l'été
des pommes dans l'arbre,
appétissantes.
Dans le lointain,
je le vois, avec ses feuilles jaunes :
le châtaigner.
Dans mon jardin
mon ami le chêne me regarde,
émerveillé.
Les fleurs s'ouvrent
le vent me les prend
elles s'envolent.
Dans la forêt
en suivant le chemin
j'entends le vent.
Sous l'arbre de Noël
ouvrant mes petits cadeaux
des étoiles dans les yeux.
Près du saule pleureur
vacances - je plonge dans l'eau
Plouf !
Fin d'été
la bonne odeur des fruits
au pied du pêcher.
Châtaigner,
beau châtaigner, toi qui nous
piques les pieds.
Dans les vignes
le raisin récolté
le vin arrive.
Au loin, blancheur
des montagnes submergées
de sapins enneigés.
Dans le bois de Rédéné
je construis une cabane
super belle.
Soleil d'été
de beaux châtons fleurissent
sur le bel arbre vert.
L'hiver, froid
un sapin bouge
Noël arrive.
En été
le saule pleure
mon âme triste.
Le grand chêne
meurt, à cause des travaux
à Arzano.
Près de l'arbre
la lumière pénètre complètement
le pommier plein.
L'acacia
couvert de neige
éblouissant.
Escalade dans le noyer
je m'agrippe à une branche
chute évitée.
Dans la forêt
le chêne meurt
je me balade.
Le chêne rit
avec mon chien et moi -
L'horloge tourne.
Arbre des bois,
grand chêne autrefois dressé,
détruit par la foudre.
Saule pleureur
glissade sur la rivière glacée
hiver blanc.
En bas du chêne
on a fait une cabane
avec mes copains.
Abattu,
le lierre arraché,
le chêne est triste.
En automne,
je monte dans un arbre,
avec des coussins.
À vélo,
je tombe dans le prunellier
qui me griffe.
Accroché aux branches,
mon copain tombe dans le filet
et je ris.
En hiver
les hêtres craquent
et ça fait peur.
Papa m'aide à monter
sur l'arbre feuillu,
fière tout en haut.
A l'accrobranche,
dans les chênes, en tyrolienne.
j'ai peur.
Je monte
très haut dans le chêne,
grand ciel bleu.
Dans les feuilles d'or
du poirier, la tête en bas
c'est rigolo.
Dans la forêt, je marche
des feuilles volent,
jaunes et rouges.
Concours - chez Papy et Mamie
j'ai ramassé 70 châtaignes,
mieux que ma soeur !
On ramasse des châtaignes
au coucher du soleil -
je suis heureuse.
Accrobranche,
sur ces branches,
j'ai peur.
Accrobranche,
entre deux chênes, le vertige
et la peur.
Dans un olivier
je monte sur la deuxième branche -
coucher de soleil.
Du grand hêtre
je tombe vite
et j'ai mal.
Une fois au printemps,
je vois un volant accroché
à une branche de chêne.
Avec une liane
du saule pleureur,je me balance
jusqu'au chêne.
Contre l'arbre
tout va trop vite,
j'ai peur.
Yeux bands, je cours,
attaqué par un chêne,
grosse cicatrice.
L'été, on construit
des cabanes et on regarde
la télé pot de fleurs.
Sous le vieil arbre,
nous ramassons des châtaignes
craquement des bogues.
Dans un sule
je me balance sur une
liane, comme Tarzan.
Allongée dans le creux
d'un grand chêne
je rêve d'être un oiseau.
Sous le châtaigner
avec mon petit frère
je remplis mon sac.
Un arbre immense
je veux toucher ses feuilles -
c'est haut !
Sous mon cerisier,
avec Lucie et mes parents,
je mange les cerises.
Mon grand châtaigner,
tes feuilles jaunes, marron
tombent sur le sol.
Dans le creux du noyer,
allongée, je regarde
le pommier fleuri.
Je regarde le pommier
et ramasse ses fruits.
Ce soir, je les mange.
Pour ma maman
je cherche des noisettes
mais l'arbre est trop vieux.
Un soir, avec mon papa,
étonné de sa grandeur :
un immense chêne.
Grimpé dans l'arbre
je saute !
Je suis un oiseau.
Dans mon chêne,
j'escalade les branches -
dessous, la balançoire.
À côté du noisetier
avec Victor, mon petit frère
je suis heureuse.
Derrière la maison,
grimpée dans l'arbre
une pie s'envole.
Dans le pommier,
on cherche l'écureuil,
Mamie et moi.
Dans mon jardin,
j'ai un panier rempli
de prunes violettes.
Un jour
dans un chêne noir
je croise un écureuil.
Ce matin, dans mon jardin
je ramasse des cerises,
surprise pour mes parents.
Grimpé dans le cerisier
je regarde le jardin, les cerises
poussent le printemps.
En allant à l'école
j'ai vu un camélia
en fleurs.
Sous le châtaigner
avec papa et maman
je ramasse ses fruits.
Je ramasse mes châtaignes
je les mets dans mon sac,
un hérisson apparaît.
Ma petite soeur
sous le cerisier en fleurs
les ramasse en riant.
Mon gros chêne,
Papa arrive avec sa tronçonneuse
et lui coupe les branches.
Dans le châtaigner
je suis dans ma cabane,
comme dans une bogue.
Dans un vieil érable
tès haut, les feuilles rouges
nous cachent.
Dans la rivière
le reflet des feuilles d'or -
je suis éblouie.
Mon frère et moi
on ramasse
de jolies châtaignes.
À reculons, en forêt
mon chien et moi
on a rencontré un arbre !
Le châtaigner
l'odeur des branches humides
en automne.
Ma chienne ramasse
sa balle au pied
du chêne entouré de lierre.
Dans le vent, je touche
le chêne, je grimpe
jusqu'à la cime !
Accrobranche,
à la tyrolienne, j'ai chaud
et je vole !
Là-haut dans le chêne géant
un parfum doux
de liberté.
En dessous des branches
du sapin, je regarde
la lumière.
Chêne coloré
odeur de mousse
le matin frais.
Le cerisier japonais
la couleur des fleurs qui passent
quel parfum !
Calme, je grimpe
en haut de mon hêtre,
mon beau et doux hêtre.
Une bogue tombe
d'un châtaigner, et bang !
ma tête me fait mal.
Le parfum de compote
chatouille mon nez,
mon pommier est sacré.
Sur la route des pommiers
ma soeur me montre un champignon
je tombe de vélo.
Mon pin et moi,
arc-en-ciel dans le jardin
plein de belles fleurs.
Dans les feuilles humides
je ramasse les châtaignes
pour faire une bordace.
Dans la forêt
tombent des châtaignes
sur les pierres humides.
Sur le magnolia
mon chat mangue un oiseau
qui s'envole.
Branches enlacées
je récolte des châtaignes
en forêt de Toulfoën.
Mon chien
a ramassé ma balle
au pied d'un chêne.
Dans la sombre forêt
ramasser des pommes de pin :
un grand bonheur.
Coincée sur un pommier
les pommes me consolent
la lune me regarde.
Petites fleurs
tombées d'un arbre
parfum de cerise.
Chez Mamie je ramasse
les fleurs roses du cerisier
dans ma poche.
Dans les fruits
du joli pommier :
des vers !
Arbre foudroyé
trou béant au côté droit :
un bout de ciel bleu.
Route étroite-
écouter les secrets
dit par les arbres.
Rivière tranquille-
la pleine lune enlève
une feuille tombée.
Soirée d'automne-
une feuille tombe sur
son ombre.
Sur toutes les branches
des photos de mes aïeux
autant de racines !
Séjour en cabane
petit nid douillet dans l'arbre
pour les tourtereaux.
Tout en haut d'un arbre
harnachée comme jamais
belle tyrolienne !
Nuit d'été, elle
entend les grands hêtres, pareils
à des monstres fous.
Seul au milieu du
champ de maïs dévasté
le grand chêne résiste.
Cerisiers en fleur
pour la première fois
le bébé bouge.
Au pied de l'arbre
la dernière balle
de la chienne.
L'enfant dans ses bras
sous le cerisier en fleurs
elle sort son sein.
Les deux petits vieux
à l'ombre du grand tilleul
senteurs de tisane.