ARCHIVE

o deus skrivet 962 haiku
Brezhoneg (319)Gallaoueg (60)Galleg (577)Yezh all (6)

Evel ur soñj skañv
An avel o krenañ
E dorn digor ar mor
E zivrec'h ramzel
O ribotat laezh tev
Koumul ar goañv
E zivrec'h ramzel
o ribotat laezh tev
koumoul ar goañv
bleun wenn en enezenn
krenadenn ur goulauenn
avel an abat i sevel
Ur vaouezh gozh, kromm
gant ur galon vras ha nevez
Hec'h anv ? Avel.
Daoulagad goulo
Korventenn vez graet outi
Mestrez an amzer
Penn moal, dilhad simpl
Diwezhañ mestr an avel
War e ejen-nij
Avel, skorn, latar
Huchadennoù tud tonket
Baleerien wenn
Avel viz ha blev gwenn
gant ur marc'houarn dindan ar glav
paotr Konk Kerne.
En eur dremenn er lanneg
Brug m'eus kutuilhet
C'hwezh garo ha melkonieg
Avel
Laboused gwenn
Du an amzer.
Ar vrenigenn velen
Staget doc’h ar roc’h
Ne zouj ket doc’h an avel.
Un avelig reter a dremen
Dre ar wezenn kiwi
Logodennigoù o tañsal
An heol splann
War ar gwinizh,
O tañsal gant an avel.
An avel o tougen,
O luskellat un delienn:
Ur vamm hag he bugel.
An deiz o parañ,
An avel o c’hwezhañ
War glizh ar mintin.
Avel war an draezhenn,
Diverket pazioù an dud,
Setu fin an hañv.
Barrad avel en va fenn,
Eñvorennoù yaouankiz,
Dindan va blev gwenn.
Laboused bihan
O teskiñ nijal,
An avel ganto.
Flouradenn an avel,
ouzh va jod tomm,
Evel pok ur vamm.
An avel sioul
O tougen ur bluenn
A zouaro ‘kreiz an erc’h.
Evel al laboused
E kan an avel
En va disvskouarn tener.
Avel en va liorzh,
Birvilh an dilhad o sec’hiñ,
Va c’hazh o klask o zapout.
An avel
O lakaat tro er vilin,
Evel satanazet.
Flouradenn an avel,
C’hwezhañ ‘rez ur pok din,
Korventenn en va ene.
An avel o yudal
Flap-diflap ar sarpant-nij,
Ar frankiz.
Delioù ar gwez
Kouezhet gant an avel,
Setu an Diskar-Amzer.
Gwelout ar barr-avel
O skarzhañ delioù ruz
En va jardin.
Santout an avel
O vale, o redek,
O nijal, o tañsal.
C’hwezh an avel,
Korventenn en va fenn,
Botoù tomm en va zreid.
Avel er skourroù glas
Ouzh an delioù ruz
Buhez verr an Natur.
Etre an oabl gris
Hag an douar glas,
C’hwezh an avel war ar stêr.
O treizhañ war vor,
Avel a-benn,
C’hwezh ar frankiz.
Mont d’ar gourmarc’had,
Gant va belo,
An avel en va blev.
Pevar c’houlz-amzer,
Peder eurvezh warn-ugent
Un avel nemetken.
Amzer laouen,
Ur gorventenn,
Un daeraouenn.
Delioù gleb, delioù sec’h,
Bountet gant an avel
Fuloret ha dizouj.
Korventennoù bemdez,
Tristidigezh e-leizh,
Avelioù an Diskar-Amzer.
Un avelig
Ouzh va dremm drist,
O sec’hiñ va daeroù sall.
C’hwezh an avel yen,
O flourañ va blev,
Delioù o troenniñ.
An avel wenn
War da benn,
O flourañ ur vleunienn.
Tarzh-an-deiz,
An avel o sevel,
Hag ar bleunioù ganti.
Avel dous ha yen,
O flourañ blev ar c’hazh,
Kousket er wezenn.
An avel o kanañ,
Va divskouarn o selaou,
Karout an ton-se.
Laboused o nijal
Avel a-benn,
Piv a c’hounezo ?
Avel o strilhañ al lien,
Tapet ar moraer,
Beuzet war Hent ar Rom.
Troenn an delioù,
C’hwezh ar c’histin o poazhañ,
Avel war o dremmoù.
Avel yen er-maez,
Tud en o skerb, o manegoù,
Ha me laouen en tommder.
Avel fresk ar mintin,
Avel flour an devezh,
Avel skañv an nozvezh.
Delioù o nijal
Ar bed e livioù orañjez
Avel ar garantez
Avel dirollet o yudal,
Okas war ar mor pennfollet
Ur bluenn flour ha gwenn.
Yudadenn avel C’hwevrer,
Kreion, karned hag amzer,
C’hwezhadenn an awen.
Avel yen,
Ouzh toenn an ti,
Tommet gant ar siminal.
Un den tev mantell ruz,
O nijal en avel,
O tiskenn war an doenn.
An Diskar-Amzer,
An avel yen
Delioù rous.
Va blev fuilhet,
O vont-dont war va fenn,
Avel diroll.
An avel o flourañ
Ar betoñs kalet,
Takennoù glav.
Avel evel karantez,
Brav he c’havez,
Flouret da vuzelloù.
Ur valafenn,
War ur vleunienn,
Avel an Nevez-Amzer.
War hent an Diskar-Amzer,
An delioù ruz
O tañsal en avel
Avel er-maez,
Ar pellgomzer o seniñ,
An nor o stlakal.
Eonennoù-mor,
O strink, o gwag, o flap am zap,
Avel o kannañ al liñserioù glas.
Malzennoù erc’h,
Kaset distan gant an avel,
Ha pladet war o gwele gwenn.
Avel sall o flac’hañ va dremm,
Soubet va zreid en traezh tomm,
Difin an Arvor.
Kuzh-heol ruz-tan,
Evel petalenn ur rozenn,
Kaset kuit gant an avel.
Bourbout an dour,
Hiboud an delioù
Sourr an avel.
Bag dre lien war vor,
Takenn avel ebet,
Stanket, kollet.
An avel, ar vilin,
Ar bleud, ar bara,
Debriñ gant an avel.
An avel, ar gorventenn,
Ar vag oc’h enebiñ,
Skuizh, hep startijenn.
Redek adarre,
Daoust d’an avel,
O reiñ din flac’hadoù.
O flourañ ar stêrioù,
Oc’h hilligañ al lann,
Setu an avel Viz.
Skornet gant an avel,
Oc’h erruout emañ,
C’hwez ar profoù gantañ.
Avel ar straedoù,
Trouz an otoioù,
Flaer ar boued-soja.
Avel,
Deus d’am c’haout,
En oabl e chomimp.
Daeraouenn ouzh va dremm,
Douget gant an avel,
Gwad ouzh va glin.
Avel Walarn ouzh va fas,
Stlak al lien,
Na brav bageal !
Ur barrad gwentenn,
Didrubuilh,
A red a-hed ar bed.
An avel flour,
Ouzh va divaskell,
Nijal sag ar frankiz.
Kan an takennoù dour,
Delioù o tañsal,
Avel Gornôg.
Ti an tri femoc’h,
Distrujet
Gant un avel lemm.
Avel vor, avel Viz
O tegas blaz ar bezhin
D’ar martolod kozh.
Avel yen Nedeleg
O yudal er-maez :
Eürus on en va zi.
An avel o c’hwezhañ
Ouzh va fenn,
Ar glav o c’hlebiañ va blev.
Kleierigoù
O stirlinkat,
Tremen an avel.
An avel o yudal
En va divskouarn
O voudinellat.
Ur gorventenn avel
Dindan flapadenn
Al labous bras o nijal.
Avel lemm ouzh va dremm,
Avel-laer ouzh va fenn:
Pegen brav eo ober rimoù !
Diskennet diouzh an oabl
Da flourañ va fenn,
Da blantañ tro er vilin wenn.
Togoù o tañsal,
Disglavieroù war o genoù,
Avel o nijal.
Avel laer,
Tremenet en va spered:
Kollet va awen ganin.
An avel Gornôg,
Tro er wiblenn,
Pebezh c’hwitelladenn !
An avel o yudal,
O kas va bag,
War-zu ur bed all.
An avel o c’hwezhañ,
O flourañ va dorn,
Hag o kanañ dizehan.
An avel en va fenn,
Va blev o fuilhañ,
Ha me o rouzmouzat.
Barr-avel o tremen,
An nor o stlakal,
Didrouz ‘barzh an ti.
An avel vugel,
Deuet gour bremañ,
Pladet ouzh ar voger.
Sourradenn an avel
Dre un duellenn vetoñs,
Sonerezh ar chanter.
Fuloret eo an avel,
Trist eo an oabl,
Ha dirollet va empenn.
Deus ganin da zañsal,
Da ganañ, da nijal,
En amzer vrav, en amzer fall.
Stered en va spered,
Ur gorventenn en va c’hof
Pa welan ac’hanout.
Sellout ouzh an avel,
Oc’h holeniñ va fri,
Skeud ur wezenn warnon.
An avel war va choug,
O vroustañ va blev,
O skarzhañ va empenn.
Traoù a blij din:
Avel, glav, delioù sec’h,
Mintinvezhioù disoursi.
Avel dous, avel grenn,
Avel va buhez ha va bro,
Marv an devezhioù brav.
En ur c’horn,
An avel o c’hwezhañ,
Poultrenn o sevel.
Ur vag o vont war-raok,
Bountet gant nerzh an oabl,
Setu un enezenn.
Tremen a ra ar vuhez,
Evel koumoul en oabl,
Kaset gant an avel.
E-kichen ar mor,
An avel en va blev,
O fuilhañ anezho.
Delioù an Diskar-Amzer,
Kaset gant an avel-laer,
War-zu an Norzh.
Frond ar bleunioù
Kaset gant an avel Vervent
A lak ac’hanon laouen.
Ar mor dirollet,
Gwagennoù o strakal,
Al lien o tarzhañ.
An avel o yudal,
An nor o stlakal,
Setu ar fin.
An avel en he blev,
Setu he dremm,
O tec’hout diouzh va empenn.
Analañ a ran,
Ur barr-avel skañv
O vont en va bruched.
Ur bleiz du-se,
An avel du-mañ,
Yudadennoù en noz.
Martolod kozh ‘oa,
O stourm ouzh an avel,
Er meurvorioù difin.
An dour o vouboual
va dremm hag an avel,
va-unan e kreiz ar c'hoad.
Tremenet aotroù Ker-Avel
Strapet an nor war-e-lec'h
C'hwezh an avaloù er gegin
Ar bleiz kozh e kreiz an noz
Didrouz e alan
An avel e vignon nemetañ
Flouret he dremm gant an avel
Gwad evet gant an traezh
Ne gare ket ac'hanon
Avel, avel red
Kanit bremañ son ar peoc'h
Da holl dud ar bed
Avel sioul an noz
Dre lannoù, parkoù, koadoù
Chuchumuchu dous
Avel, kan dousig
war doennoù ha gwez bras
brav eo da gan.
O avel, kan brav,
o glav, gleb ar c'heotenn
o erc'h, ken yen out.
Pa yan war velo
e ganan "va zi bihan"
en avel er braden.
Kanaouenn an avel
e-kichen an tornaod
o from em c'halon.
Avel gwenn ha dous
melen, avel tomm an heol,
avel du ha yen.
Kan avelig kan
da son evel da c'hwezh kreñv
a zo brav digred.
Mor gris dirollet
Gouelini hudour
Ur bugel bamet
Garlantezhioù hejet
Koumoul o nijal fonnus
Dihun an avel
Al loar adrek koumoul
Delhioù o treuziñ an hent
Krog eo ar fest-noz
C'hoari an avel
war ar mor, soniou, koroll,
koroll ur bugel.
Avel dirollet
loened, tud, gwez chalet
stalafoù torret.
Safar an avel
o yudal er siminal
gourlamm ar bugel.
Avel an hanternoz
A stern e gezeg
Moue wenn war vor
An avel gevred
A stern e gezeg
Moue wenn war mor
Kafunet em gwele
Me glev an avel-viz
Keloù kregin, warc'hoazh vintin
An avel a yud
Ar c'hi bihan spontet
A winod dousig.
Ur barr avel foll
Ar golo-lizher a nij kuit
Ar follenn-tailhoù e oa.
Un tommder pounner
Ur mouchig-avel trumm
Advevañ a ran.
Kevnidenn n'he c'hastell
luskellet gant an avel,
argad dantelezet
Noz du-dall anezhi
skourjez avelioù sil
kouvidi anhun
Gwagennoù gleb mor
da bennad blev diroll
lizennig tener-glizh
Koroll an delioù
Da heul son drant ar binioù
Paket meur a vanne
An avel a sav
War mein-bez an Tadoù Kozh
Galv flour ar frankiz.
Peur 'savi 'ta Breizh
'vel Alba, Katalonia ?
Avel ar frankiz.
Tarzh ar c'histin gor
Fraoñv 'n avel er siminal
Nozad a viz Du.
Del sec’h é koroll
E empenn ar bugel trist
Ouragan porzh-skol
Trumm, an abevant
Ur gaouad avel a son
Arvest an arnev
Kantreadenn-noz
Skubellenn yen an avel
Er straedoù didud
Ur blaenenn glasder
e lec'h ma riskl an avel
evel ur wagenn.
Ar mor bras
War ur vag emaon
Laouen bras
E porzh Poullan
Ma zad ha me
O neuial, sioul an avel
Er gambr hep kousket
Trouzus an avel en noz
An arnev hag an ti o strakal
War an draezhenn
Gant ma mantell gris
Ma sarpant o nijal
Pa vez fall an amzer
E redan eus ar gêr
Evit neuial er mor
Ur vag e-unan
Tadig o splujañ
Ha me o c'hortoz
Ar mor kounnaret
War bag Tilio ha Saïg
Me am eus aon
War ar vag, re a avel
Ma c'hoar ha me
Kouezhet er mor
Mammig war an traezh
An avel a c'hwezh
War ar mor hag ar gwez
Gant an avel dous
Dastum a ran bleunioù
Evit Mammig
Mammig o neuial
Ha me o sellet outi
Didrouz an avel
Ur wagenn vras
Hejet gant an avel
O c'hwezhañ kreñv
Darbet eo bet deomp
bout gleb-teil
Met deuet eo ar ganevedenn
Tad-Kozh ha Mamm-gozh
Ar ganevedenn o tont
Avel ebet ken
Gwagennoù a zo
Tadig kite-surf war ar mor
Ur vag e-kichenn
Dirak an tele
Gant ar glav hag an avel
Ur ganavedenn
Gwez dero kozh gleb
ne chom war Gerampuilh
'met rock an avel.
Disgracier er ger
C'hwech à ra an avel biz
Kabichonomp-ni!
aiou!aiou! droug kof
avel izel met flaerus
ar vez evidoun
miz du hep avel
rev tanav a gwisk brav
pep geotenn
avel rust mor koeñvet
ha skop he spoum
spontus eo
Plijus kenañ
eo an avel dous, hag
an heol brav.
E-kichen al lamm-dour
ar viñsaskell etre ar menezioù
treiñ a ra an avel.
War bord ar mor, gourvezet,
avel domm a-us ma c’horf
war an draezhenn.
Avel greñv, re bell
eus ar re all, ma-un’ war ar reier
fuloret on !
E Pireneoù,
heol hag avel o kreskiñ,
re domm ha dour ebet !
War ma marc’houarn
war lec’h ar fazan fin
ma fas en avel.
Distreiñ en oto,
bountet gant an avel foll
pesk ebet er baner.
War an draezhenn
laouen an devezh avel
o vont da neuial
Digor eo ma frenestr
an avel o kas ac’hanon
betek an oabl !
An avel o c’hwezhañ
kouezhet eo ar wezenn vras
ha me o leñvañ.
Ar voger goad kouezhet
ha me, o klask stourm
a-enep an avel.
War ar vag, laouen
Tadig, mammig, ha me
gwagennoù en avel.
Avel greñv an noz
o sellout ouzh ma zad-kaer Doudou,
daoulagad moutig ar granked
Er jardrin
avel greñv war ma fenn
plijus eo ar goañv.
War an aod
e dilhad kourronkañ
dous an avel.
avel...
Gall’ a rafemp
en em adwelet?
avel...
Gouzout a rit pelec’h
e c’hallfen kavout anezhañ?
Bag delienn
beg, mestr an avel
paourkaez amprevan...
Tenn ma vlev, leun ma zivjod
flouradenn diwezhañ an neñv
rak echu a ran kouezhañ
Huchadenn war vor
tabut kriz gant al lienn
ar c'habitenn o klask dimeziñ anezho
klouar an avel
war bro ar goañv teñval
kreñv eus kuzh-heol
Un delienn pupli
o krenañ en avel
bresk eo ar buhez
Skubet an deliou
eus goueled ma c'halon
Aer fresk ar vuhez
fest-noz –
an avel etrezek
ar stered
Gant harp an avel
Ur c'hog fazan o pradañ
Goap ouzh ar chase !
Delioù an dervenn
O tañsal gant an avel
Buan e serrnoz
Avel er giton
Un hir a bilpaserezh
Brav manifestiñ !
An tan o huchal
an avel wan
vit serriñ anezhañ
War ma bag dre lien
er porzh, an avel dirollet
gleb teil gant ar glav.
Gant ma breur Alan
avel greñv, pell an douar !
lammat eus ar reier.
Echu ar c'hastell-traez
bountet gant an avel hag ar mor
ha me digalonekaet.
Tomm evel an heol
an avel a vount ur c'hi
laouen war an draezhenn.
Bountet gant an avel,
"Brav eo ma sklerijenn ? ",
eme al loar.
Gant ma zad war vor
avel ebet, un delfin
dirazon, laouen.
War ar straed trist
an avel diwelus greñv
a c'hwitell em skouarn.
O vont da Vacdo
an avel o vountañ warnon
nijal a ran.
Evit mont war raok
C'hwezh an avel el lien
me eo ar c'habiten.
Menezioù an Alpoù
skubet ar maenigoù ; avel,
foll, peur e vo ma zro ?
War ur vag
an avel o c'hwezañ kreñv
Plouf ! En dour !
E mor Korsika
kouezhet eus ar vag.
Avel daonet !
E meurvor Indez
gant ma boutailhadoù spluj
pell an avel.
War ar mor
avel greñv ; me, o huchal
evel ur morlaer.
Dous an avel
brav an amzer, leun
ar sailh gant ar brilli.
Avel greñv miz du
er stal, traoù Nedeleg
made in China.
Flourañ en hañvezh
Flac'hata en goañv
Avel eo ma micher-me!
Kas an delioù kraz
War gwer an otoioù
Nag a dol breset!
Ur c'hammed war-raok
Daou war-gil, gleb-teilh
Avel put hiziv!
Avel aval avel vil
Poan daoulin
Flastrenn an douar gell-du
Avel kavell ar glizenn
Taol kontell
ar sardonenn un delwenn
Poan em bizied
an avel-viz diouzh he giz
a sklas don hor bed.
C'hwezh eus ar c'hornog
korventenn greñv didruez
nijet kuit ho tog.
Pluenn o pourmen
balafenn erc'h heul da hent
an avel a vlein.
Fall vo an avel-mañ, trist eo an dud a-vremañ
Fall eo an avel, me zo laouen
Va-unañ e vin da viken
Selaou an avel
komz a ra dit, sellet a ra ouzhit
da heuliañ a ra, d'az tiwall
Avel diroll a ra
tenn ha hir e vo ar brezel
ar peoc'h, o Jezus, o Allah !
Koll a ra an avel e alan
met deomp-ni d'e galonekaat
da genderc'hel
Brini o nijal
Avel dreist ar siminal
Un devezh miz Du
Peur e teuio an avel foll
ar peoc'h
d'an oll
Sarac'h an deil sec'h
klev 'ta petra ha piv 'ta
an avel en nec'h
Blev skañv ar goantenn
flouret tener gant ar gwent
dañs miliour Gwener
An a'el hud a yud
c'hwezh yen-sklas ouzh ar vein glas
ha mut an holl dud
Ur vag dre lien
Plac'hig he mantell re vras
Skubet, nijet kuit.
Ur ranig a lamm ?
ket, un delienn sec'h 'nij
gant an avel vil.
Kaset-degaset
keloù mat ha keloù fall
keit 'ma c'hwezh an a'el.
C'hwezhit avel flour
degasit d'ar bed a-bezh
devezh bras ar peoc'h.
Ne blego ket biken
he c'horf roc'h
d'an awel kriz
Ur mor a geot
gwagennoù penfollet
avel dirollet
Tapet gant an avel
poultrenn e gorf marv
'ha da fouetañ bro
Bale en avel
kezeg, skreved, herlegoned
er memes park
Parkeier du drastet
gant an avel, ha greun ruz
an had OGM.
Fuloret an avel
rak an taol kurun.
aon ma zud.
War bord ar mor
klask a ran mont a-enep
an avel : ur Zombie on !
Avel ar menez
fuloret : klask a ra ar marc'h
debriñ ma zamm bara.
Lazhet ar gouloù
un euzhvil 'kreiz an taol kurun :
aon em eus.
Avel hag amzer fall
c'hoant ganin mont d'ar gêr
n'on ket laouen.
An avel dous
kuzhet omp er gabanenn
e kreiz ar c'hoadoù.
War an draezhenn
n'on ket laouen, avel daonet :
foutu eo ar pik nik !
Aon am eus
taolioù kurun
o huchal emaon.
Avel gris bremañ
delioù an diskar amzer
ar glav war ma zremm.
Me 'ar ar pont
bochad avel warnon
dav' din chom plom.
War an aod da vintin
ur gorventenn spont, ha ni
dindan ur maen.
Diouzh beure
e santan avelaj
an diskar amzer.
An deliennoù a grenn
dindan ur barrad kreñv
c'hwezh an avel.
Gwelet 'ran ar mor
da vintin o wagenniñ
get ma flijadur.
Ar mintin-mañ, er skol
delioù brav mes trist
c'hwezh an avel vor.
O skrivañ 'on
ma haiku, flouret
gant an avel.
Avel ha glav gwenn
ha me fuloret bras
hep ma mantell c'hlav.
Gant ma mignoned
c'hoari a ran gant an avel
a flour ac'hanon.
E-barzh ar c'hlas
fiñv an delioù gant an avel
dindan an oabl gris.
O pourmen er c'hoad
c'hwezh dous an avel
c'hoant da gousket.
War ar bili mor
ar gwagennoù o tarzhañ
an avel o yudal.
O pourmen emaon
hag an avel o c'hwezhañ
ar ster e fulor.
E-maez an ti
o sellout ouzh ur gorventenn
aon bras gant ar familh.
An avel a vount
ar vag dre lien
buan war ar mor.
Dirollet ar mor
o c'hwezañ kreñv, an avel
gwagennoù uhel.
Avel greñv er c'hoad
o tebriñ kraon kalvez
emañ ar c'hazh-koad.
Kousk kreisteiz
dihunet gant an avel
aon am eus.
Dous eo an avel
war an draezhenn astennet
brav-tre an amzer
War an draezhenn vihan
an avel dous o c'hwezhañ
c'hoari war ar reier.
Goude ar skol
n'on ket re laouen
gant an avel greñv.
War an hent
bountet fall gant an avel
mammig ha me.
E-barzh ar c'hoad
an holl laouen o pourmen
avel vat gante.
Ar vag hejet gant
ar gwall-amzer
ma zad ha me laouen.
War an draezhenn
gant va vantell gris
ma sarpant o nijal.
Pa vez fall an amzer
e redan eus ar gêr
evit neuial er mor.
Ur vag hec'h-unan
tadig o splujañ
ha me, o c'hortoz.
Ar mor kounnaret
war vag Tili ha Saig
aon am eus.
War ar vag
ma c'hoar ha me
kouezhet er mor !
Mammig war an traezh
an avel o c'hwezhañ
war ar mor ha war ar gwez.
Gant an avel dous
dastum a ran bleunioù
evit Mammig.
Mammig o neuial
ha me o sellet outi
didrouz an avel.
Ur wagenn vras
hejet gant an avel
o c'hwezhañ kreñv.
Darbet deomp
bout gleb teil, met deuet eo
ar ganevedenn.
Dirak an tele
gant ar glav hag an avel
ur ganevedenn.
Ho c'hwezh dizehan
kanioù an uhelderioù
'dro em divskouarn.
O flourañ ma blev
servijer disgwel ha dous
karedig skañv.
Nij foll an delienn
deut da spegañ ouzh ma jod
yenaet. Kridienn.
'Tal ar mor didrouz
respont a ra an avel
d'am c'houlenn diboell.
Kaouadoù avel
o c'hwitellat o yudal
tamboulin ar glav.
C'hwezh-vat ar roz gouez
e avel an tevennoù
kan an alc'houeder.
E red ar c'houmoul
anv kuzh ar seizh avel
ma c'horf war 'n treuzoù.
Teñval ar moged
en avel gwisket e kañv
difiñv ar c'horfoù
Stered ar mintin
war iskilli an avel
anv ar goañv.
Koulz ar reverzhi,
holen em blev,
gant an avel-vor.
Dindan al loar,
a-dreuz d'al lannoù glas,
ur red avel-vor.
Ni war an draezhenn
Gant an avel dous a c'hwezh
Ar mor chomet pell.
Me en ur c'hoad bras
Ma-unan hag ar siroko
O c'hwezañ.
Trouz ar c'hurun
War gizhier ma amezek
Ankeniet on.
Al loaioù dour tro dro din
War ur vag e "bambou"
Ur Bouddha o sellout ouzhin.
War an draezhenn
Trouz ar gwagennoù
A stok war ar bili.
Ur gorventenn spontus
War an hent e nijan
Ne ouian ket petra eo.
N'ur vont d'ar skol
An avel sach war ma sac'h
Aon 'm eus bremañ.
An avel dous, ha
Huchadenn mamm al laboused
O tostaat ouzh an neizh.
Me war velo
Ur valafenn o nijal
An avel o kanañ
Ma un' ar vintin
Avel greñv ha glav
Mont a ran er maez.
Bountet on war raok
An avel greñv war ar bili
A ra trouz em divskouarn.
Ma stammenn laeret
Gant aotrou Keravel
Kavet en dour, yen.
War an aod
Trouz ar mor dous kenañ
An dud zo laouen.
Astennet dindan ur wezenn
C'hwezh ar bleunioù kaset
Gant avel dous ar c'huzh-heol.
Plijadur 'm eus
O vale war ar bili
Gant trouz an avel.
Gant ma mignoned
O c'hoari bleiz gant
An avel dous.
Barradoù avel
Gleb-teil omp hon daou
Ma c'hi ha me.
En ur ster o neuial
An avel o flourañ an dour
Ha me laouen.
Fiñv ar vrañsigell
Kaset gant an avel dous
Nijal a ran.
E kreiz an noz, er gwele
Gant Monty, ma doudou
Ar gorventenn o vlejal.
Nevez amzer yen
Gant an avel hag ar flaer
Hañvouezh ar park.
Er gambr hep kousket
Trouzus an avel en noz
An ti o strakal.

Bufe astoure,
Poule qhutée,
Derlopée.
Dans un roseau je soufflis
l'air entrut
un p'tit air en sorta...
O rouelle, o tervir
La pirvir su la ch'minèye
Bufées, ouincements
Les batiaw s'entr'choq
La nuéye s'ensaove a ronsaw
Massacr d'ventèye
En chueu, ol alë
Hubiye, ol petochë
L'galern të fameuz
Sec comme pë de trée
Le vent de soulaire si frë
Me iace la goule
Un souér de pommë
L'Gabinaw de la Rétâ
S'en fut dans eune ventèye
Au drë d'la grand më
Paï hubi et l'neï au vent
Je sonje dans Marie
Piës frets, néz gueroués,
Dais gourds...
Vent du haot den la cour.
Le vent du haot
Etele ses chevaos
la mer ét toute bllanche
Je ses den mon let
je ouais le vent de Nordét
Demain la matin je vas au dahins
Anet i fé yeu
o'l vent le mond' est gueroue
V'là l'hivé qu'arriv"
Qhi subble de méme ?
Le oués-tu ouézé ?
Le sens-tu ô si grand chéne ?
pastór dans la coulee –
dedan les etèïles
le vent de l'ivè
Eune véprée ventée
des parapllées à la r'vée ?
ress don ben broussée !
Cant les feuill' défuntent
La ventée lous fait un don,
un nouviao soufl.
La bogu' chet a bâs, roule,
La chatâgn' sort
Et vol' dans la ventée
La ventée subele, soufele
Hob' les branches
Et emporte les feuilles
Elle arriv' tout' soule
Sous cet' pllée aparéssante
Ao mitan d' feuillardes
Ces pais longs ao vent
Elle se promen' longtemp
Dans cet' vach' gâre
Les grains d' sabl s'envolent
Les grand's vagu's s'ensaovent
Pour lésser la grev' nue libre
Je saot' d'un avion
Pour pouvair avair
La ventée en pllene goule
I cartaye la maison
I mene la pllée
C'et d'même q'et la ventée
J'n'e aoqhune idey
J'voudré ben avair d's ideys
Comme le vent qi supe
Les cotillons eqhéssë
Les jenoués en d'dans
C'ét l' vent qi l'avaet poussë
La tête en l'air
Le pai ao vent
Més, eyou q'ét ma barette ?
A l'automne le vent soufele
Les feuill's vol'nt tout's soules
E les ouéziaos vol'nt en bande
Le vent qi èt fret
Nous groue le qheur
D'un sentiment de malheur
La ventée souffele
Mes idées s'envolent
Et vont don cé le vaizin
La ventée s'envole
Et apport' don contë yelle
La nouvell' saison
Je brass' de l'air
Devant un' feuill' bllanch' quadrillée
Ou auqhun mot ne vient
Cant le jou se leve
Le vent hap' mes rêves
La vra vie s'ouvere à mai
La ventée m'emporte
Come elle emport' la mèr
Lein de ce mond' saovaije
Cant y'a un' ventée
Les cerfs-volants batt'nt dan l'air
Les qeniaos chaorissent
Cant y'a un' ventée
Tout's les feuill's pern'nt lous envol
Et flott'nt dan les airs
Cant y'a un' ventée
Les vagu's se mett'nt à baler
Et le sabl a jouer
La ventée souffele
Cant je sors de mon ôtë
Mon pai se herice
Le vent remplenit
Mon corps deconsolë
D'èr' pure et d'èr' frede
La ventée monte a haot les âmes
Qe les balles ont prins
La trist net-là
Le vent soufel’ su la mèr
Les chancrs ch’min’nt su l’ sabl
Et pinc’nt les dais d’pië
La ventée soufele en mèr
Renter’ dans mon nez
Me v’la enrumë
La ventée soufele
Et le chouan subele
C’est le debut de l’ivè
On ouait l’ vent subller
Les feuilles emayées
Du haot des arbrs se jet’nt toutes
Les arbrs chay’nt a bâs
Les ouézias folay’nt
Durant ce temp la taop’ boute
L’ vent vient en forét
L’abatou d’ bouéz coup les arbrs
Et le vent l’abat
Un vent de hainje rentere dan la forét :
I huche pés haiche les arbrs
Hapës dan son pieje
I va de branche en branche
I les cherit, i les hobe
C’ét d’ mém’ qe ch’min’ le vent
Acout’ les sonous
Com’ l’alain’ lous manqe
I perd’nt vent par tous les bouts
brene de në –
devaon irangne
chat tchutë vent
cloz bllanc –
dedan l'ivè
vent
Choû,chatagnes,pezas
qhets dans l'potin du Grand Tua
Avis d'vent du bas!
Choûs,chatagnes,pezas
Qhets dans l'potin du Grand Tua
Avis d'"vent du bas"
si zéphir chieri
et riffl' cotillons léjiers
vent folaod les ouiss'
Buffant vent d'ahaot
mér qui beuille et qui s'aff'lone
vra lut'rie d'deus giants!
Eune pouche qui gonfele
5 teyaus dersses coume v'lins
sonou d'mon bio paiz!
Vent "d'corne qhu": Aêr en poussié d'iao
mê, montangne bllanche d'éqheum',
enraïgerie! Temps d'gheüs
Alaïne matinale: Béruères, jans d'ghérets,
epiochons dôrés fersillent!
ghaie! Ghaie! Brise du L'vant
Bouffis la grand-vouèl'
Vires,vires les êles du moulin
Souffèles! Alant d'vie!
vent folaod défunte
sans un brut, ilà rendu
son tout déraine souffl'
Vent,ti'és esperë
vent,ti'és emayant
més, tourjou parti a cour.

NUIT, LUMIERES D'ECUME
GWENT SOUFFLE LES BOUGIES-PHARES
EOLE RIGOLE
Nuit, lumières d'écume
Souffle sur les bougies phares
Eole rigole
Souffle les bougies-phares
Eole
Rigole
dans le mitan du vent
le ciel se blottit
frileux de l'infini
Brise de mer –
dans chaque coquille
la voix de ma mère.
Lilas en fleurs -
la couleur pourpre
du Mistral.
Vent d'automne...
près de la boutique de vêtements
un mendiant tremblant.
Rafales de vent –
un chat suit
pétales de rose.
Après la tempête –
la jeune fille laisse libre
une coccinelle.
un cardinal
sur le bout d'une branche
valse en chantant
à la flûte
par le bouche à bouche
insuffler la vie
soins palliatifs
son dernier souffle
je retiens le mien
Sur l'aile du vent
Les ombelles se balancent
La Vie qui sourit
Une graine semée
Enfant adulé porté
Pousse seul aimé
les ardoises vibrent
sous mes doigts ta peau sucrée
mon bateau chavire
Gwen est dans le vent
Voire même à l'ouest Ernest
Mais c'est mieux qu'Erwan
Que plient les branches
Défilent les nuages noirs
Et gronde le ciel
Tempête gronde
Anéantis mes songes
trouver ton ombre
Dors ma douce pluie
berce mon souffle si court
sous tes mains Amour
sonnez le départ
Dès que le vent soufflera
En avant l'aventure
Bruit dans les drisses
Ca gronde et le stress monte
la mer m'invite
Les ventilateurs,
Font du vent et ce vent est...
très agreable.
Que Vive le vent.
Que vivent les vents divers.
Avec les lapins pervers
T'as mal au ventre
Trop mangé de floageolets?
Libère une caisse!
Hurlements du vent
les branches gémissent –
au lit je ronfle.
Sur la falaise
les cheveux ébouriffés
ivre dans le vent.
Premier jour de l’an
pas une âme dans les rues
pas même une brise.
Dos ronds sur la Terre,
Zéphyr s'en va t-en guerre
Et gonfle les jupes...
balayeuses en greve
seule le vent recueille
les feuilles sèches
tempête soudaine
une abeille plus profond
dans la fleur de lys
vent glacial
même la girouette
semble raide
Tourbillons –
Un milan pond dans les airs
la rose des vents.
Courants ascendants…
L’enfant asthmatique rêve
d’un grand souffle clair.
Pollen ou poussière ?
Le vent dominant chahute
nos lignes de vie.
corneilles immobiles
rien ne s'envole en chemin
que le vent d'hiver
un vent feuillaret
déshabille les glycines ~
ma robe d'été (feuillaret: expression régionale: un vent qui fait tomber les feuilles)
Saules étêtés
penchés au bord du pré même
si le vent s'arrête.
Rideau gonflé d'air
l'été s'époumone en vain
– l'automne s'invite.
Un grand vent s'engouffre
fouillant les sacs fourre-tout
– la foule freinée.
depuis ma fenêtre
la rumeur de la forêt
ce grand vent de branches
inséparables –
les cerfs-volants des enfants
et le vent d'été
un souffle d'été –
le duvet de pissenlit
parmi les merles
vent sibérien –
le cri du martin-pêcheur
revient dans le nid
Vent de novembre –
volée des dernières feuilles
l’hiver fait son nid
Ultimes retouches –
le vent d’automne peaufine
sa courtepointe
Air d’autrefois –
seule au balcon dans la brise
la vieille berceuse
des herbes et le vent
je n'ai plus rien
à dire
ses racines coupées
l'arbre garde souvenir
du vent
ils n'ont que le temps
de me parler du vent
les nuages qui vont
Dehors le vent indécent
dedans quinze femmes qui pensent
qui fument et qui rient.
Ville de touristes
dévastée par le vent, et
la pluie, Noël pourri.
Des herbes et le vent
je n'ai plus rien
à dire
Main dans la main
courir ensemble
contre le vent.
L'herbe givrée
au passage du vent –
immobile.
Vent d’hiver
le ciel vide de ses feuilles
frissonne sans bruit.
Noroît force sept
à la Pointe des Poulains
baptême à l'eau salée.
Ces nuages courant
dans un ciel bleu tendre
j'en oublie tout le reste.
Sous le vent d'ouest
les draps secouent
la poussière des jours.
Pas de vent,
Nuages,
Rien derrière.
Ballet de flocons
La bise aux papillons blancs
Brûle et me mord.
Le dernier voyage
Les feuilles mortes se rassemblent
un souffle les sépare.
Un souffle d'air chaud
l'herbe ondule sous la brise
Caresse intime.
Au souffle du vent
annonciateur de tempête
les volets se ferment.
Lentement le vent
Se transforme en tornade,
Diablement rageur.
Défonçant la porte
le vent, dans un grondement,
s'invite chez nous.
La colline du village –
le Crivăţ* colore [*vent qui souffle sur la Moldavie et la Roumanie]
les joues des enfants.
Le vent arrache
une tuile de la grange –
le chat se cache.
Feuilles dans le vent –
dans la pluie impitoyable
le nid abandonné.
Cliquetis lancinants
l'hiver, le long des quais
les voiliers s'ennuient
Le vent câlin
dans mes cheveux
sur la plage, seule
Le linge claque
dans le jardin
l'hiver n'est pas moin
Pomme de rainette.
Est-ce le vent d'automne
Qui t'a fardé les joues ?
Vieil épouvantail,
A ne dîner que de vent
Tu risques de maigrir.
Orchestre de rue.
Devant le trombone
Un peu de fraîcheur.
Quand ils se rencontrent
Les océans et les vents
Ils s'aiment en tempête
De quoi aurait-il l'air
Le vent
Sans une feuille où s'accrocher ?
Caresse ou gifle
De son souffle persuasif
Toujours il surprend
Décrocheur de linge
il s'en va le pendre ailleurs
Pssst ! Vent, par ici !
Mon chapeau à terre
il faut bien vous saluer
Monsieur le Vent !
pétales flottants
un peu beaucoup follement
le vent amoureux
sous le vent d’automne
si haut la crête des vagues
écume ou nuage
légers si légers
les flocons remontent au ciel
souffle d’un enfant
Écume de mer
emportée par le vent –
mon existence.
L’aile du goéland
caresse le vent d’été –
en bas, l’on rame.
L'air frais du Rhône
le long des murs d’Avignon –
qu’importe du passé ?
Dans ton absence
le vent résonne
"dis! Quand reviendras-tu?"
Sous la porte fermée
jouant au Roméo
le vent siffle sa romance
dans la bourrasque
une feuille en approche
mayday-dégagez la terrasse
Le souffle de la mer
éclate sur la roche
noire comme la nuit.
Les papillons volent
au-dessus du chant des arbres,
des branches et des pommiers.
Le souffle du vent chante
sur les belles feuilles endormies
qui volent en rêvant.
Je chante la nuit
dans le coeur du vent ça chante
loin les cloches sonnent.
Vent dans la pluie
sous les feuillages de l'automne
le hérisson passe.
Le vent de l'hiver
souffle dans la cheminée
le hibou chante.
Le chant d ela mer
tout au coeur du vent, la musique
des sons et des bruits.
Sortie de l'école
l'enfant retrouve le vent
secrets partagés
Matin de printemps
la brise enlace l'abeille
au fond du jardin
Tempête à Ouessant
la vague assaille l'étrave
craquements d'ébène
Moutons sur la mer
belle à peu agitée
grand-mère tricote
L'arbre dénudé
retient sa dernière feuille
toi ton dernier souffle
Pas un souffle
ni devant ni derrière
la girouette s'ennuie
Pillée par le vent
la monnaie d’or du frêne
— temps de crise.
Jour de rentrée
le vent tire le soleil
le long de la plage.
Cette nuit
où a t-il traîné le vent de mai ?
rumeur éphémère.
Danse par pétole
la bouée de Lampaul
un dauphin frotte ses puces.
Les chèvres d'Ouessant
soulèvent leurs poils
les falaises font de même.
Bourrasques du nord
pluie de riz sur le gazon
au loin déjà cendre.
Dans la cheminée
Le vent répond au souffle
Du poêle, décembre
Rafales sur le toit
On rallume le feu ici
Rafales sur d’autres toits
Mer bleue turquoise
Un beau grand voilier passe
Le vent dans les toiles
Ah ! Ce voile léger 
qui me caresse et me repose
l'heure exquise de la plage.
Les longs cheveux de la plage 
ondoient et murmurent
au vent fou d'automne.
Tintinabulant au vent 
les clochettes du noisetier 
annoncent l'arrivée du printemps.
Paris le vent
sent la bougie
ce silence aux terrasses!
le vent pousse
la balançoire vide
l'enfance si loin
Jupes envolées
écharpes dénouées
le vent se rince l'oeil
Rêve d'été -
seul vêtement de ton corps
le vent.
La haie de cyprès
ployée sous un ciel si bleu -
mistral gagnant.
À courir si vite
il ne peut rien emporter
ce vent fou.
sans souffle
le vent aussi
se meurt ce soir
sur les ailes
du vent le chant
de l'alouette
alité
au rythme du vent
la danse des arbres
fier cerf-volant bleu
amoureux de l'espace
le vent complice
feuilles retournées
sous un vent d'orage
l'ado rebelle
sur mes lèvres
le vent maquille du blanc
poudrerie d'hiver
Bourrasques sur le pont
la Penfeld est aux anges
il pleut des parapluies.
Il bruisse dans les feuilles
glisse sous les jupons de soie
le vent de printemps.
Ivre d'air pur
le vent dans la bouteille
pousse le bouchon.
Par vents et marées
de dérives en dérives
la noix de coco.
Boule de pissenlit
happée dans un tourbillon
ombrelles en voltige.
Face au vent du large
tordus crispés dépouillés
un bosquet de pins.
après chaque train
les feuilles envahissent
un peu plus le quai
au bout de leurs fils
les araignées dans le vent
journée d automne
le vent s amuse
a remonter les feuilles
par l ascenseur
Deux frères à la chasse
Dans le vent ténu du bois
Au satyre puant
Chardon agité
Tête vide parlant à la mienne
De l’été fini
Des tons bleu-violet
Sur mes doigts gourds d’écolier
Peints par le vent d’est
Retour de grand vent
l'enfant s'amarre
à sa mère
Cheveux au vent
un père Noël qui surfe
dans un journal.
Un matin d'école
le vent m'envoie une douleur
et mon coeur se brise.
À la plage
mon cerf-volant bleu
me fait voler.
Dans la voiture
des éclairs et de la pluie
c'est tout gris.
Un jour d'automne
je m'en vais au vent mauvais
les yeux pleins de larmes.
Tempête
je m'envole en sautant
ma famille est là.
Vent froid d'hiver
je joue au ballon
avec mon copain.
Le père Noël
fait sa tournée
malgré le vent.
À la plage
le vent m'envoie un grain de sable
Papa l'enlève.
En skate-board
le vent me fait tomber
à l'eau, sans rechange.
Le vent froid
m'apporte la peur, le vent doux
la fait partir.
Mon pique-nique
en sac plastique s'envole
sur la plage.
Le vent souffle
et détruit
mon château de sable.
Un jour de tempête
les ardoises volent dans le vent
clic, clac, par terre !
Un vent fort brise la nuit
le père Noël est là
et je l'attends.
jour de l'an
sur ma joue le vent trace
une fleur de soie
tombée du jour
la rumeur de la forêt
me rattrape
des terres lointaines
portées par le vent du nord
premières fleurs de neige
Ah ! le vieux loup
dans sa tête tous les vents
de la mer
feuilles immobiles
les derniers pétales s'accrochent
au silence
au grand largue
la lune remonte le toit
de l'école
Froideur sèche, pesante
l'immobilité palpable
l'air ne bougera plus.
Un soir de tempête
un vent très très puissant
un arbre s'est couché.
Froide journée d'automne
le vent souffle sur mon visage
bouffée d'air frais.
En haut de cette île
abandonnée par le soleil
le vent se lève.
Sur ce grand bateau
le vent me prend, la mer tangue
la peur au ventre.
Après la tempête
le vent fort souffle toujours
sur les grandes vagues.
Le vent me fouette
d'une lâcheté interdite
l'air marin me plaît bien.
Vent fou et orage
pluie agressant les passants :
voici saint Pabu.
Un beau matin d'août
plus de vent, tout à coup
sur l'arbre, majestueux.
Face à la mer
le vent déchaîne les vagues
je suis libre.
Au bord de la falaise
la mer déchaînée et le vent fort
m'empêchent d'avancer.
Une faible brise
sur le crâne du nouveau-né
son premier sourire.
Enfant dans le jardin
pas une brise, puis une bourrasque
je tombe sur l'herbe verte.
Un dimanche matin
mes parents scrutent mon bulletin
le vent est violent.
Le vent qui hurle
et moi, qui ne pense plus
à demain.
Tempête de pluie
ailes invisibles de mer
l'eau au visage.
Ce matin d'été
la brise clame et plaisante
me pousse dans l'eau.
Le vent qui souffle
deux filles blotties l'une contre l'autre
balade triste et glaciale.
La vague,
je la surfe,
si loin, si loin.
Sur la plage
le vent et l'eau glacée
joie partagée.
Tombe tombe
tombe la pluie
mais ne fais pas un bruit.
Fleurs de cerisier
qui tombent dans mon coeur
ne peuvent s'arrêter.
Trop de vitesse
et mon chapeau s'envole
porté par le vent.
Le ciel gris crachine
avec mon père et le vent
je suis très heureux.
Tempête de vent froid
marre, marre d'être dehors
vite, rentrer.
Assise contre un arbre
la petite brise glacée
rougit mes oreilles.
Un vent d'amour
remplit mon coeur de bonheur
quand je rentre au lycée.
Le vol d'une pie voleuse
donne l'heureuse offre à la malicieuse
d'une pomme mielleuse.
À l'aube d'un vol
de plumes, les mille couleurs
du ciel s'envolent.
Au détour d'un nuage,
dans l'air, le souffle d'une rose,
le soleil d'hiver.
Un vent coupable
souffle sur mes solides pierres
du puits du savoir.
Bleu comme l'arbre
comme le sang vers le coeur
le vent a un sens.
L'arbre me défend
le vent pénètre son écorce
et me refroidit.
Le souffle du vent
mes songes emportés au loin
mes pensées se perdent.
Souffle et chante
dans mes cheveux qui virevoltent
et dans les arbres creux.
Tu me donnes
le vent, encore plus faim
je veux des frites.
Cet endroit est mort
seule cette petite brise
redonne la vie.
La tête vide
mes joues fouettées par le vent,
l'hiver commence.
Quand je m'endors
chez Mamie, le vent souffle fort
dans la cabane, calme.
Feuillage disparu
la tempête dévastatrice
la mort m'entoure.
Je sens sur mon corps
ce vent frais, me rappelant
un flot de souvenirs.
Gazouillis
le vent finit son air
prison éternelle.
Vent de sable
mes yeux piquent fort
douleur.
Octobre, vendredi glacé
le test d'histoire sur la table
le vent commence à souffler.
Le vent souffle
écriture du beau temps
douceur sur la plaine.
Ce vent sifflotant
Tout près de moi je l'entends
Seule à Keremma
Pluie et vent, la plaine
de Kerampuilh ne programme
aucun autre concert.
Perçant la nuit
Le cri rouillé
De la girouette
Au vent fripon
Son parapluie retourné
Sa jupe aussi
Dans le miroir de l'eau
Mon visage
Froissé par le vent
le vent bienfaisant
épure l'air vicié
je respire mieux
la mer jette son venin
sur les roches innocentes
vent fautif
vent furieux
vagues écumantes
la mer fait sa lessive
Au hasard des vents,
les congères vagabondent -
vagues silencieuses.
Un craquement sec,
un grondement, le silence -
plaque à vent rompue.
Dehors, vent de glace.
Une bulle de savon,
Soleil dans tes yeux.
kornaoueg piégé
surf seul sur la partition
-Ô vent du biniou
En récréation
le vent crie et me pousse
je le gronde.
Le vent pousse, tout
contre le bateau, heureuses
mes cousines et moi.
Le vent arrêté
le soleil chauffe à la plage
l’été est arrivé.
Le vent me fait rêver
le vent m’emporte au loin,
le train qui passe.
Le sable dans les yeux,
le vent dans mes cheveux
souffle.
Vent chaud,
plage d’été, vagues
et body surf.
Sur les kayaks
avec mes copains
sans vent.
Sur le sable
le vent me pousse
et me réchauffe.
Au Pouldu, le vent
détruit des châteaux de sable
et les feuilles volent.
Autour de l’étang,
le vent souffle, me caresse
que de bonheur, que de bonheur.
Le vent froid souffle
dans mes belles joues glacées
puis mon nez coule.
Une rafale de vent
souffle très fort
dans le sapin.
À moto,
le vent nous a fait basculer,
et ça me fait flipper.
Je fais de la moto
le vent souffle très fort
et m’empêche d’avancer.
Le vent très froid
pousse mon vélo :
je suis tombée.
Le vent chaud souffle fort :
il m’empêche de faire des châteaux,
il les détruit !
À la plage
un coup de vent, mes yeux
pleins de sable.
Un soir, après l'école
une grosse vague fonce sur moi
je suis tout mouillé.
Le vent d’automne
me fait sentir
l’odeur forestière.
À vélo, mon manteau délacé
le vent se prend dedans
tombé dans les orties !
À la plage
le vent me pousse, je tombe
sur un caillou.
Sur le catamaran
le vent chaud en rafales
je suis content. Tristan
À la piscine
je vais plonger, mais d’un coup,
le vent me pousse !
Papa, moi, le vent
la tempête enlève
notre capuche mouillée.
Un jour,
le vent et la pluie soufflent
sur la plage.
Bateau bloqué
plus de vent dans la voile
je suis en colère.
Le vent siffle
fort dans mes oreilles
il casse mes tympans.
Poussée vers les rochers
perte de contrôle : le catamaran
va-t-il se briser ?
Le vent très glacial
dans un champ de Bannalec
trois chevreuils au loin.
Le vent se lève
on remonte l’ancre
direction la mer.
En avril 2012,
une tornade à Bannalecc :
mort de peur !
Le vent souffle fort
mes mains dirigent le cerf-volant,
j’ai un beau sourire.
Beau soleil à la plage
le vent souffle sur le château de sable
tout le monde a peur.
Vent méchant, qui souffle
je vais tomber malade
arrêtez de m’embêter.
Vent du printemps
une douce odeur de rose
brise de mer.
Le vent agite les vagues
et ma casquette a failli
s’envoler.
À la plage du vent
les pieds dans l’eau
il fait beau.
Le vent a enfin
fait voler le cerf-volant
grâce à Papa.
Ciel gris, vent froid
sur le bonhomme de neige
on est heureuses.
Parfum de rose
sur la plage, porté par le vent
on joue en famille.
Pluie et vent très forts
coupure d’électricité
colère noire.
Arbre dénudé
Frémissement dans l'azur
Feuilleenvolée
Voiles débridées
Linge blanc flottant au vent
Sein, ma bien aimée
Jupe soulevée
Souffle fripon aérien
Femme dans le vent
Ces instruments à vent
tellement intéressants
me font frissonner en chantant
Mon cerf volant Tournoyait en virevoltant
Puis se posa délicatement
Sur un cerisier fleurissant
Froides claques
tièdes caresses
à qui sont ces mains ?
Force ! Hurle ! Rage !
Violentes arabesques circulaires !
Il vous cache son oeil, son sein, son centre.
Mugissement du troupeau
stoïque l'enclôt observe
les toles danser
les feuilles d'automne
endiablées par le vent
mon livre s'achève
poussé par le vent
le papillon indécis
continue sa route
sur la terre nue
le vent par rafales
visite le pêcheur
C'est fragile
un amour naissant
une brindille dans le vent
Nouvel amour
entre ses lèvres et les miennes
le souffle du vent
Douce caresse
de la brise estivale-
Des yeux sur ma peau
Bourrasque-
Fuite vers l'horizon
d'un foulard de soie
Feuilles d'automne-
Derniers instants de vie
au vent d'autan
brise… une feuille jaune
gracieusement tombe à la terre:
"Le cygne mourant"
vent léger…
- Maman, dans vos cheveux –
une petite feuille…
rafale du vent:
les branches plient en panique
un cyprès – à gauche-à droite
vent frais sous ma robe
demain sera bien rangée
jusqu’à l’an prochain
terroristes en ville ?
les feuilles dans la bourrasque
percent les barrages
amis à la plage –
à l’aplomb de la buvette
leurs cerfs-volants figés
amis à la plage
à l’aplomb de la buvette
leurs cerfs-volants figés
ciel gris blanc gris noir
sans panacher les nuages
l'harmonie du vent
folle danse des feuilles
je laisse mon chapeau
dans la voiture
le vent se lève
les vagues du lac
sont de mer
automne sur les toits -
dans le vent dodécaphonique
le coq de tôle muet
pour un court instant
en essayant de voler -
pétale dans le vent
allées d'automne -
le vent vagabond siffle
après filles
chanson d’hiver –
le vent souffle
dans le sapin
Et le mistral souffle
Il hurle : les nappes s'envolent
Aïe ! vent de panique !
La queue qui frétille
Un cerf-volant, dans le ciel,
Joue avec le vent
le vent d’hiver –
la lune pleine
dans mes bottes
vent du soir
un grand rideau rouge
enjambe le balcon
déjà des feuilles sèches
courent sous le vent
soldes d'été
vent d'autan
l'hélice du tilleul
part en vrille
De ma mansarde close je vois mon bouleau blanc
qui chante le soir rose
avec ses feuilles au vent
Le vent d'ouest
plein de force
porte l'odeur du foin coupé

Nous survivons mais le vent passant la porte
nous laisse seul
emportant très doucement nos linceuls
Comme des feuilles au vent
des centaines d'étourneaux
arbres décharnés.
La lune avance
Non ce sont les nuages
Qui partent en vacances
Les arbres s'affolent
Vite rentrer le parasol
Une baleine cassée
Près des nuages
Un cerf-volant se débat
Voudrait voyager
Un timide vent,
berce l'orge mordorée,
la beauté reçue
Peindre le roseau,
le vent au bout du pinceau,
s'incline vers l'eau
Près des corps morts
des crabes errants
tendent l'oreille
Dans le courant
la barque tord
son ancre vieille
Une feuille jaune    
gracieusement tombe à la terre…
"Le cygne mourant".
Rafale du vent :
les branches plient en panique
un cyprès – à gauche – à droite.
Après le marché :
– Maman, dans vos cheveux –
une petite feuille…
Air de fête
la jupe de Marilyn
s'envole.
Foëhn ou faon
douceur à l'état pur    
la lune sourit.
Coup de blues
le blizzard à l'affût
de mon vélo.
Dans la forêt
le vent d'hiver
triste d'être seul.
Ciel d'orage
l'oiseau joue avec le vent
les feuilles aussi.
Étrange caresse
j'aime le vent d'automne
dans mes cheveux.
Tant en emporte le vent !
Jeunes pousses
Le désert en expansion.
Vilenie du vent
Pensée grise jusqu'au ciel
Le vélo renâcle
Dunes poitrinaires
Le vent le soleil de face
L'oubli d'être vieux
Paupières levées
Voix d’argent d’un vent coulis
Le téton frissonne
Seul à prier
dans l'église en ruine
le vent
D'herbe en herbe folle
les légendes de la lande
courent sous le vent
Jaloux de douze éoliennes
le vent au bout du pinceau
berce l'orge mordorée
Un moulin à vent
peindre le roseau
un timide vent
Vent chaud de juin
les feuilles devant les portes
déjà en rondes folles
Ruelle de vent
derrière les hauts murs
les pleurs d’un enfant
J’enlace le vent
Je rêve
Qu’il soulève ta robe
Après la bordée
le déneigement
du vent sur les arbres
Il neige
sous le fil électrique
juste un peu de vent
Ce n'est pas la mer
C'est un champ de blé
― Le vent du soir !
Le soleil dénude ton corps
Peau d’âme
Au vent qui l’écaille
Cinglée par la bise
la girouette
perd le nord
Le bruit du vent
trouble ma méditation ;
j'ai trop mangé de chou !
Plaine kazakhe ;
par bourrasques
le pôle se jette sur Astana
Jour de tempête ;
ma bicyclette
est un cheval sauvage
Jupe volante
l'air de rien derrière elle
le Mistral et moi.
Dernier voyage
je suis une feuille morte
dans le vent
On a frappé
le vent en personne
entre avec elle
Je tremble, je frémis. Mais je vis
Ton souffle me brise. Je souris
Vent, tu me fais la bise
Rêve dément
Rêve d'enfant
Je m'envole sous le vent
Brise printanière ~
quelques moutons de poussière
valsent sous la table
Sous les bourrasques
tous les arbres mis à nu ~
les feuilles piquent un fard
Coup de vent
une feuille s’éteint
en silence
Chaussures oubliées
La pluie lave l’intérieur
le vent les sèchent
La tempête vient
je retiendrai mon souffle
ce serait trop d’air
Aux pieds des bouleaux
les feuilles des vieux chênes
vent de novembre
Face à la bourrasque
Une toile d’araignée
Largue les amarres
Frisson matinal
la démarche du corbeau
sur l'asphalte humide
J’ai la nostalgie
Du grillon
Et des vents d’été
Dans la rue
les feuilles du bouleau pleureur
vent d'automne
TOUS A LA MER
SUR LES ROCHERS
LE VENT NOUS POUSSE
Vent sur le visage
invisibles vagues fraiches
sur la peau du sable
Le vent tait la pluie
tous les parapluies s'envolent
la porte est scellée
Vent fou du mistral
sur les remparts d'Avignon
les oiseaux se terrent
Essaim d’étourneaux
aussi fous que le vent –
labours alignés
Vent frais du matin
tu balaies mon esprit
de ses vieilles rengaines
Tête à la portière
le chien caressé par le vent
plisse des yeux
Sur un banc du parc
le vent tourne les pages
d'un livre oublié
Un vent fou se meurt...
sans un bruit, il a rendu
son dernier souffle
Plage déserte
le vent joue aux osselets
avec les coquilles
Prise sur le fait
à fouiller les poubelles
la bourrasque
Sous les rafales
le paysage entier tangue
- état d'ivresse
Un moulin à vent, jaloux de douze éoliennes,retrouve ses ailes
Retrouve ses ailes
s'incline vers l'eau
la beauté reçue
Attendant le train
nos ombres amoureuses
se bercent au vent
Les cris des mouettes
après le vent et l'orage
reprennent le ciel
Sieste au balcon -
dans la brise iodée
pleurs d'un bébé
Une rose sur tige
contre vent
du nord
Bourrasque de vent ―
le père noël du voisin
grimpe à ma fenêtre
Les Vosges partage le ciel et la terre
par ligne raffinée
du vent
Pas de mégots
sur quai
un vent

Un vent froid
je glisse dans l'eau
gelée.
Souffle le vent froid
qui claque les volets
de la triste rue.
Les vagues grandissent
de plus en plus hautes
je ris avec le vent.
Vent froid
je glisse, joyeux
sur la neige.
Le vent souffle
sur moi, sur toi
j'adore les airs parfumés.
J'inspire une brise
sur le voilier, j'ai l'impression
de m'envoler.
Je vais à l'école
le vent me pousse
dans le noir.
Sur la plage, enfouie
dans ma serviette
le vent emporte le sable.
Un vent très fort
les vagues me mouillent
je me sens libre.
Sur le bateau je sens
le vent arriver
dans mon dos.
Un vent froid
je pêche, le visage fouetté
par la pluie.
Les portes ouvertes
je sens le vent
et les feuilles qui tombent.
Chaleur au stade
le ballon balayé par le vent
on a gagné !
Le vent souffle
et la mer agitée nous emporte
vers le large.
Bord de mer
venteux et nuageux
on a froid.
Envie de me baigner
mais ma mère se fâche :
il fait trop froid...
Le vent fort
la liberté sur la voile
l'eau froide.
Vent de liberté
bateau qui s'envole
froid de tempête.
Un nuage, la mer
la voile claque
c'est la tempête.
Avec mon ami
la joie m'envahit
le vent sur la peau.
A la plage
avec ma famille, le vent
m'emporte à la maison.
Vague géante
englouti par les flots
température glaciale.
Vent froid
je saute en parachute
liberté infinie.
La peur et le chagrin
ses cendres emportées par le vent
mon chien est mort.
Monsieur le vent
souffle fort
la peur nous entoure.
Vent d'anniversaire
et jour de tempête :
ballons perdus.
A la plage
le vent est doux
les serviettes sèchent.
A la fenêtre, une mongolfière
nuit d'été, liberté
le vent se lève.
Sur ma terrasse
un coup de vent frais :
un nid tombe de l'arbre.
Un jour à la plage
à bord d'un bateau
il fait froid.
Un jour, à vélo
le vent me pousse très fort
je pédale dur.
Devant la boulangerie
en sortant de la voiture
pluie et vent forts.
Le vent souffle très fort
sur la plage avec ma famille
ça sent la mer.
Je souffle sur le sable
le vent sur la mer
je vois le rivage.
Le vent souffle de la mer
les pieds dans l'eau froide, et
les algues sur le sable.
Un jour au foot
un vent froid contre moi
ça me met en colère.
Souffle léger
du vent d'été
je me promène avec lui.
Le vent souffle
sur la voile de la planche qui
fonce dans les vagues.
Le sable de la plage
vient sur mon visage
amusé.
Le vent fort
a casé le cerf volant qui
tombe sur la plage.
A la plage
un vent froid me fait reculer
presque une tempête.
Un grand vent d'hiver
dans mon jardin, je joue
et j'ai froid.
Le vent souffle très fort
la tente s'envole
et j'ai peur.
Un jour au football
le vent pousse le ballon
dans ma figure.
Plage froide
et vent fort, contente
de rentrer à la maison.
Un jour à la plage
le vent me pousse, je reviens vite
à ma serviette.
Un souffle dans les rideaux
Bienvenu
Ami de passage
Le vent souffle
je surfe sous les rouleaux
la plage déserte.
Nez à la vitre
La toile d'araignée vibre
Sous les rafales
Sur le jet ski
avec Tonton, cheveux au vent
c'était trop bien !
Confier au vent
un secret -
Le regarder s'envoler
Le vent me pousse
sur la plage, je tombe
dans l'eau froide.
Le vent souffle sur la plage
la tête dans l'eau, sauvée
par mon grand frère.
Le vent fort me pousse
en avant, en arrière, vite
un chocolat chaud !
Les vagues bougent
pas le droit de se baigner
drapeau orange.
Sur mon skate, le vent
apporte l'odeur du
barbecue éteint.
A la plage
le vent me pousse vers elle
la méduse me pique.
Le parasol est tombé
envolé vers la mer, attrappé
par un monsieur.
Un vol d'oies cendrées
Le vent qui souffle de l'est
Journée d'automne
feuilles mortes
aux trousses du chien
le vent d'automne
deux vieux pêcheurs
somnolant dans une barque
rides sur le lac
vent sibérien
même l'ombre de la mouette
semble transie
saute de vent
la ola de son parapluie
et de sa robe
Sur le fil à linge
vent fou dans la chemise
- ailes du printemps
Carburant céleste
de la foule des cerfs-volants
course du mistral
Lettres du moulin
Don Quichotte ressuscité
grâce aux éoliennes!
Blason de sable,
d'embruns, de feuilles mortes,
la brise d'automne.
Le vent du sud est sans colère
mais que diront les vents de mer
à l'homme dont le chant se perd?
Au vent du nord
vogue l'Abeille
la vague mord ton vieux sommeil
Au clair de lune sous le vent
Dans la jardin le bouleau blanc
Berce ses feuilles de son chant
Grand vent
au-dehors
au-dedans
Frôlée, caressée
la falaise loge le vent
en son rocher
Seule sur la plage
le vent gerce ses lèvres -
elle pense à lui
Terrasse en bois -
le vent amène des flocons
qui fondent aussitôt
Éole fou furieux
dans un dernier craquement
l'arbre en révérence
Rafales de vent
le dernier pétale rouge
tombé sur le sol
Le voilier gigote
aucune terre à l'horizon
et le vent force nulle
Air de fête
la jupe de Marilyn
s'envole
Foëhn ou faon
douceur à l'état pur
la lune sourit
Coup de blues
le blizzard à l'affût
de mon vélo
Haute montagne
bûcheron du silence
le vent dans les pins
Manège fermé
les bancs sont libres
seul le vent tourne
Le vent accroche
aux branches sans feuilles
des chants d'hiver
Landes de Carnac
aussi décoiffé que moi
le coquelicot
Encore une année
poussant les mêmes nuages
le même vent
Pourquoi le vent
gémit-il sous ma porte ?
je n'y suis pour rien
De sable en poussières
nos maisons, nos pas, nos vies,
portés par le vent.
Le Ciel reste clair
nuages, vents, éphémères,
vous passez toujours.
Les feuilles qui tombent
sous les rafales de vent
-la lampe s'éteint.
La chanson du vent
accompagne mes pensées
-nuit de pleine lune.
Dans les mains du vent
la branche est le pinceau
qui dessine la rue.
Théâtre d'ombres
sur la façade d'en face -
nuit de tempêtes
Le vent dehors
balaie tout sur son passage -
tourner la page
Nager sous la pluie
avec le vent les mouettes -
les ailes de l'amour
Envolées ma bourse
et ma carte de crédit -
rugissements du vent
Insupportables
les sifflets de ce bourrasque –
jours sans décollages
Chants funèbres
toujours parmi les tombes –
tout le novembre
Le vent lui-même
musicien amateur -
les leçons de flûte
Battu par les vents
Le grand phare se lamente
Avis de tempête
La bise sanglote
l'horizon noie son chagrin
violons de l'automne
Novembre en folie
un concert au Bataclan
des fleuves de sang
Soleil déclinant -
une nuée de moineaux
picorent du vent
Seule sous le vent
la pierre fait le dos rond –
frissonner pour elle
J’ai fait mes valises.
au grand train du vent
l’insomnie voyage.
Flûte et saxophone –
au premier rang du concert,
j’écoute le vent.
Tempête,
les cris des corbeaux
noircissent le ciel
Souffle du mistral,
l'escargot peine à porter
des perles de pluie
Solstice d'hiver
une vieille femme effeuille
son éphémeride
Nuage de neige
le battement d'ailes des oies
fouette le vent
Ramée épuisée
branches et feuilles fourbues
bourrasque d'automne
Les soupçons du vent
font taire le canaris
aube printanière.
Fantôme d'hiver
le souffle du vent apeure
mon rêve de verre.
Le vent désaccorde
le chant de sa mandoline
grisaille d'octobre.
Claquent les auvents
de la foire déserte
les gens courbent le dos.
Débris de branches
sous le tilleul de la paix :
vent terroriste ?
Vent d'ouest et pluie
la cheminée chez Bigard
vomit sa fumée.
Vent furieux
emporte le chapeau de Monsieur
qui court après.
Entre vent et pluie
on essaie de sécher
ses ailes et ses espoirs.
Symphonie du vent
la pleine lune dépose
la dernière note.
Fin de l'automne
un dernier cerf-volant
promène sa solitude.
Tombée du soir
une éolienne mélange
le jour à la nuit.
Chagrin des ramures
brun doré tapis de feuilles
le vent aujourd'hui
Nuées au galop
braillard l'Autan des frimas
bruits secs des arbres
Balloté au vent
l'habit du Père Noël
mes souvenirs aussi
Le vent se faufile
dans l'ombre du cerisier
visage fané.
Le ciel se découvre
sur mes paupières lourdes -
un souffle de toi.
Horizon sans lien -
le vent gronde avec raison
sur un tapis d'ombre.
Un dernier souffle
les mésanges à longue queue
murmurent dans le noir.
Nuit de novembre
vent fou et larmes de pluie
de quoi as-tu peur ?
Un vent matinal
dans un soleil envoûtant,
chrysanthèmes en fleur.
Tourbillons de feuilles
autour du petit village,
hoquets du mistral.
Un papillon blanc
s'égare dans le vent du nord,
beauté éphémère.
Arbres dénudés
le vent souffle leurs habits
odeur suave.
Villa des tempêtes
un papillon
traverse la grève.
Soirée d'hiver
neige et vent font l'amour
seul sous ma couette.
Mon amour en toi
comme ce roseau bercé
frémissant au vent.
Reflet de la mer
l'oyat amant de la dune
roule en s'ondulant.
Souffle un vent glacé
et la nature est sans murs
j'en frémis pour elle
Idées envolées
vidée par le vent violent
ma tête... quelle conque.
La vague emportée
par le vent ; là, dans la mer
roule un enfant mort.
Verre de rouge
sur le pont supérieur
volupté du vent
Feuille au sol
aux couleurs du monarque
envol migratoire
Feuille d'érable
sur mon balcon de navire
lever les yeux
Sous les bourrasques
tous les arbres mis à nu,
les feuilles piquent un fard.
Coup de vent,
une feuille s'éteint
en silence.
Brise printanière,
quelques moutons de poussière
valsent sous la table.
Fuji mordoré
impassible sa beauté
ether altéré.
Ombrelles retroussées
bourrasque sur les jonques
chignons affolés
Souffle d'Hokusai
pétales de cerisiers
soies en éventail
Le vent par rafales
souffle des paquets de pluie
' tourbillon de feuilles.
Cette nuit venteuse
les feuilles des arbres bruissent
' silence de lune.
Le vent souffle fort
sifflant dans les grands palmiers
' jupe soulevée.
Arrêt du bateau
au Cap Trinité
miracle, plus de vent.
Les parapluies
au spectacle en plein air
n'applaudissez pas.
Rafale de vent
vol plané pour une fille
d'un trottoir à l'autre.
Quai du métro
dispersant la canicule
l'éventail des rails.
Côte Vermeille
la docilité des vagues
que le vent brise.
Fugue matinale
sans bruit la nuit s'enfuit
avec le vent.
Dans le champ désert
les pales des éoliennes
découpent le ciel.
Salon du Bourget
le numéro de voltige
d'un papillon blanc.
Le papillon blanc
se prend pour un éventail
chaleur estivale.
Vent d'automne
les feuilles mortes dansent
la farandole
La pêche aux moules
le vent marin
sent les frites.
Le vent refoule,
dans la cheminée,
mon ventre gargouille.
Nuit sans vent '
rien pour perturber
mon insomnie.
Vouloir rester seule
ne pas les laisser entrer
même le vent.
Écrire des haïkus
pendant la tempête
'en rafale.
Plaie en rémission -
le vent, du jaune et du rouge
a presque eu raison.
Prés des quais, la nuit
par grands vents tintent les drisses
aux mâts des voiliers.
Accueillir l'amant
comme le fleuve ou la plaine
accueille le vent.
Agréant des galets la sphère
où le vent s'arrondit
cille l'herbe des dunes.
De l'épaisseur d'une ardoise
enfoncée de travers dans la terre
le solin dézingué des bourrasques
Lampe soufflée du vent par la lumière
une traînée de suif
au bas
Dans le vent glacé
les goélands rebondissent
en grands cris de joie
Après la bourrasque
la forêt frileusement
éternue et tousse.
Bretagne éreintée
fait sa pause tempête -
demain gel annoncé.
Rare vent d'est ~
bruit de moissonneuse et
odeurs de décharge
Tourbillon de vent
dans une trouée de feuille
la lune aux trois quarts
Départ sans bagage
prise par le vent d'automne
une feuille verte
Volets ouverts
l'entendre ne me suffit pas
voir le vent
Tourbillon d'étoiles
deux iris illuminés
repeignent le ciel
Papillon au vent
entre deux feuilles de soie
le chant du silence
Plage dévêtue
au loin une trace bleue
poussée par l'autan
Courir face au vent
trop dur ou fainéant
non c'est l'ouragan.
Ta robe de lin
vole plus haut que tes reins
l'vent est mon copain.
Au bar je m'régale
que tombent les rafales
le vent et j'm'étale
Toutes les feuilles frémissent
le vent veut les arracher
elles veulent vivre encore
Le vent souffle fort
volent mes pensées comme les feuilles
arrachées aux arbres
Les arbres bougent beaucoup
le branches craquentet se détachent
tombent sur le chemin
Mon beau cerf-volant
s'est envolé très haut
je l'ai fabriqué.
Plus de vent du tout
papa regarde le cerf-volant
tomber dans le maïs.
Rien de nouveau, dit
la vieille en toussant, grise
la bise au dehors.
La tempête dehors
une rafale me frôle la joue
brûlure froide.
Le bruit sourd du vent
mes mains tenant le wishbone
je crois m'envoler.
La douce fraîcheur du vent
embaume mon corps
après une grosse chaleur.
Air frais
la caresse d'une brise d'hiver
mes mains glacées.
Une porte qui claque
dans cette rue sombre et déserte
voilà le vent qui passe.
Le vent fait clapoter
l'eau de la mer en hiver
les baigneurs sont rares.
Et ton souffle froid
s'installe doucement mais sûrement
dans ma gorge.
Le vent majestueux
soulève les vagues bleues
la mer se fracasse.
Un vent hivernal
souffle dans tes yeux glacés
mon coeur dans la bise.
Souffle fredonnant
Feuilles frémissantes d'un fruitier
Mon couvre chef fuit.
Je marche sur la plage
Cigarette au bec
Le vent l'éteindra.
Une brise légère
Lui ébouriffe les cheveux
Sur le sable blanc.
Seul dans la forêt
Un doux murmure se répand
Dans le feuillage vert.
Le regard au loin
Chante le vent dans mes oreilles
Je suis une terrienne.
Les feuilles d'automne
Qui se mêlent et se déchaînent
Dansent face au vent.
Je le sens sur moi
Il me caresse la peau
Ce vent glacial.
Les cheveux flottants
Je voudrais que ces rafales
Ne s'arrêtent jamais.

Vent fresquet,
Caminem,
Alè calent.
Wind in my hairs
'cause I don't care
run with me now !
Screaming on the roof
singing in my cell
whispering for me
stormy night -
the puzzle pieces
I cannot put together
storm...
I finally resonate
with Shakespeare
no storm tonight -
my first white hair
hidden in my photo album