ont écrit 1328 haiku
Breton (291)Gallo (40)Français (987)Autre langue (10)

Pa freg ar wagenn
bili an aod a ruilh-diruilh
'vel perlez en noz sioul
Ruilhal ra ar bili
dre nerzh tarzh koum gourlanv
ar reverzhi
En noz teñval, klev
trouz ingal ar bili a ruilh
dindan arsailh ar c’houm
Surfer kalonek
gwagenn tost ouzh an oabl
feskennoù en dour
Dirazon ar mor
goulaouet gant an heol
libr evel ur pesk
War ur vag vihan
e-kreiz ar mor burzhudus
tud o klask un hent
Diskennet ar mor
sioul an aod, trouz ar mor
ha bec’h d’ar c’hregin
Vakañsoù gorto’t
ar mor sioul ha plijus-tre
ur skornenn em dorn
Ur surf war an traezh
ur wagenn oc’h arriout
Plouf en dour sklas
C’hwezh an dour marv
tammoù plastik er mor don
koumoul o neuiñviñ
C’hoarzhin war an aod
o soñjal en dud marv
n’eo ket ur gwallhunvre
War ur vag brav-tre
‘sentiñ ouzh an avel dous
klevout kan ar mor
Ar mor o tañsal
me, o klask pesketa mat
ar bezhin o c’hoarzhin
Pesked o lammat
gwad o ruilhañ ‘barzh ar mor
eog o c’hoari
Pol su o teuziñ
ar mor o lonkañ tiez
tiez o vont kuit
Ma botez o splujañ
ma gwad o risklañ en dour
frizenn ar vuhez
Ar stêr, wad ar mor
kalon al loened ennañ
tachenn veur ar mo
En ur vro, ar mor
‘barzh ar mor, pesked en dour
ha tud o neuial
Kouezhet eus ma bag
gwad o vont diouzh ma c’horf skuizh
gwezenn ar marv
Ur vag o strakal
war ar mor bras dirollet
Wouah ! Morganezed !
Buan pignit ‘ta !
buan roeñveidi gaezh
deomp pell alemañ.
Ur vaot o vale
‘vit mont etrezek ar mor
ar vaot o neuial
Dirollet ar mor
tres ur penn maout er gwagennoù
Ah ! Sikour mar plij !
Sikour ! Sikour din !
Kalz morlaeron war ‘r bigi
o vont da lazhañ !
O vont d’ar mor bras
o redek ‘Kichen ar mor
ar pesk o neuial
Pesked alaouret
e-barzh rinieroù Breizh
gwenn ha du o hent
Ar mor glas saotret
perak livañ an dour e du ?
Kenavo ar mor
Sikour din Aotrou
setu-me o vont d’ar strad
Kenavo tudoù
Brav-tre an amzer
al loened-mor o neuial
an dud o kousket
Ar mor o huchal « sikour »
me o vont d’e saveteiñ
saotret mat an aod
Ar pesk o neuial
an den o kerzhet er mor
ar vag pell er mor
Ar mor sklaer ha glas
ar vaout o heuliañ he hent
treset gant plastik
Ugent albatros
o pesketa er mor bras
Plouf ! Un tamm lastez
C’hoant ganin redek
betek ar mor brav ha bras
kouezhet war ma c’hof !
Ruz-tan ma c’hroc’hen
rouzañ war an draezhenn fin
kousket en heol
Noz-du war ar mor
o kousket ‘barzh ar bigi
ar mor o tañsal
E foñs ar mor, pell
ur vorganez e billi
o tañsal bepred
Ar pesked lufrus
heol o kouezhañ en dour
an oabl o huchal
Korventenn diouzh noz
teñzorioù e-barzh ar mor
pezhioù-aour sorset
An heol ruz-tan
ar mor glas o tihuniñ
tarzh un deiz nevez
Nag ur gorventenn !
Ar c’houmoul du o tont prim
bag distabilaet
O sellet en dour
ouzh ar bezhin o tañsal
ur pesk o lammat
Plijet gant ar mor
sklaer-tre an oabl hag an dour
moged du du-hont
O kousket war an traezh
dindan an amzer tomm-tre
c’hwezh ar vakañsoù
Uhel-tre al loar
bigi ‘vont da strad ar mor
ar mor dirollet
Galvadenn ar mor
un den eus penn Afrika
pej ur vorganez
O redek war’n aod
dindan gouloù an heol
an noz o serriñ
Ar mor o redek
pell-tre betek ar reier
an draezhenn sioul
Sioul evel ul lenn
dirollet 'vel an diaoul
atav hollgaer
Mab-den didruez
na zoujan ket kalz ouzhin
'vevi ket hepdon
Pegen koantig out
gant da wagennoù diroll
'zañs gant an avel
Staotadenn kuzhet
trugarez da gersoulaj
d'ar mor e yelo
Etrezek ar mor
o chaseal krank emaon
tapet gant unan
Loc'hañ 'ra ar c'harr
etrezek ar mor ragach
ha bransigelloù
Lammat er poulloù
redek noaz ran war an traezh
cheñch dour d'ar pesked
Soubañ er mor yen
ha neuial un tamm pelloc'h
klouar eo bremañ
Tamm koad delienn sec'h
ur vagig war an izol
betek pelec'h e yay
Hep keal ar amzer
klet e-barzh ar kof ar mor
ar lestr-spluj plant tizh
Garv ar c’harregi
en ouf àr hent hon neuñvadenn
penn ront ur leue-mor
Loar-gann da serr-noz
karamelled é flourañ
aillte an Mhothair
Roudoù en traezh blot
marsoñj a valeadenn skañv
gouelanig e dreid ruz
- Hatoup ! Va teirgwern
- Mes kapiten n’eus ket avel
teir roeñv hon eus hepken
Bili blevek sellit ouzh
al listri o tañsal war an houlenn
leun evel balumed
Ar meurvor diroll
pe an tour-tan distrafuilh
ar skrev etre div galon
Klevout lapoused
goulo-mat ma spered-din
glav-puilh o kouezhañ
Neuial evit mont d’ar gêr
ar mor ma chomlec’h din-me
etre den ha pesk
Bigi o vont kuit
bag petrol o peñseañ
pesked o vervel
Na ken brav ar mor
gwelet bigi o vont pell
tud o tivroañ
Gouloù an tour-tan
‘tiskouez an hent da dapout
al lanv o tont
Dañs ar vorganez
dindan sklaerijenn al loar
gwagenn o tebriñ
Kouezhet er mor du
buhez o redek en dour
ma spered dihun
Na fall an amzer !
Gwagennoù o skeiñ ouzh ‘r mein
tud o pesketa
Kregin war an traezh
takadoù glav o kouezhañ
mor aet da bourmen
Degemer ar mor
dour mesket gant an douar
bourbouilh an dour lous
Ar mor fuloret
tammoù mein o kouezhañ
red-dour o tiskenn
Tud o vageal
bezhin peget ouzh o bag
marvet an heol
Kerent, bugale
bep bloaz o vervel er mor -
Nann, d’ar brezel du
Ur mor dirollet
ar gwagennoù bras divent
bag o peñseañ
Tapet ur pesk ruz
amzer o cheñch liv diouzhtu
lous-tre ar mor du
Pell-tre alemañ
ar wagenn drouzus meurbet
lonket an oto
Stêr o tispakañ
oc’h en em deurel er mor
dihentet mab-den
Gweledva dispar
evel un dragon dour glas
lazhet an tan ennañ
War aodoù mor Breizh
pesketaerien war ar reier
gwernioù bezhin
An noz o serriñ
kerreg, mistri war ar mor
gwad fresk war o beg
Divroad kollet
o vont gant red an dour sklas
Nedeleg laouen
Un tsunami bras
o tebriñ pesketaerien
pesked war an tan
Gourlenad
noueliged o piklammat
'mesk an tammoù plastik
Yen-sklas an dour mor
a-dreuz al lammoù ingal
c'hoari ar goulou
Mor kalm-chok
war divaskell ar vorvran
dour ha goulou
Kerreizh pe diroll
an den piv oar doñvaat
Ar mor a oar reiñ pep tra
Pep tra an amzer
Glas, Gwer, Louet, Du, Ruz, Marv
Mor, mammenn a vuhez
Gwallamzer e Breizh
ar mor a gizell da dremm
yud da garantez
Mor ouzh ar garrek
ne fiñv ket eñ deus ur meud
an hini kalet
Sioul eo ar mor glaz
gant ar bezhin gwer ha brav
me war ur velo-mor
Drouk eo ar reier
me da nijal war ar mor
ar pesked ivez
O redek emañ
ar gwagennoù laouen-tre
war zu an tour-tan
Sot eo ar pesked
o neuial gant ar bezhin
'barzh ar gwagennoù
Pesked o redek
war zu ar reier ruz flamm
trist an tour-tan
Ur wech e oa bet
ur paotrig o vageal
kollet er bezhin
Ar pesked a zo
o nijal laouen kenañ
sot gant ar bezhin
Trist eo ar bugel
o vageal oa bet e dad
aet oa diwar wel
Drouk eo ar mor
taer eo ar pesked brav
o neuial kuit buan
Trist eo ar pesked
beajiñ a reont pell
laouen ar pesked
Ar silied a dreuz ar mor
tri bloaz goude int e breizh
kontant int bezañ er gêr
Brav eo an dour
peogwir eo glas
d'an noz ez an kuit eus ar skol
Ar vag war an dour
ar pesked e-barzh ar mor
ar rae 'zo laouen
Al laboused bras
e-barzh an oabl bihan
o nijal laouen
Mont a ran d'ar mor
war un enezenn souezhus
gant ma mignoned
Ar marc'h-mor-delienn
laouen er mor brav ha gwenn
plijet on gantañ
Ar bezhin o tañsal
pa vo tennet ar bezhin
ar veaj a vo hir
Ur pesk bihan tout
aon en deus 'barzh ar mor bras
rinkined a zo
Achap a ran me
war un enezenn souezhus
fiziañs vras ennañ
Ar bezhin o fiñval
un draezhenn velen gant kranked o c'hoari
an avel o kanañ delioù brav
Un enezenn vrav
mont a ran kuit war ur vag vras
evit mont warni
Ar mintinvezh fresk
a teu da lak spont warnon
'vit mont kuit deus an enezenn vras-mañ
Ar mor bezhinus.
ar pesk o treuziñ anezhañ
ar glav o kanañ
Ar mintinvezh du
kregin er mor teñval
ar mor yen ha trist
War ar mor bras
e-barzh an avel du
ur vag e-barzh ar wagenn
Treuzet ar mor du
gant ur c'hazh spontet
e-barzh ur vag gris
En dour an delfin
en oabl al lapoused
ha goude netra, nemedon o achap
Plaenenn ludu gwenn
eskern friket ha berniet
bered tud beuzet
Daou doull d'ober eizh
kontelleged o sevel
taol hud an holen
Ledet war an traezh
ur c'horf a dro goustadig
duet an daou du
Dour sioul al Leger
c’hoant dezhañ mont da zañsal
e bae Lannuon
Lanv er porzh kozh
rouz-noz en dremmwel a lufr
ba ma gwerenn bier.
Kounnar ‘n amzer ruz 
c’hwezh lemm avel a viz Du
skerb gwenn an tour-tan
Flouradenn an dour
Ur peskig o tifloupañ
Voulous war ma zreid
Divaskell digor,
Sec'hañ 'raio ar morvran.
Lipous ar peskig !
Bara pok-ha-pok
Flouradenn avel dousig
Gouelan war-evezh
Ar mor gwallhuñvre
Poull dour gant daeroù tud
Ar mor en imor
Ken ledan ha don
Divent, diharz ha dicheck
Ar mor ra aon din
C'hwezh ar bezhin
'hed an devenn hag an traezh
kroz an taolioù-mor
Heol en e varr
o redek war ar mor
skeudoù ar gouelinib
Mor bras diroll
tre a-ribl an tarzhioù
nijadenn ur vorvran
Gorre divent ar mor,
gouelec'h dour sall
a zaeroù an dud beuzet
Tizhout an dremmwel,
setu pal diboell
ar pennoù brell
Galv ar mor don
a vez o tassoniñ don
e-kreiz ma c'halon
Ul labous mor a nij
pe ur sac'h plastik ? Ket,
spoum ar mor
Spoum ha taboulin
Redadeg kezeg ar mor
Korfoù divuhez
Saflik hañv peoc'hus
dindan sell doñv an heol
c'hoarzhadeg er mor
Toull-Douar,toullig-noz
distro ar wagenn divent
a gas kuit ho c'hoant
Porsklei 'us d'an aod
ar vrizh-du ouzh ar gleudenn
pa vank de'i he leue
Divaskell maen
aeled ar c'halvar,
goelini o nijal
War traezh 'l linenn vezhin
test ar c'hourlanv
ur vag o touarañ
Ar gouloù-deiz latarek
oabl ha mor kemmesket
mouezhioù rust en diabell
Ar mor sioul hag eoulek
evned taer ha youc'hek
ar c'huzh-heol dispar
Taer ouzh ar voger
eonus ha diwalc'hus
'darzh ar gwagennoù
Ar vag doc'h e roll
en em luska goustadig
houlenn fresk an hañv
Unan hag unan
e gontan bep granenn traezh
hiraezh fin an deiz
A-linenennoù fur
en em c'hoeñva an houlenn
a-blom ar reier
Ar Pouldu didud
rock an avel hag ar mor
e boutik bras ar bed
Kastell treazh
avel vor, anvioù brezhoneg
war an tiez didud
Goelini vihan
an draezhenn dilezet
gant an touristed
Kurun, glav-bil
tonnoù divent, gwagennoù ramzel
setu va Bro !
N'hellan ket bevañ
hep trouz ar bili-mor
o ruzañ war an aod
Mont a ran d'ar mor
splujañ ha neuial, sellout
ouzh ar pesked
Gourvezet en dour
an holen 'zebr ma c'hroc'hen
teñval an heol
War an tornaod
e klaskan an tour-tan
kousket war ar mor
Kaset gant an houlenn
mousc'hoarzh war an dremm
muzelloù yen
Surf gant mignoned
betek ar c'huzh heol ruz
fuloret ar mor
Debriñ dienn-skorn
e-kichen ar mor seder
ma familh laouen
Ar wagenn o tont
e donig-don an dour-beuz
analiñ en dro
Koumoul o teuziñ 'kostez an aod
ar Pagan en deus lakaet e voned glas
heol o tont war Kerlouan
Reverzhi bras
o skeiñ war aodoù Kerlouan
aet un tamm all ganti
Bras eo ar mor
bihan bag ar reder-mor
brav Jean Cam !
Glas ha dirollet
'vel soñjoù teñval unan
kollet er mor bras
'Barzh ar mor divent
Daoulagad ma merc'hed vih'n
Awena ha Nell
Dreist ar meurvor penn-da-benn
taol' a raimp ur ganevedenn
ur pont bras d'en em generen
Daoust e c'helli treuziñ an dour?
ha me war-c'horre an tour
o c'hwezhañ tan kalon ar gedour
Na pell hag hir eo an hent
'vit ergerzhiñ a-bezh e vent -
ar mor a gas an dud da sent
Nijadenn ar ouelan
sonerezh dous an avel
a-us an traezh flour
Àr ur c’hastell-traezh
‘m eus lakaet kregin bihan -
ar mor en diska
War ar reier gell
e tastuman meskl hag istr,
mat e vo al lein
Ma familh ha me
hon eus savet ur c’hastell-traezh
me zo laouen bras
Ar c’hastell-traezh brav
am eus graet get ma breur bras
ar mor en distruj
Me zo skuizh-divi
war ma serviedenn e kouskan
ur ouelan a glevan
War zodiak ma zad
bamet-tre on é sellout
lamm an delfined
War an draezhenn vrav
ur c’hastell-traezh a savan
me a zo fier-ruz
Bugale é c’hoari
an traezh tomm dindan o zreid
ar vell ‘barzh an oabl
Un ouelan en oabl
a-us an draezhenn didud
a spluj a daol-trumm
War an traezh melen
e ijinan meur a besk
‘barzh ar mor glas-pers
Hent ar Johniged
war vor gant touristed
chips ha Coca Cola
Nag a vurzhudoù!
pa splujan ha splujañ 'ran...
nag a gaerded!
Neuial, Bageal...
en holl blijadurioù-se
'kavin ma boued.
War ar mor 'lezan
d'an Ankoù ma holl boanioù
'ba'n hent dibabet..
Tan e ti o mamm
dour-mor en o lagadoù
etrezek ennomp
Korventenn hoalen
yec’hout ouzh spont ur brezel
etrezek ennomp
Dezerzh gor, mor kriz
an norzh dirak o zreid noazh
etrezek ennomp
Ar mor meurdezus
neuial pell ha splujañ don
blaz ur c'hofad istr
Etre an anaon
hag ar re vev
ar mor
Etre ar gwirvoud
hag an hunvre
ar mor
Gouelini er mor
en o gichen un tour-tan
dirazo ur vag
Ar mor fuloret
un tornaod o tostaat
ganti kalz a eon
'Barzh eon ar mor,
un tour-tan vras, gwenn ha du
war e reier du
Avel ar frankiz
serr noz war ar mor ruz
degenfinadeg
Dirazon,an aod
e-barzh ar mor fuloret
bezhin o tañsal
An avel hag an eon
gwagennou dirazon
ar mor zo tout se
N'eo ket mat dit
ar mor a zo saotret
dirazon bigi
Un ouelan o tebriñ
an draezhenn fuloret
war ar mor emañ
War ar mor emañ
a-dreñv ar mor ur bleizh-mor
ur stiogan ganto
Ar skorn yen
met ar pinguin a spluj
e-barzh ar mor bras
Ur c'hrank o pourmen
e touez tammoù plastik
peñse an draezhenn
Ma zreid er mor
evit ar wech diwezhañ _
adkroget ar skol
Sellout ouzh an delfined
skoet war draezhenn ar Pouldu -
marv diabeg
Ma c'hoar vihan
o c'hoari gant ur c'hrank -
tadig o kousket
War vag ma zonton
emaomp o pesketañ
war ar gwagennoù
Ur c'hastell traezh bras
savet ganin ma-unan
chomet en e sav
War ma flankenn surf
ur wagenn vras ha setu-me
savet en ma sav !
Sevel ur c'hastell
gant ma c'hoar vihan, distrujet
tamm ha tamm
Splujañ dindan
ar wagenn vras,met siwazh din
tapet on ganti !
Kuzh-heol bihan
hag ar mor bras ha glas -
mor bro Spagn
'Kichen an tour tan
an heol bih'n war ar mor
o c'hoari war an traezh
E tour tan Eusa
ma vlev difoupet gant an avel
e sellan ouzh ar mor
Traezh dous ha brav
ur grogenn-vor war an draezhenn
an traez eo ma mignon
Etre div wagenn
gouloù an tour tan
a ya diwar wel
Kuzh heol
an ouelan a gan'tal kichen
ma zud ha ma mamm
Amzer fall, glav-pil
gwagennoù a darzh, pesked
e donder ar mor
Gwagennoù ar mor
a zistruj ma c'hastell-traez -
ul labous o nijal
Ur wagenn vras
war va flankenn seurf -
"machine à laver"!
Fuloret ar mor
dirazi an avel bras
ar porzh gant bigi
A-dreñv din ar mor
ganti ar c'hrank o tañsal
warni an eon
Marv eo ar c'habiten
ur vorganez en e gichen
kollet gant e arc'hant
An dreazhenn zo tomm
gouelini o nijal
ganto ar bigi
Pesketour war vag
bezhin warnout, blev a ra
distro d'ar porzh
Didanout ur surf
o nijal war ar gwagennoù
brav-spontus !
An aod bras-kenañ
ar c'hregin e-barzh e dorn
bezhin war e droad
Morlaer er mor
bigi bihan dirazo
gwad ruz war ar pont
An avel o kanañ
ganin etre ar gwagennou
ar mor zo ma vamm
Blev er gwagennou
An eon en va c'halon
Avel gannin
Chifretez o neuial
Skarvig o nijal
Hag an istr o vevan
Pa vez o neuial
e foñs ar mor ar bezhiñ
o tañsal mat tre
An troad war an traezh
dirazout ar mor bras glas
o strakal war reier
Ur steredenn-vor
e lakan e-barzh ur poull
leun a vezhin
Splujañ dindan
plankenn surf Fabris,
war ar wagenn vras
Pignet war ar reier
o c'hoari gant ar gwagennoù
asambles
Heol hag avel
c'hoarzadennoù ar familh
heol hag avel
O c'hoari
'barzh ar poull dour
kan ar gouelanig
Nozvezh pijama
war an draezhenn,
kuzh heol
Avel greñv
barradoù glav war vor -
o neuial emaomp
War ma flankenn
o lammat war ar wagenn -
bugale o c'hoari
Diskuizh a ran
laouen o selaou
kanaouenn ar mor
Ur wagenn o tont
Kuzhet a-dreñv ar reier -
n'on ket gleb !
War ma flankenn surf
huchadennoù al laboused
barradoù avel foll
E bro Spagn
ur rekin er mor
ha me, o redek !
War an torn aod
fuloret eo ar mor -
an noz o tostaat
O neuial
gant Mammig ha Gwen
Tadig o pesketañ
Treset ganin
gant daou benn dantek
ur pesk spontus
Amzer fall
avel yen ar mor -
n'eo ket plijus
Redek a ra buan
dindan an heol
ma c'hi Nixon
Ur steredenn-vor
kavet gant Aelle ma c'hoar
adlakaet en dour
Dirak ar mor
e heulian ar sterig
a gas d'an draezhenn
Heol hag avel
tadig ha me war ar reier
re uhel evit mammig
Gant ma familh
sellout ouzh ar c'huzh heol
war an draezhenn
Kichen an tour tan
war enezenn ar Gwrac'h
sellout ouzh an heol ruz
War an draezhenn
ormel morgaouled
e-leizh, treuzwelus
Ma-unan e ran
ur c'hastell-traezh gant
bili ha kregin
Tadig o seurfin
war ur wagenn vras
dirak ma c'hastell-traezh
Stanket bag tadig
gant ma familh e sellan
ouzh ar bezhin glas
Uhel ar mor
o pourmen gant ma c'hi
nevez amzer
Ur c'hastell traezh
e savan gant dour
ha bezhin
Teir merc'h war vag
Mammig, Mamm-gozh, ha tapet
ur pesk bras ganin
Gant ma mignoned
c'hoari gant ur volotenn
war an draezhenn
O seurfiñ 'maon
gant Tadig, gwagennoù bihan -
plijus memestra
War ar reier
emaomp o pignat
en ur c'hoarzhin !
Sioul ar mor
war ar vag vras
e tebran ur skornenn
Mammig ha Tadig
Konogan, Aodren ha me
holl war an draezhenn
War vag, war hent
Gêr kloz Konk Kerne, evit mont
da zebriñ fritez
Gant sandwichoù pastez
pik nik war an draezhenn
devezh heoliek
An disheolier
ar serviedenn,ha me
o splujañ 'barzh ar mor
Dirak ar Mor du
n'ouzon ket petra ober
bugel ebet o c'hoari
Gant tadig
war ar vag, e sellan
ouzh ar mor
Er mor war ar surf
avel ha gwagenn vras
setu un delfin
Plijout a ra din
c'hoari e-barzh ar reier
gant ma c'hoar vihan
Bezhin war an traezh
gouelini en va gichen
ur c'hrank o vale
E Gwidel
Dirak ar mor e ruilhan
War ma flankenn skate
War vag, enez Tudi
o sellout ouzh ar reuniged
er c'huzh-heol
Me a zo o vale
er mor e welan
ur steredenn-vor
Fall eo an amzer, me ha
ma zadig a sellomp ouzh
ma c'henitervez vihan o redek
Ur silienn vor
o pesketa emaon
war ar mor glas
O rouzañ e Kerou
e sellan ouzh ur c'hrank
ur sailh hag ur steredenn-vor
O neuial emaon
hag a daol-trumm
ur wagenn, dreist !
Gant ma mamm ha ma breur
ur bern traoù a vez kavet -
an avel greñv
War bord ar mor gwelout
a ran ur morgaoul bras
gant ma zad ha ma mamm
War ar bili e
vannomp maen er mor
ar c'huzh-heol
Dindan ar mor
e welan ar pesk brav
ruz, glas ha roz
Surfiñ a ran e Kerou
ur wagenn vras-tre, ha me
er mekanik gwalc'hiñ
O kerzhout er mor
gant tadig e welan
ur peskig ruz
O seurfiñ emaon
seurfiñ a ran gant an heol bras
ma mamm a zo amañ
Seurfiñ a ran
bezhin a welan e-barzh ar mor
ma breur da zastum anezho
Pennoù du pignet
war an doenn, masklet mat -
hep bout kenfinet
He zreid en dour
ar vouezh gozh glev ar mor bras :
"berr ar vuhez, ket ?"

La mér s’met a coure
D’ene goulée evale la grève
Ao pllein core d’ertour
Qhi enter la maove
E le ressaqe nous done la mezure ?
Riguedaod de la mér
Matein, meidi, seir
rozz, plata o naranja
sólelh color maér
Matein com adseir
sólelh rozz o rój fuego
reflero en maér
Grandour maçacr
adorezon ou grand poûr
emayante - La mè !
Cherjës a haot fés,
des bocs afondrent chaqe jou.
Holanderie !
Su le dôs d'la mè
les péchous penellent a vivr'
dureront-i core ?
Airée de soulail
ergancië su la grand më
qan ervienrâs-tu ?
Caberdi-berdao
le doris a chavirë
les couéffes vont crië
Maraos de la baie
cancalâs manjous d’orbiches
signories piésantes.
Qhi enter la maove
Et le ressaqe nous done la mezure?
Riguedaod de la mér
La mèr s'met a coure
d'ene goulée evale la greve
ao pllein core d'ertour
Më afelonë
Cagnâ qi vole a qhu
Mochons d'eqhume.
Banqier qi rarive
Drapiao bin a haot le mât
Coéfes benézes
La më saote hardi
Hors-venus tout ebaobis
Dame!Couellë q'i sont.
Dever la mé naire
sou le chemin de Saint-Jaqe
i faet don ben fret !
Clinée du solai
baire enn bolée de mé
glissoere sur le sabl
Le fin bout de l’an
maograe la plley lèz darlous
ol veut vair la mé
Mè dez matins jou
assietë su les roches
vaer hâlë le temp
Unn rayée d'soula
egâille lez brimes de mè
s'ebluss la biaotë
Buffée é ventée
veyaij en bavet d'ève
s'avole nô tabuts
Bérouées, ventées, ouissées..
mêm' piaolées en mè
ne futent les p'tits peissons !
La marée (chaossée)
aroute vagues aprèes vagues
le piqhièts de grève
F'lée, bouqée, futée
pi atrempée et rassanciée
qhieulle manière d'êtr'
Mé amine le jou
mé gandilléûze la net
mé terjou segrete
Grand veyaije d’Ulysse
douze paissons de bouéz veilës
grand loû-de-brousse
Verte emblleuziy
le bonome bâssoure de iao
brichte, force a mai!
Du sabl de l'ourée
qe rouabl le courant de flot
la coqe se démusse
Herse su la grève
le varia des lésses dépochë
ao pllein de la mé
Du sabl de l'ourée
qe rouabl courant de flot
la coqe se démusse
Hersë su la grève
le varia des lésses dépochë
ao pllein de la mé
Rouchouse de falâzes
envalouse d'houmes et d'batiaos
bllèche queuq'faï la mée!
Bét' de chv'as d'eqheume
accoussés par ventée d'diab'
"Chasse-artu" en Manche?
Ferluchon d'eqheume
corset d'roches amenuisantes
OUESSANT s'epaome!
En Mèr dréêre chaq' vagu'
y'a un Berton à la païne
q'a en song': Bertangn'...
Bléïche et naofraïgeouse
toujou vent d'sus, vent d'dans
Méditerranée
Oh! La Pétite Mèr!
Caôtes près la Mèr, l'boutd'la Téêre
Nen-ni! Eun' Bertangn'
Sour lez pavaes, le sabl
sus lez rochiers l'éqhûme
e pllein du croghilhaije
La grande aeve saley
son gout den mon pllatet
od du Muscadet
La maove a bout d'aele
la grande aeve si lein, si lein
laz v'la q'ol l'aveint

la mer resplendit
et brille c'est un
coucher de soleil
il fait chaud, il fait beau
les surfeurs survolent l'eau
la mer scintille
Dormant nonchalant...
"Casse" le nœud de chaise,
Et prends la marée !
La Duchesse Anne :
Ses trois mâts au vent volant
Gonflent leurs voiles.
Face à l'écume,
Délester, larguer l'ancre,
Voguer à jamais...
L’éphémère sourire
Glisse entre deux vagues à l’âme
L’effet mer fascine
Au loin droit devant
Juste la Mer et le Vent
Sans peur hors du temps
La nuit s'installe
au couchant s'éteint l'horizon
La Mer est sans fin
Un beau ciel bleu
une mer douce et bien bleue
la belle vie bleue
Regarde mes yeux
tu vois ma vue de la mer
elle m'est très chère
La mer de nuages
s'éloigne de l'Océan,
pluie sur la Montagne
Comme cette empreinte
sur le sable du rivage,
ce qui est s'efface
Rive Nord, la ville
pointe sa proue vers le large,
voyage immobile
Danse une évidence …
conscience de l'impermanence
ou Insouciance du lendemain ?
Danse providentielle
les vagues se laissent
pousser des ailes
Flux et reflux marin
flux sanguin du matin
dans mes jambes en chemin
Lou a bu la tasse
son frère se tord de rire
comme une baleine
Sur le dos de la mer
s’en vont les bateaux
de vague en vague au port lointain
Les vagues dans leur grand voyage
échouent toujours sur un rivage
ici ou plus loin charmant paysage
Ultime au revoir-
un mouchoir blanc qui s'agite
au loin sur les flots
S'éloigner du port
et sans le moindre regret
mettre la grand voile
Même sans bateau
je m'en vais à l'aventure
à bord de mes rêves
Pas de bateau
sur la mer en colère
le croissant de lune
Chaleur
à l'ombre du phare
une épave
Quarantaine
avec Captain Nemo
sous les mers
Mer tranquille
les pêcheurs de perles
parmi les étoiles
Halo de Pen Men
coeurs apaisés, tu es là
toujours à jamais
Château de sable
les premiers locataires
quelques crabes
La mer en furie
trop de poissons contaminés
par les plastiques
L'océan moqueur
étend sa couleur sans fin
le ciel lui répond
Battu par les vents
sur la falaise immobile
le menhir voyage
Face à l'horizon
la mémoire des odyssées
gonfle la voile
Confie à la mer,
les clefs de ton évasion -
prie que tout aille bien
Laisse-toi porter !
qu’importe la direction.
rue de l’océan
La mer est furieuse
elle cherche à fracasser
phares et remparts
Il frémit, mon doigt,
à l'océanique idée
d'un plafond sans toit !
À l’aube naissante
un bateau quitte le port -
rejoindre le large
Peu après minuit
la lune envoie ses rayons
éclairer la mer
Le vent sort les crocs ;
mon regard nu sur les vergues
cherche où sont ses mots
A moi liberté !
emportée comme un fétu
par monts et par flots.
Nageant près des cieux,
je n'ose aller vers la plage :
j'ouvre en grand les yeux !
L'ennemi attend
l'abeille ne sourit plus
silence complice
Elle fait des études
dit-elle! dans la forêt
les bêtes révisent
Ah! maudit vent d'est
il lit mon bouquin plus vite
que moi! Quel coquin!
Marre
du marin qui ne sait voir
son amer ego
Je suis celle de terre
tu es sel de mer
scellons-nous
Océan
Oh cet hauban
Hissez haut avant tout déploiement
M'éloignant du bord
avec les mouettes du soir
je nag(e) au large
S'évader, quitter,
enfin le vent m'emporte
au larg(e) des contrées
Prendre le large,
voyager, respirer, plus
jamais confinés
Camaïeu de bleus
le ciel à l'infini
se noie dans la mer
Phare balaie la mer
attirés comme des phalènes
des bateaux approchent
Cornes de brume
des ramasseurs de coquillages
mouvantes silhouettes
C'est pas facile de
mettre une combi trop serrée
Mais dans l'eau ça glisse!
Il fait beau chaud. La
plage aux animaux sauvages
préfet écolo
Au bord de la mer
des enfants réfugiés font
un château de sable
Marée haute
algues, pierres et coquillages
lessive de la nature
Hypnotisée
la marée monte et descend
lessive de fin de journée
Foin des règlements !
rêver de prendre le large
en confinement
Mer calme d'hiver -
aurore et goéland dans 
le même cercle
Fraîcheur du soir -
le doux mouvement d'écume
sur mes orteils
Être dans les fers
de son regard hypnotique -
l'or bleu de la mer
Après la tempête -
la mer d'hiver restaure
la voie lactée
La lune d'automne
sur le miroir de l'étang
soudain prend le large
Des langues d'écume
au rivage de la nuit -
lune décroissante
Lever aux aurores
un bol d'air plein jusqu'au bord
de la mer du Nord
Repas sur la digue
des goélands se partagent
un paquet de frites
Retour de vacances
en souvenir de la mer
une boule à neige
Qu’a donc engendré
ce vieux magma de granite ?
Galets et sable fin
Frontière d’écume vive
sprint incessant de pattes noires
trottent les bécasseaux
Mugissement sourd
à l’écoute, un mur gris
océan derrière le blockhaus
Cachée des regards
la mer accouche du ciel
après l’horizon
La mer en furie
véritable onde de choc
qui fracasse tout
L’ouragan fait rage
la mer, violente à l’extrême
engloutit les phares
Transatlantique
tous mes sens s'enivrent
d'iode -
Grande marée
sa jupe de dentelles
virevolte
2020
la mer étouffe aussi
sous les masques
Une vague gigantesque
une minuscule planche
et le fou rire du surfeur
L'écume s'écrase,
d'une blancheur spectrale,
contre les rochers
La brise salée,
hurlements des vagues fraîches,
si grande aventure
L'horizon est nu,
une bouffée d'air iodée
les vagues ondulent
Écumant de rage
la mer fouette le rocher
à tout jamais zen
Marée basse
crabes fer à cheval labourant
la Voie Lactée
Phare dans la tempête
crêtes blanchâtres des vagues
lessivent le ciel
Visage face aux embruns
une rose jetée à la mer
pour un dernier aveu
Reflets sur la baie
le cri d'un cormoran
déchire le silence
Du bleu éternel...
Sur la vague sous la vague
Se meut tout un monde.
Corps nu au soleil
bercé toute la journée
par le son des vagues
Assis sur le sable,
la vague, sournoisement,
me lèche les pieds
Fous de Bassan dingues
goélands qui volent sur le dos
le macareux a ri
On surfe sur la vague
la planche à voile à l'envers
marée haute en vue
Y a du bigorneau
y a de la moule bien baveuse
il reste du bulot
Souvenirs ancrés
larmes salées goût amer
reprendre le cap
Respire saute crie
crête ou creux des vagues
rit pleure et vit
Un grondement sourd
les vagues bavent d’écume
s’affalent en silence
La mer étincelle
la lune la courtise
la mer l’avale
La mer se défend
l’enfant court dans le ressac
la mère le protège
Dérive bien loin
pas pris soin de la baïne
aide est là à point
Froid sur le bateau
pêcheur froid dans la houleuse
mer l'a refroidi
Le ballon dérive
son frère part le chercher
eux deux disparaissent
Envie de mer
une mouette
me rit au nez
Fin des vacances
l’envie de prendre la mer
sur ce nuage rose
Bouche bée
le môme de Montfermeil
face à la mer
Plane un albatros
par tous les temps et marais
voyageur des mers
Une étoile de mer
colle au rocher de la plage
au revoir le large
S'en aller, sans tort
un tour mort, deux demi-clés
Armor bien aimé
Le noroît crie
dans les os d'une mouette
équinoxe
En échos d'infini
le silence des grands fonds
au coeur du tumulte
Vent en poupe
l'océan s'enténèbre
en somptuosité
Du matin au soir
rose, or, argent ou orange
mer riche en couleurs
Parfois un ciel lourd
électrifie l’océan
d’éclairs meurtriers
Levant ou couchant
le soleil et la mer dansent
au bal des couleurs
Froidure de l'hiver
soleil couchant
mer de braises
Il pleut des vagues
sur la mer
brume de soie
Chemin de ronde
toutes les tempêtes d'hiver
dans le pin courbé
Marche sur l'estran
avec le vent du Nord je goûte
tes lèvres salées
Valse des adieux
pas une minute le vent
n'a cessé de souffler
Les baskets remplies
entre la dune et l'océan
d'un kilo de sable
Tempête force 6
ne plus distinguer grand-chose
derrière les lunettes
Maillot de bain oublié
être au plus complet
en étant nu
Toujours plus profond
nager après le grand bleu
mourir où la vie commence
En toutes saisons
bleue, verte, grise, noire, rouge ou morte
mer source de vie
Tempête en Bretagne
la mer sculpte ton visage
hurlant ton amour
Entre ciel et mer
l'horizon reste à jamais
plus qu’un trait d’union
Quelle que soit la mer
là où l’horizon commence
le ciel sort de l’eau
Quel que soit la mer
là où l’horizon commence
le ciel sort de l’eau
Qu’il soit près ou loin
le ciel plonge dans la mer
au point d’horizon
Poussée par les vents
la mer, d’un accès de fièvre
se perd dans les terres
Surface immuable
la mer et ses habitants
ne laissent pas de trace
Calme ou déchaînée
à qui sait l’apprivoiser
la mer sait donner
Vagues après vagues
fruit d’un travail incessant
le roc devient sable
L’orage est passé
arc en ciel sur l’océan
un trésor y gît
Vendée course folle
par-delà les océans
des marins s’affrontent
Le soleil miroite
la mer est étincelante
je suis bienheureuse
Depuis mon rocher
je scrute les crêtes blanches
sources de l’écume
Le vent souffle fort
les embruns flottant dans l’air
burinent ma peau
Le ciel en azur
a choisi la mer
pour miroir
Le printemps
est une fleur
que la mer ne connaît pas
Le bleu de la mer
se confond avec le ciel
je suis à Ouessant
D'abord voyager
par les livres pour découvrir
le monde sa richesse
Mon éternité
c'est la mer qui vient s'unir
avec le soleil
L'homme prend la mer
la mer prend le matelot
la femme le deuil
Houle dans le port
une mouette est à la barre
du canot qui tangue
Le ru en furie
emporte et noie les chatons
du saule pleureur
Confinement
ce soir un petit nuage
je pars en voyage
Vent en folie
mer en furie -
l'esprit s'envole
L'éphémère sourire
glisse entre deux vagues à l'âme
l'effet "mer" fascine
La Tour au lointain
figée sur son promontoire -
l'appel vers le large
À marée basse
chuchotis des coquillages-
bouteille à la mer
Le ressac des vagues
au creux des coquillages-
le chant de la mer
Le suroît violent
pousse les vagues
où est la plage?
Marée basse
sous les goémons des trésors
bigorneaux et pain beurre
Le ciel et la mer
dans un gris infini
pas un souffle
Lame déferlante
s'écrase sur le récif
feston blanc d'écume
Le bateau s'éloigne
le vieil homme le voit partir
debout face au vent
Accroché au vent
elle m'entraîne au grand large
il est déjà tard
Le ressac l'épuise
ne plus partir vers le large
mourir sur la grève
À bord de ma pinasse
sur une mer agitée
voguer puis mourir
Plage du Truc Vert
odeur d'iode et de pluie
en bout de jetée
Face à l'océan
les embruns sur le visage
mon chapeau s'envole
Tempête sur les flots
l’hiver déploie ses fureurs
un mur d’écume
Un radeau d’espoir
s’il ne perce les ténèbres
éclaircit la vie
Climat déréglé
la mer déchaînée pleure
nature en péril
Au large de ta peau
appelée à rentrer au port
ma peau
Larguer les amarres
remonter l’ancre des mots
début de démence
Prendre le large sans bouger
partir au bout du monde
au cœur de moi
Ses vagues déferlantes
la rivière Ellé en crue -
on dirait la mer
Vent du large tonique
Au pied du phare de SAINT GEORGES
QI GONG ressourçant
Ciel bleu et soleil
minutes méditatives
la marée descend
L'oiseau dans sa cage
le poisson dans son bocal
marin tourne en ronds
Rêve de grand-large
tourne retourne les pages
derrière les barreaux
Des ailes pour voler
mon prochain vœu de l'an né
le bateau prend l'eau
Trois oies d'ombre
la nuit efface la mer
sublime son chant
La plage d'été
bien plus profond que la mer
le bonheur de l'enfant
Silence en mer
un goéland sans gêne
frôle notre vie
De vagues rochers,
la lande des moutons blancs,
une mer de fleurs
Escalade
des frères sur le sable ~
vacances d’été
Effervescence ~
on compte les jours de plage
avec papa
sur le bronzage
l’écume au goût de sel
~ Méditerranée
Deux méduses bleues
en mer méditerranée
m'ont prise pour cible
Fenêtre sur mer
lorsque je tends bien l'oreille
j'entends les mouettes
Une conque échouée
je le porte à mon oreille
l'échos du rivage
Un bateau en mer
encerclé par la tempête -
combat inégal
Mer nourricière
se battant contre la grève
donnant donnant
Mer vivante
battant la grève
amie ou ennemie
De vague esseulée
je deviens vagues à lame
du calme à la tempête
A moi la curée
crie la mouette à la crevette
le chalut relevé
Une mer de Bretagne
c’est cent couleurs plus le bleu
pour rafraîchir l’air
Pique-nique et parasol
Le soleil blanc éclabousse
Rester se rôtir
Voiles qui claquent
bateaux dansant dans le vent
drapeau rouge en vue
Une claque d’air frais
La plainte des goélands
Oublié le monde
Il danse dans les vagues
Une harpe l'accompagne
Et le vent clair
Nu il danse
dans le concert des vagues
qui se croisent
Traversée d’hiver –
balayés par les embruns,
les hublots givrés.
Dans la houle noire,
les flocons en chute douce,
avalés par la mer.
Une mer de glace
a recouvert le rivage -
banquise immobile.
Dans l’âpre tourmente
sous les embruns d’ivoire
nos traits se dissolvent
Parmi les étoiles
des deux ténèbres amantes
le navire grince.
le bec de tortue
sorti de la carapace
indique la mer
chanter un air noble
danser sur un rythme ancien
vagues de la mer
vague retombée
qui révèle l’horizon
appel du lointain
le ballet des vagues
au hasard
nos ricochets
sur le promontoire
les flots sous la falaise
déjà les embruns
la marée montante
un seul ban de sable
il pêche encore !
cris des goélands
ils se disent des histoires
de mer et de ciel
bruits d’appareillage
dans la nuit trop noire
seuls les mouchoirs blancs
les chevaux galopent
dans l’eau de la marée –
si vite passés
Immensité de la mer,
désert d'eau salée
des larmes des noyés
Atteindre l'horizon,
c'est le but insensé
des écervelés
L'appel du grand large
souvent me fait vibrer
au creux de mon être
Bruit mousseux sur les galets
va et vient régulier léger ou violent
esprit apaisé - sérénité - voyage assuré
Trente jours de mer ~
Ramenant sa barque
à bon port
Le son des vagues
Les corps qui dansent
Abattent mes épaules
Un truc blanc qui s'envole :
sac plastique ou oiseau de mer ?
écume de mer
point flottant sur l'eau
est-ce une bouée est-ce un nageur
brume dissipée rien
eau dans le chaudron
ingrédients de la sorcière
des sacs en plastique
les vagues en rouleaux
mille petits coups de pinceau
dessinent les falaises
Petite sieste
bercé par le refrain
des vagues
Casse-croûte
les mouettes se rassemblent
sur les rochers
Larmes des enfants
les châteaux effacés
par les vagues
L’odeur des embruns -
mes souvenir de ta peau
après la baignade
Posé sur son roc
le froid ventilateur lumière
souffle sur tes yeux
Quatorze décembre -
cette année encore il met
les pieds dans l’écume
Heure mauve
le ciel s’est retiré
avec la marée
Cris de joie -
des bateaux et des vagues
dans la baignoire
D'un autre monde -
sur la plage les enfants
menottés
Première mer d'hiver -
sur l'écume
le chemin de mon pas
Soleil de novembre
face à la mer
la première de tes rides
Bord de mer
je plonge
dans mon vieux carnet
Marée basse
sur le sable
un océan de lune
Glace opaque
sur la rivière vampirisée
sanglots de l'eau
Les plaques de glace
habitent le fleuve
la COVID la terre
Herbes marines
ébouriffées par la marée
il perd ses cheveux
La marée chante
l'ondine sur son récif
ensorcellement
Le bruit des vagues
la plage a disparu
la mer monte si vite
Brouillards, ventées, averses
même tempêtes en mer
ne dépitent les poissons
La marée (chaussée ?)
boute vagues après vagues
les piquets de grève
Papillon suicide
autour du feu entre amis
commune insouciance
Expatriation ~
partout où il y a la mer
chez soi
Le jour des morts
départ pour la pêche
à la vive
Rafales d'hiver
l'écume poursuit
ses vagues
Courants, contrecourants,
de l'île ou de la barque,
qui retient l'autre ?
Il hameçonne ses rêves
à la pointe de son ombre,
le pêcheur sur le quai
Océan indéfini
l'espoir d'une vie
une île et mon coeur d'amour
Une ligne se dessine
tracé d'un regard
tel un rayon de soleil
Laves, nuées, écumes
tempêtes, éclairs, pluie
sources de vie et de mort
Craquements des mâts
la mer est maîtresse à bord
les coeurs battent encore
Ressac tumultueux
en l'estran bouleversé
les couteaux pleurent
Le petit voilier
grand-voile et foc affalés
se déshabille
Craquement des mâts
la mer est maîtresse à bord
les coeurs battent encore
Le chemin côtier,
les rubans de prunelliers
frissons d'infini
Suivant l’horizon
je dormirai dans l’abîme
pour l’éternité
Au cœur des ténèbres,
les voiles de l’espoir se gonflent
et m’emportent au large
Le sel de la mer
donne du goût à ma vie
remplie d’amertume
Avec l'aurore
émerge le sémaphore,
le cap est tracé
Bouteille à la mer
par les flots tant ballottée,
encre marine
La mer étourdie
trébuche sur les rochers
au fil des marées.
Les ailes de pierre
des anges du calvaire
les goélands planent
De ses yeux trop bleus
elle lit ne numéro vert
il est l'heure de fuir
Toujours confinée
envie de prendre le large
un thé et un livre
Site de voyage
entre Japon et Bretagne
rêver sans bouger
Salie de saletés
sautes de l'Homme saligot
l'eau salée se meurt
Comme Terre et Mer
différents mais semblables
rupture glaciale
La douleur se noie
dans cette mer de tendresse
cet océan de joie
Sur l’écume du silence
il est arrivé
Barouf hivernal
La plage se rase
mousse d’écume blanche
l’azur frais caresse sa peau
Marche iodée
éveillé d’une seule paupière
l’écume pour oreiller
Le jusant, au dos du flot,
attend son heure
à bord de l'horizon
Vagues sur les rochers
l'odeur des algues dans le nez
je m'arrête et je regarde
Bruit des vagues
le dégradé du soleil
sur la mer
Valse à mille temps
au-dessus du chalutier
les oiseaux de mer
Vent de force deux
la queue de mon cerf-volant
frôle son triangle
Camp sur la plage
la fille joue avec le feu
juste un peu
Sur la plage
mon chien Flocon s'échappe -
soleil couchant
Les bouts de pain attirent
les nombreux poissons colorés
de la grande mer bleue
L'odeur des algues
et le gluant des ormeaux
je pêche avec Papa
Sur le bateau
flottant sur la mer apaisée
l'île apparaît au loin
Un hélicoptère
au-dessus du bateau à voile
les vagues de la mer
On rentre au port
on n'ira pas aux Glénan
le bateau en panne
Entendre les vagues
s'écraser contre le bois dur
du bateau
Le mouvement des vagues
qui se mélangent au sable chaud -
fin d'été
Cris de goélands tout blancs
piquant les miettes de pain dur
au bord de la mer froide
Du rocher de la Grenouille
je saute, tu sautes, ou pas ?
stress et panique
À marée basse
je danse le crabe sous le soleil
touchant le sable doux
Au milieu de l'eau
nos pieds pendent sur la coque
touchant l'eau salée
Les poissons dans l'eau
poussés par les vagues bleues -
un bateau au large
Au soleil couchant
on saute dans les vagues
mes copains et moi
Nous nageons
toutes les deux dans la mer
face au soleil
Sur un bateau à voile
avec mon meilleur ami
on longe la grande côte
Sur une plage
je trouve des étoiles de mer
les passants me regardent
Les vagues m'emportent
sur le bord de la plage
le goût amer du sel
Avec ma famille
regarder la mer
ourlée d'écume
Vue sur la mer
tirer la senne, soleil brillant
des poissons par milliers
La houle impatiente
son souffle en se retirant
fait chanter le store
Sur l'onde immobile
soudain mille morceaux de ciel
un radeau d'enfant
Parfois je me dis
que les bateaux sans tempête
ont leur vie volée
Fiché sur le pont
le mât brave le roulis -
espoirs de marins
Les trombes marines
sonnent l'hiver des pêcheurs -
un phare est étoile
L'âme est un cordage
de son homme est le vaisseau -
observe la côte
L'été reviendra
ils cueillent la pluie du visage
Courageux marins
Les méduses dans l'eau
les algues vertes qui flottent
et le soleil brille
Les crabes sautent
l océan se déchaine
la tempête vient
Aux Glénan
les îles sont magnifiques
j'adore la mer
Baignade la nuit
le bruit de l'eau contre les rochers
le phare clignote
Cet après midi
une grosse vague
engloutit tout
Le doux bruit de la mer
le sable chaud et agréable
je me repose
Dans la mer
c'est chouette de faire des bonds
avec les poissons
Avec mes cousins
entourés de fortes murailles
on fait un grand bassin
Surface de la mer
je vois un gros poisson noir
je le filme sous l'eau
Le soleil éclatant
je vois les poissons nager en groupes
dans le courant
Sur un bateau
Maman et Papa, mais surtout pas
cette méduse !
Sur le chemin côtier
on joue avec Imai
vent et soleil
Pendant que je nage
le soleil me tape dans le dos
léger bruit de la mer
Entendre un goéland
Kak, Kak, Kak
dans le vent !
Papa et moi, seuls
coincés entre la roche
et l'eau
Sentier d'octobre
je filme ma famille, le vent,
et la mer
Sur le sable chaud
avec mon amie, on fait
un château de plage
Je surfe
sur les vagues déchaînées
joyeusement
Vagues douces et claires
on pique nique dans le vent
passage de mouettes
Sur la plage
un détecteur de métaux
nous montre une bague
À la plage
jeux de ballon et baignade
avec mon ami
Au Pic du rat
les gens se bousculent -
mer calme
Sur la plage
châteaux de sable, beaux coquillages
et glace à la fraise
À Groix
après les jeux et la sieste
je saute de la falaise
À Port Manech
je mange des glaces
à la noix de coco
Quel beau paysage
visité au bord de la mer
île de Groix
La fraîcheur de la mer
algues vertes et brillantes
le doux bruit des vagues
Sur la plage
je saute au-dessus des vagues
nuages et coquillages
Sur la plage
on regarde le ciel étoilé
avec des millions d'éclairs
Les parents bronzent
je rejoins mon frère
dans la mer
Le sable est chaud
j'ai bu
la tasse
À la plage
avec Émilie, maman voit
des méduses
Un coquillage ?
Non, une méduse,
je la touche - berk !
Vent froid
eau salie
Mamy bronze
Grand soleil
je joue avec Papa
à plonger
Deux oiseaux morts
sur la plage
quelle odeur !
Vent frais
dauphin échoué -
grande tristesse
Mon copain pêche
une étoile de mer, et moi
des coquilles st Jacques
La mer, ça gratte
quand on a de l'eczéma -
j'aime pas la plage
Je donne des coups
à la méduse morte -
drôle d'impression
Dans la mer chaude
les autres pique-niquent
je me baigne
on s'amuse
Avec Maman et Zaïae
sur la mer
Avec Tonton
je fais un château de sable -
un phoque échoué !
Je pêche
un requin trop lourd
qui reste dans l'eau
Pluie et vent
je tombe dans un trou
de la plage
Je construis
mon château de sable
toute seule
Je donne
à manger à un goéland
apprivoisé
Au bord de la mer
il fait beau
j'aime bien
Je coupe la tête
du maquereau que j'ai pêché -
la mouette attend
Sur la plage,
un oiseau mort qui pue
vite, on part
Au bord de la mer
une méduse morte -
du soleil, trop bien !
Sur la plage rocheuse
je fabrique un château -
sable mouillé et froid
Bord de mer
je ramasse des coquilles
Saint Jacques
À la plage
avec mon casque virtuel
je joue à la guerre
Sur un bateau
je vois des dauphins manger
des poissons
Un poisson mort
mauvaise odeur
haut le coeur !
Une mouette
avec son cou dans l'épaule -
risquer un pied dans l'eau ?
Sable doux
mer très agitée
le soleil brille
Belle plage
mer agitée,
le soleil se cache.
La mer grisâtre
le vent frais hivernal
les couleurs automnales
Le vent tonifiant
des crevettes plein la mer
la mousse de mer
La mer est bruyante
l'eau baigne nos pieds -
les cris des mouettes
Mes pieds me portent
je marche dans le sable
l'horizon devant
Les oiseaux dansent
au-dessus du rivage
au bord de la mer
Le vent souffle,
m'envoler dans la brise -
la mer déferle
Les coquillages
l'écume au bord de la mer
le soleil levant
La mer agitée
des bécasseaux à l'affût
sentier vers la mer
Les algues rouges
des goélands volent
l'odeur immonde
Dans le sable doux
un vent frigorifiant
la mer agitée
Au bord de la mer
je vois le paysage
qui se dévoile
Le sable doré
les cheveux volent au vent
les vagues s'agitent
À Bellangenêt
les mouettes nagent dans la mer
mousseuse et froide
Sur la plage
les algues mouillées et posées
par les vagues de la mer
Balade
au-delà des grandes vagues -
sentiment de joie
Algues sur les pierres
l'océan fait de la mousse
le vent se déchaîne
Très énervée
la mer grise s'agite,
mousse blanche
Là l'odeur des algues
me fait chavirer vers l'eau
ou m'emporte au large
Je regarde au loin
l'écume traverse la mer
et finit sur le sable
Mer déchaînée
les vagues frappent
les rochers colossaux
Le vent puissant
les vagues déchaînées
je regarde le large
Mer de glace
la rivière de sable devant
la grosse falaise
Colère apaisée
sentiments renouvelés, la mer
comme une odeur de liberté
Le vent dans les oreilles
les rayons chauds du soleil
le sable sous les pieds
Libre de penser
des souvenirs dans la tête
les mauvaises ondes disparues
Ce jour-là le vent
souffle au bord de la mer
telle une tornade
Liberté de vivre
avec les pieds tout mouillés -
bonheur retrouvé
Le sable sous les pieds
les vagues s'écrasent sur les rochers -
le sourire au visage
Au-dessus des vagues
les mouettes s'envolent dans le vent
vers leur avenir
Les vagues, la côte
le vent frais sur mon visage
l'odeur de la mer
Les huîtres aveugles
bouches closes se taisent
dans la mer glaciale
Matin balade
joies et vagues à l'âme
merci mesdames
Fou de bassan
atterrissage manqué
sommeil forcé
Hors confinement
élèves à mes côtés
enfin apaisé
Tout ce que je jette
fluctuat nec mergitur
forme un continent
Immense mer souillée
violée par nos immondices
jadis belle. Adieu.
Gros dos sous la lune
étirant toutes tes distances
aux sables du temps
Toutes rides et fossettes
dans l'assiette creuse de tes côtes
visages d'océan
Et le vent puissant
fait déferler les vagues
avec son écume
Le fou de bassan
déposé sur le sable fin
par la marée haute
Cheveux décoiffés
du banc avec vue sur la mer
les vagues frappent les roches
Calme assourdissant
feuilles vertes figées par le vent
dans l'air silencieux
Le vent attaque
les falaises, et les goélands
bataillent
Vagues déferlantes
et glacées, jusqu'au grand large
reflet des poissons
Les grandes vagues
et la houle m'emportent -
la vie est une lutte
Vis au gré des flots
malgré tout, malgré ta solitude
tu es silencieux
Je me plonge
contre le gré du vent
et la tornade m'emporte
Le reflet de l'eau
après les vagues blanches
est celui du soleil couchant
Le souffle du vent
rappelle la chaleur du soleil
sur ma peau éveillée
Haïkus à la plage :
dans le vent devant la mer,
les syllabes s'envolent !
Bécasseaux et mouettes,
vagues blanches et rochers noirs :
voilà des poèmes !
Elle compte sur ses doigts :
comment faire tenir la mer
dans un haïku ?
La mer retirée :
le cygne dans le sable gris,
de quoi rêve-t-il ?
Océan sauvage
tu as laissé dans mon corps
des larmes d'été
Ah, c'est peut-être
le dernier bain de l'année...
mais peut-être pas !
Dans la mer les algues
en leur mille et une couleurs
brillant de leurs nuances
Je sens l'air marin
et ses déserts de rochers
le vent frappe l'herbe
L'été barboter,
fendre la vague plastique,
mes déchets à moi
J'vois les aristos
dans leur belle caravelle
manoeuvrant la voile
Toi mer de la Terre
qui joue des hanches à chaque pas
d'où viens-tu dis-moi ?
Le doux bruit des vagues
la blanche écume s'échoue sur la plage
le soleil s'éveille au large
Mer des origines
jamais je ne t'oublierai
trouvé l'eau si belle
Blanche écume
sur une mer argentée
j'ai froid
Petite plage secrète
rayée de sable couleur or
entourée de falaises
Se promener face à la mer
le sable dur sous ses pieds
une odeur particulière
Vagues incessantes
et bruit des coquillages, comme
dans ma région natale
Debout sur le sable
face à la mer, je me rappelle
à quel point la vie est belle
Le soleil se lève
la mer brille
la joie me remplit
Nez et joues congelés
avec les cris des goélands
en fond sonore
Ballade à la mer
plus froide qu'agréable
avec vue sur les vagues
Enfants sur la plage
cache cache dans les rochers
au milieu de nulle part
Le fou de Bassan
le vent souffle sur son corps
oublié sur la plage
Personnes âgées
manteau rouge et pull rayé -
directions opposées
Paysage si doux
corrosion si cruelle
monde anarchique
Vague déchaînée
grand océan grisâtre
flore si délicate
Un ciel embrasé
embrumé, fine rosée
et un vent glacé
Une main dans la tienne
nous marchons au bord de la mer
et je t'aime encore
Au bord de la mer
tendrement j'embrasse ton cou -
ne pas t'oublier
Au bord de la mer
je tombe amoureuse de toi
une vague dans mon coeur
Ma précieuse mer
que ton charme m'envoûte -
ta douce écume
J'écoute le vent
avec beaucoup d'attention
il m'apaise
Ô mer indigo
avec tes flots déchaînés
berce-moi maintenant
Le sable irritant
les barrières toutes couchées
c'est désespérant
Les cheveux au vent
j'admire le royaume marin
au soleil levant
La petite maison
et sa blancheur éclatante
me rappelle l'été
Je marche sur la plage
mes très longs cheveux au vent
et mes pieds dans le sable
Au bord d'une falaise
le soleil brille sur les vagues
et le vent m'apaise
La mer est là
mes pieds remplis d'écume
je plonge dans l'eau
Le fou de bassan
échoué sur le sable fin
prend son dernier souffle
Le vent matinal
emporte les goélands
amour réciproque
Entre les rochers
les anémones s'éclatent
au gré du courant
Avec son portable
sa 4G et son appli
il ne voit pas la mer
Ajoncs et genêts
berniques et pourpres, donner
un nom aux choses
Face à la mer
il grimpe sur les rochers
le lycée est loin
Ses crêtes de dragon
retournées par les vagues
le rocher ne bouge plus
Dans le car
il tape sur son portable
son premier haiku
Magnifique mer
avec ta belle couleur bleue
que je t'aime tant
Gorle Greiz
passe un grand cétacé
quelle solitude
Marée montante
le monocoque bicolore
se relève
Graminées au vent
là où meurt la lumière
un triangle noir
Écume sur la mer
gros poisson à l'horizon
pêcheur très heureux
Le pêcheur au port
le bateau plein de poissons
la journée est bonne
Bleu de l océan
gris arrivée de l'orage
vert comme les algues
Le sable sous mes pieds
je marche dans le froid
le bruit des vagues
Les oiseaux de mer
surfent d’invisibles vagues
jaloux de la Torche
Interrogation :
qui sait si les poissons pleurent ?
Partout la mer monte !
La mer en retrait
laisse hagards quelques rochers
l’amer se retire
La mer en colère
à l’écume au bord des vagues
rochers balayés
La fleur de lotus
au souffle léger du vent
offre ses parfums
Les nuages pleurent
quelques symboles prophètes
dans la nuit sans lune
Quelques mots de glace
une plume sur la neige
échos du silence
Doux fracas des vagues
dans la clarté bleue de l'aube
ton petit sein dans ma main
Horizon noirâtre
l'hésitation du voilier
doublant le cap
Bivouac nocturne
sur la vague moribonde
la caresse d'une aile
Au loin s'évapore,
une silhouette blanche,
l'écume du temps
La mer taquine
à l'apprenti nageur :
-Reprends une tasse
Soleil grenadine
en contact avec la mer
curaçao
La mer devient brume,
la brume devient nuage,
les yeux du ciel bleus
Ruisseau noir
écume blanche et vent salvateur
Bellangenêt
La dune est fragile -
fil de fer et flore disparue
biodiversité ?
Crottes de chien
bancs en béton, maisons désertes
sentier côtier
Au bord de la route
adieux à l’océan
~les ajoncs en fleur
Éclats de soleil
pétillant sur l’océan
~ éblouissement
À Berck-sur-mer
phoques échoués
– si gracieux dans l’eau
Sur mon kayak
je vois un crabe sur la plage
qui s'en va
Sur un caillou gris
tout à coup, un crabe me pince
Aïe !
Au Sri Lanka
soleil couchant dans la mer
odeurs épicées
Le bateau s'arrête
le grondement des vagues -
arrivée à Groix
Pêche avec Papi
cri des mouettes dans le brouillard
le congre gigote
L'attente interminable
le bateau arrive enfin
je suis impatient
Vague géante
la mer gronde, méchante -
elle éclate, crac !
Oh Manureva
bateau perdu à jamais
dans la mer obscure
Oxy mon chien aboie
tempête de sable
vague géante
Une vague énorme
me prend par derrière
je bois la tasse
Le ballon flotte
journée très amusante
coucher de soleil
Le soleil gronde
il y a de grandes vagues
les poissons nagent
Yona et moi
on saute des rochers dans les vagues
immenses
Coucher de soleil
plage de Bellangenêt
belles couleurs
Le soleil frappe
sur les grands rochers très lisses
mon seau vide de poissons
À peine arrivé
eau turquoise des Glénans
et coucher de soleil
Vitesse du bateau
Un dauphin joue dans les vagues -
quelle merveille !
Fort bloqué, beau temps
promenade agréable
à marée basse
Le bruit des vagues
une pizza en bord de mer
finies les vacances
Chercher sur la plage
os de seiche et bigorneaux
avec ma mamie
À la plage, baignade
rigolade avec mes copines
grand soleil
Vent dans les cheveux
catamaran chaviré
peur atroce
À la Grenouille
je nage parmi les poissons
et les longues algues
Catamaran, chavirée,
angoissée par la falaise
majestueux dauphins
Ma serviette bleue
un sandwich au sable
le soleil brillant
La marée remonte
frémissements délicats
coques colorées
Elle nous réjouit
virevoltante et salée
l'écume océane
Humer les embruns
de l'océan plein les yeux
bonheur retrouvé
Corne de brume
si tu t'enrhumes prends ta lanterne
lui crie la sterne
R.A.S. en mer ?
Si un S.O.S. à l'instant
Allo SNSM ?
Voilier vert et blanc
file au vent et fend la vague
voilà les forbans
Feuilles d'automne éparpillées ~
un sans-abri
fait son lit
Automne profond ~
débris de vitre
sur le sol
Pluies dispersées ~
réunion des écoliers
sous le préau
La mer agitée
et l’humanité se tait
un marin à quai
Les pieds dans le sable
couleur rouge plein les mains
la mer pour témoin
Point de mal de mer
la tempête dans les cœurs
ancre sur la terre
Ils mettent les voiles
et partent à l'aventure
le coeur plein d'étoiles
D'entre les vagues
les petits cailloux ricochent
au son de ta voix
Sur le dos de la mer
le petit Ulysse attend
l'aube aux doigts roses
L'été est très chaud
les bateaux glissent sur les flots
les surfeurs aussi
Reflets sur la mer
la mer a un coeur qui bat
les flots et les vagues
Soleil dans le ciel
une étoile de mer collée
sur le sable chaud
Eau de mer salée
vol des oiseaux sur la mer
coquillages qui brillent
Soleil sur la mer
les crabes se font bronzer
l été sera chaud
Déchets dans la mer
bouteilles plastique, masques
poissons en danger
Tempête annoncée
souffle du vent dans les voiles
bateaux en danger
Rouler et tanguer
voilà la mer qui nous suit
une infinité
« Akawoué » strident
l'oiseau blanc sur la corniche
appeau-souvenir
Souhaite-moi bonne chance
alors petit moussaillon
je reviens sur terre
La mer verte
indisposée
rend les corps des noyés
L'étoile filante
perdue dans l' infini ...  
soupirs de la mer
Un grand arc-en-ciel
caressant l'océan vert…
kaléidoscope
La mer déchaînée
au bal des gouttes de pluie…
éclat du soleil
Un seau oublié
épouse une vague
esquif précaire
A marée basse
écriture liquide
vers éphémères
La dune coule
sous la mer amoureuse
rêve de plage
Retombé sur le sable
le cerf-volant a perdu
sa magie d'oiseau
Au loin sur la mer
une barque de pêcheurs
frôle l'horizon
Déferlantes
de la grève jusqu'à son coeur
la femme en noir
Sacré mal de mer
j'avais tellement rêvé
de cette croisière
Vague après vague
ce que l'enfant dessine
s'efface
Dans le cri
du goéland argenté
déjà le large
Soir de tempête-
la mer et le ciel mêlés
dans leur tourmente
Marée basse-
la rumeur de l'eau s'éloigne
avec elle le vent
Une mer d'huile-
pour la pêche à la sardine
le temps idéal
Soleil éteint
sur le rebord de la mer
sourire en ricochet
Cap sur la tempête
écouter les voiles claquer
fixer l’horizon
Comme une caresse
disparaît à reculons
écume éphémère
Brutale et salée
l’ancre bleue se répand
poussée vers le large
Clapotis des vagues
la fuite du fleuve
vers le large
Reflets sur la mer
entre les mouvements de l’eau
rattraper les nuages
Lourdeur d’après-midi
devant la mer lointaine
des phoques
Vogue ma galère
si loin de mes songes phares
au large du néant
Flots bleus ondulés
en moi trouble vague à l'âme
rêves ensablés
Bruine de pensées
tourbillon de clair obscur
émerveillement
Mon ombre mouillée
qui me suit sur le sable
comme elle brille
Matin-marée basse
des trésors à partager
avec les goélands
Fenêtre du train
un petit bout d'océan
je me tords le cou
Corne de brume
purée de poix
lueur du phare dans la nuit
Écume blanche
fracas des vagues
nuées noires à l'horizon
La mer s'habille
De coiffes blanches
Vent léger, voici l'été
De rares pauses
flamants roses, cygnes sauvages
survolent les salines
L'éclat des embruns
la digue sert de rempart
aux chevaux d'écume
Croissant de lumière
les vagues se répandent
jusqu'à la dune
Quand je me jette dedans
tout s'efface
Et je comprends enfin la puissance de l'océan
Je me sens impuissante
face à la grandeur
de cet océan de vague
La mer va et vient
le vent la repousse et la ramène
tel un berceau régulier
La pluie tombe beaucoup
vagues trop résistantes
baignade interdite
Dans la mer je nage
et un oiseau se baigne -
trop de nuages
Une vague forte
nous bouscule
sur le sable
Beaucoup de nuages
des algues rouges et vertes -
il fait trop froid
Mer calme
le goéland se pose sur un rocher -
coucher de soleil
Belle journée
un temps idéal pour se baigner
à la plage en famille
Ballade sur le sable
ma chienne n'aime pas la baignade -
de la mousse dans sa bouche
Marée basse
je sauve les bigorneaux
sur la plage
Sous la mer
je vois des poissons
et une grosse sardine !
Une grosse vague
tombe sur nous-
on rigole !
La belle mer me rappelle
l'amour que je donne
à ma maman
À la plage
j'ai sauvé dix poissons
et je suis allé pêcher
Avec mon papa
et ma canne à pêche
on va pêcher
La mer chaude -
dans mon sandwich
je mets des tomates
Avec ma famille
sur le bateau, on pêche
une pieuvre
Le soleil
est coupé en deux
par la mer
Le coucher de soleil
se reflète dans la mer -
je vois l'île de Groix
Papi et Mamie
sur la plage, une mouette veut prendre
notre pique-nique !
Bain dans la mer
tonton, Lucie et moi
on joue au frisbee
Un grand bateau
aborde tranquillement
le port de Brigneau
Tizy va dans l'eau
il attrape le saumon, ramène
sa joie vers moi
Avec Ouka et Lemon
on écoute les mouettes
on écoute la mer
Soleil chaud
seule sur ma serviette -
la mer est froide
J'écoute le bruit de la mer
le bruit des vagues
qui me touche les pieds
Un couteau bouge
l'eau veut l'attraper, il se tient
fort au sable
Lune froide
qui se baigne
sous la pluie
Les étoiles brillent
dans le ciel
qui navigue sur la mer
Les crabes se lèvent -
avant que le soleil se réveille
les coquillages s'ouvrent
Je me baigne
je sors de l'eau tout mouillé
à la plage du Pouldu
Marée basse
dans l'eau douce et salée
je me baigne
Sensation bizarre
mes pieds s'enfoncent
dans le sable tout mou
Mer bleu clair
on marche sur la plage
en famille
désir d'océan
pourtant du mont le plus haut
je ne peux le voir
Dunes grisonnantes
regardant l'Océan,
éternels instants
Hiver,
vagues de tonnerre
se brisant sur la grève de Lomener
Celui de la mer
l'horizon de la terre
et ma ligne de vie
En pleine mer
les yeux et les navires
autant d'horizons
Un pin parasol
spectateur de la mer
et de son ombre bleue
Equinoxe
les grandes marées ramènent
l’infini
Elle dompte les camions -
la sirène qui travaille
à Britanny Ferries
Bord de mer en hiver-
j'aime regarder, au loin,
l'invisible
Bord de mer-
les vagues, la lune, le silence
mon esprit au repos
Défilé de mode ~
les vagues indifférentes
à leurs cirés
Mer d'été ~
alangui sur la plage
les côtes anglaises
Grande marée ~
quelques embruns humectent
des souvenirs
Eau de mer l'eau de vie
délicat plancton
nourriture des poissons
Le ciel a pris toute la mer
la mer tout le ciel
je flotte de l’une à l’autre
Devant le tableau
qui montre la mer
rêver de lointain
Des idées noires
elle me chasse
la marée haute
Vacarme en moi
je regarde la mer calme
le vent dans les bras
Danse des algues
quelques rêves
naufragés
Glacier muré
dans le vent du large
des cris de mouettes
Marée basse
il est temps de charger
la voiture
Contre le nuages
l’étoile des matelots -
lanternes allumées
Colliers de perles
en fouillant d’une vie meilleure
plongeurs sans costumes
Milieu des vagues
pour tous les astronautes
berceau terrestre
Fin de l’été -
mon château de sable
emporté par les vagues
Départ des pêcheurs -
sur la plage une femme
tire le tarot
Festonnée d’écume
l’immensité de l’océan
nappe bleue
Silence et embruns
la lune côtoie les vagues
mélopée des sirènes
Avis de tempête
la vague d’Hokusai menace
cri du cormoran
Retour des pêcheurs
la brillance intermittente
des filets remplis
Phare du bout du monde
trois-cent-quarante-deux marches
jusqu’au vent du nord
Sable à marée basse
tous ces idéogrammes
à lire en vitesse
Journée de brouillard
seules les mouettes savent encore
où se trouve la mer
Inconsolable !
La mer a emporté
le joli seau rouge
Le regard plissé
des embruns sur la jetée
une voile gonflée
Ciel de rouille
le murmure de la mer
écorche les peaux
Au bord de la mer,
près de la falaise, heureuse
avec mes frères
À la plage du Pouldu
il fait si froid
que j'en pleure
Tapé par les vagues
sous l'eau très sombre et froide
je ne vois plus rien
Une île au loin
on entend les vagues
vol d'une mouette
Ciel bleu joyeux
ramassage de coquillages
mer turquoise
Dans la flaque
des crevettes et des crabes, bientôt
dans l'aquarium
À la plage
de grandes vagues agitées
et la nuit noire
Au pied de la falaise
on éclate des pissous
avec mon frère
À Kérou Beach
les vagues surgissent quand on joue
au ballon !
Le soleil nage
dans la mer très chaude -
tellement de joie
En Méditerranée
je vois de l'eau et une grotte
recouverte d'algues
Coucher de soleil doré
coraux, les dauphins colorés
la lune se lève
Sur les rochers pointus
lever du soleil
les vagues roses
Dans la mer
je flotte comme une
étoile de mer
Coucher du soleil
vagues fortes, je saute
et je rigole
Je me baigne
avec ma petite soeur Shanon
l'eau est froide
Le soleil brille,
un dauphin sous l'eau
du très joli corail
L'odeur des algues sèches
le soleil sur ma peau, le bruit de l'eau
et le sable chaud
Un soir de pleine lune
sur la plage avec Tonton
on pêche des bars
En famille
cris des baigneurs
on discute
Coucher du soleil
la mer brille de mille feux
le sable refroidit
Papa pêche
des poissons et des crabes
avec moi
Le soleil se baigne
avec moi, au milieu de l'eau
claire et brillante
Le sable chaud et doux
je vois une crevette
la mer bleue et calme
Je me baigne
dans la mer chaude, dans l'air chaud -
les poissons bleus
Je me baigne
dans la mer chaude et brillante -
le sable couleur d'or
Le soleil encore là
je cours sur le sable tout chaud
rire heureux
La mer belle
ma jument Bettina nous regarde
soleil et nuages
Du bateau de Papa
nous sautons dans l'eau bleue -
rigolade assurée
À la plage
je me balance doucement
dans la vague
Dans le filet
un congre se débat -
repas assuré
Plongeoir au Pouldu
dans la mer calme et douce
avec ma soeur Annonciade
À la crique secrète
je plonge dans l'océan
atlantique
Dans le bateau
on regarde les vagues
avec mes copains
Pique nique à la plage
sandwiches pleins de chips -
la mer froide
Des serviettes bien rangées
les parents nous regardent
l'eau est très très froide
À Bellangenêt
mon petit frère Manoah
se baigne avec moi
À la mer foncée
je regarde le phare coincé
entre les rochers
Avec Papa au Pouldu
on observe les animaux et
une étoile de mer
Maman se baigne
je joue au ballon
avec mon frère
Au plongeoir de Kerfany
je plonge dans l'eau
calme et profonde
Mer calme et grand soleil
avec ma bouée flamant rose
je bois la tasse
Papy sourit
je plonge, la tête en bas
le soleil nous regarde
En famille,
nous regardons, étonnés
une méduse
Bain dans la mer
j'attends les grosses vagues
j'adore nager dans l'eau
Au bord de la mer
je fais tomber la canne à pêche
de Papa dans l'eau
Je ramasse
un bigorneau violet, bientôt
un collier de nacre
La plage bleue
nous nageons avec des animaux
les crabes avancent
Bain dans la mer
je vois un gros poisson :
un thon détendu !
Mer calme au Pouldu
les algues vertes sentent fort
je me sèche
Avec mes amis
sur un bateau de course
on surfe !
La mer est douce
à la plage des Anglais
beau soleil d'été
Sur la plage
je regarde l'eau
et les grandes vagues
Bain au Pouldu
mes parents me surveillent
la mer est froide
À la plage Leclerc
baignade en famille
on nage
Térésa et moi
nous voyons la mer turquoise
de la Réunion
S'offre au silence
un peu de vent du large
- à genoux le poète
Mer d'huile
sur les corps bronzés
le soleil s'attarde
Bistrot du port
en terrasse je bois la mer
des yeux
Pétole de trois jours
de l'eau à perte de vue
voilier de rêve
Le port est désert
le vent est froid et humide
les goélands tristes
La mer est partie
les pêcheurs sont revenus
je n'ai pas bougé
Bord de mer –
le soleil se couche
dans ses cheveux
Solstice d’hiver –
un reste de soleil
baigne dans la mer
Mer
je n’suis pas venue souvent
te voir
Sur le rivage -
les vagues du ciel
va-et-vient
Le son des vagues -
et tu disais que
tu m'écoutes
Sur la mer calme -
perdu entre
deux cieux
La mer me tricote
des vagues de plus en plus bleues
j'en remplis mes yeux
Les nuages d'écume
les rochers sont recouverts
son odeur iodée
Lune plongeante
éclat salé, fracassant
ma douce solitude
Avec mon copain
on mange, et les mouettes
nous regardent
Le son de la mer
la peur plus forte que ma joie
le sel qui m'irrite
Allongés dans le sable
on lit un livre avec Shiva
mon chien
Juste rentré dans l'eau
mon chien Spayke court partout
il s'éclate
Ma chienne Dali
assise près de moi regarde
le soleil brûlant
Avec ma famille
et mon chien, tout me plaît -
soleil brûlant
Avec ma famille
je me baigne dans la mer -
plage du Kérou
Mer éclatante -
la famille dans l'eau
voit un aileron...
Sur le rocher-banc
on mange tranquillement
non loin de la mer
Sur la plage
Papa, Maman, ma soeur et moi
on prend du plaisir
Des oiseaux de mer
soleil couchant rouge
des sables d'or
Bruit des vagues -
sur mon body board,
je me lance !
Pieds dans la mer
rochers brillants et sables -
sensation douce
Pelotte essaie
pour la première fois
de se baigner
Engloutis
par une très grande vague -
drapeau orange
Au Pouldu
on regarde les vagues
et le bateau à voile
Odeur du sel
jeux de ballon -
je me baigne
Mathis et Margot
courent dans la mer
turquoise
On regarde la mer
le reflet de la lune
et les étoiles
Un scooter avance
mes amis sautent dans les vagues
un poisson en pleine tête
Seules dans nos têtes
écho des vagues dans nos oreilles
on regarde l'horizon
À la plage du Pouldu
un énorme poisson
en forme de thon !
Romy se baigne
au vieux port de Doëlan
dans la mer bleu clair
Sur ma serviette
je regarde le grand bateau -
mes tongues trempées
Le soleil rouge
les goélands sifflent
le sable doux
Son et lumière
nous blaguons tous ensemble
près du pont du Gard
Deux amants tristes
devant la mer immense -
retour de manif
Vent d'été
au pays des salicornes
des plumes d'oiseaux
Ballet sur l'estran
les bécasseaux sanderling
fouillent la vase
Monte la marée
le chant des limicoles
sous les feux du ciel
Toisée par la falaise
vague après vague
patience de la mer
Le récif
percuté par la vague
incognito
Au pied de la falaise
la mer
infiniment
La plage et la mer
le soleil se couche sur la mer
il fera nuit
Belle journée
Maman essaie de nager
la mer est gelée
Je pêche un bar
Papa et Lucas,
de l'aide !
Sur le bateau
je ramasse les tacauds
avec mon Papy
Pique-nique à la plage
les mouettes volent
les chips
À Ibiza,
je regarde un poisson-clown
sous la mer
L'odeur du sel
on entend le bruit des vagues
et un oiseau de mer
En plongée
on découvre plein d'animaux -
comment tous les dessiner ?
Un goéland
dans le casier, j'essaie
de le prendre
Un goéland
s'approche de moi -
j'aime son cri
Mon seau rempli,
une vive me pique -
impossible de marcher
Sur l'eau tornade
sur mes rives
avec des naufragés
Envol des mouettes
dans le soleil -
j'aime leurs cris
Pluie froide
et tempête sur la mer -
les oiseaux crient
L'odeur du poivre
et les rochers lisses -
tous les poissons nagent
Sur les rochers
j'ai peur de sauter dans les bras
de ma marraine
La mer qui claque
sur les rochers -
nos pieds mouillés
Ce jour-là, à Djerba
des poissons dans l'eau claire -
je plonge dans la mer
De grands requins gentils
en Guadeloupe - on les regarde
et on les touche
Au milieu des poissons
un requin me fait peur
il me frôle
Bain dans la mer
qui monte de plus en plus -
la pluie transparente
En route pour New York
je dors sur le bateau
heureux
Sur le bateau
de mon grand-père Michel
on pêche des poissons
Beau soleil bien chaud
un joli château -
j'aime l'été
En plongée, on regarde
une raie avec des points,
toute tachetée
Avec grand-père on pêche
deux grands thons brillants -
à bord du Picanco
Avec mes jumelles
je regarde un paquebot -
un marin me salue
"Crac, cfac", fait
le crabe arc-en-ciel qui
me regarde pêcher
Avec mon épuisette
je pêche un gobie -
pas facile !
Bercée et relaxée
par le chant des mouettes
je me détends
Papa est parti
sur l'île de Groix -
je l'attends
Le bateau à l'arrêt
Hervé retire le casier, plein
de crabes et de poissons
Perruque en main
elle contemple la mer étale -
rémission
Mer agitée
les pleurs étouffés des migrantes
berçant leurs petits
Coquillage –
la mer chuchote des histoires
aux gosses des cités
Le goût du sel
sur la peau mouillée
j'ai douze ans
Ta Kati se barre
les canards se marrent
je pars à la Roche-Bernard
La mer avale
les notes de musique
j'attend leur retour
Ma liberté dort,
la culture se meurt -
vivement demain
Puces de mer
un vol de mouette
et sept méduses
Je conduis le bateau
mer calme, soleil chaud -
heu-reux !
On regarde une mare,
un aquarium sur la plage,
plein de créatures
Je joue sur la plage
ma petite soeur envoie
le ballon dans l'eau !
Mon chien Raven joue
on construit un barrage -
marée basse
Grande marée
on ramasse des coques
pour les manger ce soir
Très loin d'ici
je nage, au milieu des poissons
beau spectacle
À la plage
je me fais emporter
par la vague !
À Audierne
on fait un bateau de sable
avec l'école
Grosses vagues
bain dans la mer froide
qui m'éclabousse !
Sous l'eau
un gros poisson noir
passe devant moi
Sur un rocher
je regarde la mer
et les petits poissons
Papa énervé
sa canne à pêche embrouillée -
j'écoute les mouettes
Grosse chaleur
poissons et étoiles de mer
dans la mer chaude
Ma soeur boude
elle est tombée dans un trou -
mon piège a marché !
Devant ma famille
debout pour la première fois
je surfe !
La mer très froide
les algues sur la plage -
une voile passe
Sous l'eau avec Papa
et les poissons
la mer chaude
On joue au loup
la mer agitée, le sable doux -
on rit
Os de mouettes sur la dune -
elles ne mangeront plus
les lapins
Le doux son de la mer
me porte sur les flots
je suis tout, je suis rien
La nuit je conduis
le bateau à voile
dans la tempête
En famille
on joue dans le sable
l'eau est froide
Sous l'eau
avec mes bouteilles, je vois
un grand poisson
Papa et moi
on construit un château de sable
géant !
On joue au loup
avec ma petite soeur -
bruit des vagues
Avec Martin
on construit un château fort
d'algues et de cailloux
Sous l'eau
on regarde les gros poissons
par dizaines
Bellangenêt
on se baigne en famille
l'eau est chaude
Le soleil se reflète
dans l'eau - je surfe avec Laura,
ma soeur
Plage du Pérélo -
un beau poisson vert, si bien
dans l'eau claire
Sur le grand rocher
Papa pêche avec sa canne
un poisson multicolore
Allongé
sur ma planche, je joue
sur les vagues
Avec Lison ma petite soeur
on ramasse des coquillages
arc en ciel
Dans le gros coquillage
un poisson gris s'échappe
je le prends dans ma main
Au bas Pouldu
à l'avant du bateau
je regarde l'ancre
Au Pouldu
le reflet du soleil
me plaît
On se baigne
avec Nolan mon frère
Papa nous surveille
Mon chien Radja
met les pattes dans l'eau
pour la première fois
Plume et Nao courent
et aboient dans l'eau -
grand soleil
Sous la mer
je regarde des poissons
avec mes lunettes
Marée basse
avec Mamie, on appuie
sur les pissous
Mon petit frère Ayden
se trempe les pieds
je le surveille
Le crabe des Sables rouges
je vais le remettre
à la mer
J'aime bien la mer froide
jouer avec les vagues d'hiver -
juste un peu mouillés
Sous la pluie bruyante
avec Bobo mon chien
on escalade les rochers
Un été très chaud
le chien courant sur le sable
cherche un bâton
Dans la mer transparente
du bateau je vois des dauphins -
l'odeur du sel
À la plage
la serviette installée,
j'admire le paysage
Accrochée aux rochers
emportée dans un tourbillon
je n'y arrive pas !
À Moëlan
ma famille et moi
on regarde la tempête
Un poisson coloré
dans la mer turquoise
parti comme un éclair
Soleil très brillant
sur la planche de surt à la Torche -
l'immense mer agitée
Au bord de la mer
maman et moi, on écoute
de beaux chants d'oiseaux
Sur la plage
je regarde mon reflet dans la mer
et un beau poisson
Le sable est chaud
l'eau transparente de l'île de Ré
le soleil brille
Les algues brunes
eau gelée et sale -
je suis mort de froid
Je joue avec Papa
au ballon sur la plage -
soleil brûlant
Sous mes pieds
les vagues cavalent et claquent
les algues glissent
Je m'ennuie ici :
pas de filet pour le volley -
j'aime pas trop la mer
Tonton pêche un bar
dans la mer, claire
comme le ciel
Petit soleil
je surfe sur
le bonheur
Sur les rochers
je me blesse la cuisse
Louis me fait sourire
À la plage
je lance une boule de sable
sur mon petit frère
Vagues douces et belles -
le soleil couchant qui brille
jaune, orange, rouge
Forêt de laminaires
je vois des crabes et
les algues onduler
À la plage
coincé dans un rocher,
un poulpe
Sur la plage, l'eau claire
se reflètent dans les coquillages -
temps calme
Soir de tempête
trempés de la tête aux pieds
on admire le paysage
Pique-nique à la plage
mon chien Cookie
nous vole des chips !
Une grosse vague
me voit arriver, vite
dans les escaliers !
Mamé se repose
les algues ne sentent pas bon
et je me baigne
Le vent souffle fort
les vagues battent sur les cailloux
du vent dans mes cheveux
Beaucoup de soleil
méduses échouées sur le sable
cris des mouettes
Château de sable
une vague le détruit
je vais me baigner
On grimpe à cinq mètres
sur les rochers - avec Ali
on regarde le large
Sur la plage
je construis un bassins
à méduses
Soir à la plage
regardant le beau soleil
on entend les vagues
Énorme vague sur la bouée
on coule toutes les deux
Maman s'inquiète
Mon père court
la grosse vague arrive
il est tout mouillé
Sur le bateau
une énorme vague emporte
le téléphone de Maman
En courant sur la plage
elle trébuche sur le fil de pêche -
avec mon père, on rit...
On regarde la mer
qui va bientôt détruire
mon super château
Soir de tempête
une énorme vague s'échoue -
vivent les Bretons !
Sautant d'un rocher
jambes blessées, ensanglantées -
Maman effrayée
Le bateau flottant
mais pas pour longtemps : il a
un gros trou dans la coque
Iliane mon cousin
m'énerve, il jette du sable
sur mon sandwich
Dernier jour de vacances
on part, et la mer
aussi.
Au bord de la mer
on a trouvé, avec mon père
un grand espadon échoué.
Je continue
mon château de sable, la mer
et les algues sentent fort.
Dans un grand coquillage
j'écoute la mer
avec mon père.
Nuée de bateaux
épais brouillard
la course est lancée
Dansant sur les vagues
se gavant de krills
elles raillent
Mes yeux s'entrouvrent
enfin je respire
Renaissance
Dans le port de Doëlan
on pêche avec Enzo
mais je ne prends rien
Maëlis ne pêche rien
mais moi, j'ai attrapé
un bar !
Avec Léna et Romane
on regarde le soleil
se coucher dans la mer
Au fond du casier
le poulpe bouge -
on le relâche
Il me jette dans l'eau
en me prenant dans ses mains -
j'aime ça, Papa !
Je surfe sur la vague
et je fais glisser ma main
sur l'eau
Coincée dans l'eau
je coule, et Maman
regarde l'horizon
Mon cerf-volant
arc en ciel vole
dans le grand vent
Un bâton entre les dents
Michka court
sur le sable chaud
Les rochers font mal
les vagues rugissent -
le rire des mouettes
Des grosses vagues
sur la plage de Guidel -
le sable brille
Je tombe à l'eau
Super Maman arrive
son téléphone coule
L'odeur de la mer
j'ai peur que les crabes
me pincent
Sur ma planche tout seul
je dompte les vagues -
soleil radieux
A Moëlan, sur la mer
une grosse vague -
je l'admire
Les cailloux brillent
ils glissent entre mes mains
et sèchent avec le temps
La mer brille
le ciel se reflète sur 'leau
les vagues s'agitent
Dans la vague énorme
la mer veut me prendre
et je ne peux rien faire
Avec Mamie et Papy
crabes et coquillages
à Larmor Plage
Sur le rocher,
la mer monte, on est coincées,
Maman et moi !
Une belle nuit
David pêche dix maquereaux
et moi seulement un !
Sortie scolaire à la mer
concours de châteaux de sable -
les grands ont tout détruit
Lina et moi,
on se baigne, ma soeur
nous regarde
On fait un piège :
un grand trou dans le sable -
les algues puent
Le sable me gratte
la mer m'ennuie -
je préfère la piscine
Sable noir
plein soleil d'été
au bord de la mer
Soleil,
Papa et Maman jouent
dans l'eau
Je joue au loup,
bras en l'air, bottes aux pieds
dans la mer
Sur l'île de Groix
certains pêchent des crevettes
d'autres se reposent
Sur ma planche
dans ma combi neuve cirée
je surfe !
Vagues du Pouldu
le soleil m'éblouit
j'ai failli me noyer !
À la plage
je joue dans la mer
avec ma famille
Avec maman
et son amoureux, on regarde
la mer
À la plage
avec mes cousins et ma mère
au coucher du soleil
À Bellangenêt
avec Jeanne et nos deux frères
il fait très beau
Reflet du soleil
sur la mer chaude, vent froid
je vais me baigner
Sur un bateau
un petit requin, il me tape
avec sa queue !
Plage du Pouldu,
les puces de sable nous embêtent
on en écrabouille une
Je suis dans la mer
maman me regarde, je regarde
des poissons dans l'eau
À Port-Louis, je me noie
une dame me sauve -
le pire jour de ma vie
Un jour très beau
quelques nuages à la plage -
ma mère et moi
Grand-père et moi
on regarde la mer
il fait beau sur la plage
Avec mon copain
on fait un château de sable
c'est super
La côte glisse
je tombe de la dune
c'est l'hiver
Plage de Combrit
ma famille bronze
et moi je nage
Je ne peux pas
aller jouer dans l'eau -
peur de la mer bleue
Premier week-end
sans les enfants
mer agitée
Peinture marine
j’embarque tous les soirs
sur le même voilier
Open space
dans le tiroir de son bureau
l’horaire des marées
Berges de Seine –
une mouette lui parle
d’horizon
Au bout d’une rue
la pluie prend le parfum
des embruns
Confinement –
dans son regard
un océan
Bateau de croisière-
un beignet lancé à la mer-
la mouette l'attrape 
À travers le hublot
toute cette eau à l'infini-
se sentir petit
Face à la mer
pour la première fois-
voir l'immensité
Reste vide
la bouteille de l'enfant
qui a voulu pêcher des sardines
Mon oncle plongeur-
porte-bonheur accroché au rétroviseur
un hippocampe
De retour de la plage-
une collection de coquillages
pour mon aquarium
Mer de nuage -
le monde entier
a sombré
Plage ensoleillée —
une fillette enterre
son père
Marée basse —
le soleil couchant déteint
sur les coquillages
Crépuscule d'automne —
le cri des mouettes
soulève la marée
En arrivant au lac
la petite si heureuse
de voir la mer
Jeux d'enfant -
une figurine de poisson
dans l'océan d'une tasse
À la plage
je regarde la mer
avec ma famille
Au secours, je me noie !
Papa vient et me sauve
merci !
Chaleur terrible
du sang dans le nez
je n'aime pas l'eau
Soirée pyjama
le reflet de la lune dans la fenêtre
à côté du Pouldu
À la plage
je vais creuser
un bunker
Coucher de soleil au Portugal
Papa nous prend en photo,
on se balance devant la mer
Printemps à la plage
une dame se noie
quelle peur !
À la plage
avec Swan et Papa
on pêche un homard
Avec ma copine Evaëlle
on joue avec les vagues
et ça me plaît !
La méchante vague
renverse ma mère, qui tombe
et qui casse son doigt
À la plage avec mon papa
on pêche une raie électrique et
une étoile de mer
Sur la plage, on joue
avec Shohd, Mirgani, le ballon
est parti dans l'eau
Un tour en bouée
de l'écume dans la figure
je m'amuse comme un fou
Je joue au ballon
avec Souleman, mon frère
le mer ne dit rien
L'odeur des fleurs
le vent de la mer
je n'en ai rien à faire
À Larmor-Plage
on éclate des pissous
avec grand-mère Nicole
L'été à la mer
ensemble dans l'eau froide
Cédric, Audrey et nous
Avec mon épuisette
je commence à pêcher
tout à coup, un crabe !
Je brille, je brûle, je crame
et je deviens le soleil et
je brûle tout le monde
Kilian pleure
une grande morsure sur son pied
des larmes tombent
Plage déserte, le soleil tombe
la lune passe sur mes pieds -
le plaisir de l'eau.
À Pigeon, en Guadeloupe
je vais à la mer
l'eau est chaude !
La laisse de mer
emmazoutée ce matin
laisse un goût amer
Le sourire aux lèvres
porté par les flots tranquilles
horizons lointains
La houle perfide
auréolée de soleil
embruns et écume
Écrire sur le sable
lettres humides
avant que monte la mer
Bateau ivre sur la mer
si enivrante
aux couleurs émeraude
Message vague vogue
au gré des marées
vagues de mots en bouteille
Dans la mer bleue, j'ai peur
je me noie presque -
un monsieur me sauve
Avec mon masque
je nage au milieu
des poissons de couleur
Pornic - à la mer
je me coupe, je saigne
méchant bout de verre !
À Larmor Plage
avec Papy et Mamie
les beaux coquillages
Maman sur sa serviette
Habib et moi, on nage
dans l'eau froide
Avec mon père,
je nage, l'odeur des algues
me dégoûte
Je joue sur le sable
avec mon cerf-volant rouge
je me sens très bien
Sur la belle plage
je fais du surf avec Tonton
je suis heureux
Je suis sur ma planche
c'est chouette, je vois des oiseaux
je tombe dans l'eau, plouf !
Je marche dans l'eau
je prends le sable doré
dans ma main, c'est tiède
J'ai la tête sous l'eau
je vois la mer vert turquoise
à travers le ciel bleu
Râteau et pelle -
il a construit son château
des amours mortes
La mer est partie
les pêcheurs sont revenus
je n'ai pas bougé
Chapeau mou, canne blanche
la vieille entend la mer dire :
qu'elle est courte, ta vie
Mon cœur éprouvé
à l'étale du jusant
l'aimerai-je encore ?
Confinement-
au bout de mon pinceau
le bleu de la mer
Vagues déferlantes -
l'esquisse inachevée
d'un château de sable
Vent sur la mer —
au cœur de ma solitude
l'odeur de ta peau
Coucher de soleil
donne une couleur orangée
le plaisir des yeux

My spoon in the soup
unfortunately sailed for
a too salty sea
Rough sea very close
to beach cabins is putting
her new foam coat on
Walking by the sea
the wind blows our hats so high -
a kite festival
L'océan s'arbiffe
pis i arnacle et décaroche
viux comme el'monte
El'gros ojiau mort
y a fini sin grind voïache
ses ailes toutes en fouffe
L'océan maïonne
les rochers tout machuqués
esclabottés d'équeume
Arvette ch'blockhaus
i m'artourne jusqu'aux larmes
ch'est-i biau
Blue seas bluer skies
breathing bountiful blessing
baby's beating heart
Endless ocean blue
bluer than the bluest eyes
Awena and Nell
La mar es un esplendor
ola tràs ola
esconde su tesoros