ont écrit 1140 haiku
Berton (266)Galo (87)Françaez (787)Aotr parlement (0)

O pesketa dour
"Taol Kurun" war ar ster don
Maread haiku
Kichen Pont ar skluz
Trouz miliner fardan bleud
Liv gwenn n' eonenn
Vel labous en oabl
Redeg a ra dour ar ster
Buhez o tremen
Haleg kroaz-digroaz
E aer touforek ar flangenn
En o mesk, ar stêr
Dre zan ar pont
Setu tremenet an Evn Glas
Burzhud berrbad
Drein-pesked du
Etre stêr ha oabl gris
Bagoù kozh miz Genver
Koadoù du, stêr du
war ar reier, dichek ha brav
aour melen al lann.
Gwad e kantreal
diouzh taolioù ar galon
Stêr ar vuhez
En un draoñienn ledan
e red war he goarigoù
un naer zourek
War ribloù ar stêr
e ver herrus an dour glan
Redadegoù del
Ma vijen ganet
en tu all d'ar wazh
oan bet ki lec'h bezañ kazh
Echu miz Kerzu
Amzerioù nevez o tont
Bloavezh mat d'an holl
Levrioù a-leizh
Eskemm diwarno 'sambles
Bevet Lenn-a-stroll
Tuchant Nedeleg
Dalc'h ar chupennoù melen
Levenez ar goañv
A-us an dour sklaer
Daou c'hoelan o c'hoari las
Abadenn ar stêr
Damsklêrijenn Kerzu
O lugerniñ an adskedoù
Skañvoc'h ma c'halon
Melezour Leguer
Ken flour ha splann out bremañ
O sioulaat 'maon
Ur gêr all a vev
Gwall guzhet e foñs ar stêr
Un teñzor nakret
Ar veajourien
A dremen dre oabl ar ster
War-zu ar sterenn
Ar c'hurun teñval
A gann ouzh ar c'huzh-heol,
Chabous an aber.
Ur ster
dister
met n'eo ket hep ster.
Ar bugel en hent
a ra sin. Al lagad bras
a wign gant ar from.
Dindan sked al loargann,
hiboud rod ar vilin gozh,
gwerz ar voudig.
Freskadur ar bolzoù glas,
kildro al Leger,
Paradoz bev Anjela.
A-enep red al Leger
' striv an eog kozh,
Tost echu kelc'h ar vuhez.
Stêr gwenn, stêr du,
Meskaj livioù
Echu an Dourdu !
Stêrioù zo dour
hag eus ar menez d’ar mor
dour ha dour c’hoazh
Ar stêr ‘vit kaout
plijadur gant tout an dud
dindan an heol
E-kichen ar stêr
emaon-me o vale
gant tout ma familh
E-kichen ar stêr
dour fresk ha yen-tre ar stêr
o vale emaon
An alarc'h hag e bar
latar fin an deiz ar stêr
otoioù diseblant.
Kregennoù dour dous
Keranmiriet
Perlezennoù war ar voulous
Pa red dour ar ster
pesked zo o tañsal
pesketaer er gêr
Brav-kaer an Izol
dindan heol tomm bro Gerne
'ba pradeier glas
Dañs an nadoz-aer
a-us geot glas ar ster
devezh splann ha kaer
Goustadik e red
diseblant davet ar mor
pebezh aon hon eus
Jiletenn velen
gwisket gant an tad Nedeleg
war doenn ar vilin.
Dourioù du ha dru
o kreskiñ buan e Kemperle
Nedeleg gleb.
ur bern kayakoù zo o tiskouez
O flastikoù livet kaer
D’an dud o paseal e kreiz-kêr
Pegent pell emañ ar Stangala
O vourbouilhat, nerzhus ha strizh,
'Giz remouloù ur yaouankiz
Redek 'ra an Odet sioul e-pad an hañv…
E Bro Frans eo ar stêr vravan
An dra se, Ofis an tourism he lavar
An aerouant a gar
porzhioù bihan
ar stêr.
Troielloù delioù
Kaset kuit gant red ar stêr
Ganto va huñvreoù
An dour en e roud
Tarzh ha nerzh 'n e froud ha me,
Beuzet em soñjoù...
Betek ar mor don
Kaset degaset gwallgaset
'vel tud an douar
Noz, deiz, koulz-amzer
ar stêr o cheñch adarre
ul lusk peurbadel.
Sioul ar stêr skornet
an dour o klask un hentig
yenijenn en aer.
Kresket red an dour
glav hag avel war ar stêr
delioù o neuial.
C'hoarzh ar vugale
dour fresk dindan an heol
ar stêr o sparfañ.
Roeg ar raned
Trouz dindan al loaioù-dour
Ar stêr o veva
e-tal ar ster
gwez gant ho gwiskamant aour
pebez dudi
dirak sell ar barzh
ster a red didan pont kaoz
va en vor ganti
daou baotr gant seier keiñ
o heulian ar ster dres ar mor
sioul had didrouz
Kerc'heiz hag herlegon
sonn war melezour an dour
didrouz ar goañv
Gant red an dour
dibunadeg an delioù
beaj diwezhañ
Devezh grizias
e disheol un halegenn
dour fresk ar stêr
Treuziñ 'ran ar pont
Saflik reoliek ar stêr
Skeudenn em fellgomz
Gwez kerez e bleuñv
Red sioul an houidi
Prederourien o pourmen
Paotr kozh e heuzoù
Red an amzer, red an dour
Peadra 'benn koan
Sioul ar stêrioù
pesked yac’h o redek buan -
risklet trumm en dour !
Ar stêr o redek
redek ‘vit ar brezhoneg
c’hwezenn o ruilha.
E-barzh ar stêr
ma botoù o vont d’ar strad
ur pesk lêr nevez.
Bugel o skeiñ mein
e dreid en dour stêr yen-sklas
c’hwezh ar vakañsoù.
Ruilh ‘ war an douar
dousik an dour o kuitaat -
lamm ur pesk er stêr.
Stêrioù Breizh yen-ki
ur bern pesked skornet-tre
heol o parañ.
Pesked o nijal
tud astennet ‘tal ar stêr
koulz an nevez-hañv.
Boutailhoù plastik
dour o tislonkañ lastez -
poubellenn velen.
Cheñch liv g’an amzer
an dour o redek bepred
ehan er vuhez.
Mammenn ur rinier
redadeg dour o tiwan
ur rann o lammat.
Bord ar stêr sioul
plant dañjurus o klask trouz
e-kreiz an noz du.
Bleunioù glas teñval
c’hwezh vat e-kichen ar stêr -
ur follenn gwenn-kann.
Glav-puilh penn-da-benn
trouzioù ar stêr leun o vont
buhez o redek.
Rinier o redek
stêr o chuchumuchuiñ
Breizh o c’hwitellat.
Komzoù ar rinier
‘tregerniñ dindan ar pont -
geotenn o veuziñ.
Skornet ‘pad ar goañv
melezour dindan al loar
met tomm ‘barzh an ti.
Ar rinier nevez
tud o tebriñ e-kichen -
buhez didrubuilh
Alarc’h war ar stêr
gwez tro-dro d’ar stêr lufrus -
gwastell chokolad.
Ur pesk oc’h evañ
doureier ar rinier glas
ur ran o koagal.
E-kreiz ar maezioù
pesked o tañsal en dour
sushi ‘vo fenoz.
Boud o kousket c’hwek
e kalon rinieroù Breizh
brank torret o vont.
O lammat en dour
ur pont koad ‘us d’ar rinier -
pesked disoursi.
An traezh alaouret
mont-dont an dour disehan
setu me glebiet !
An nevez-amzer
an nadozioù-aer plijet -
kibelladenn fresk.
Dour ar stêr yen-sklas
neuial e-barzh dour ar stêr -
strinkadenn veure.
An dour o kanañ
raned o lampat er stêr
brav-tre an amzer.
Eus ar menezioù
rinieroù o redek prim
betek ar mor don.
Avel o vountañ
dour o vont ‘maez eus ar vro
esk o vervel prim.
An hañv erruet
an heol o parañ war ’n dour
ma melezour din.
Yen-sklas an amzer
mantell wenn war ar rinier
o redek atav.
Houad o tebriñ
ul lapous gwenn o pourmen
sklaer dour ar rinier.
Lapous marnaoniet
o pesketa eoged -
roued war an hent.
Dour sklaer ar rinier
lapoused bras du ha gris -
an Ankou o tont.
Skornet ar wezenn
pesked skornet ‘barzh al lenn
da zebriñ fenoz!
Yen sklas an amzer
erc’h o kouezhañ war ar stêr -
Loen o kaozeal.
Dindan ar mor sklaer
dindan an dour teñval-tre
ur pesk o sellet
Ar gwez o fiñval
an dour-stêr o vont buan
ul lapous en oabl !
O redek dousik
gwad hon stêrioù o yenaat -
Red hon buhezioù.
Dour-sklaer er rinier
kelorn o splujañ en dour.
Oups ! Gleb teil bremañ !
Leun-kouch ar rinier
gleb-teil kostezioù ar stêr -
risklet trumm en dour !
Ur pesk o kousket
tapet gant ul laer ampart -
ar glav o kouezhañ.
O heuliañ ar stêr
war velo dre ar c’hoad -
ur redadeg kaer.
Goañv bro Breizh o tont
dour stêrioù ‘maez o gwele
toullet ma botoù glav.
Ur pesk o c’hoari
ur pesk o lammat en dour -
Na sioul an amzer.
Pelec’h ‘mañ da besk ?
‘Barzh ma rinier skoachet mat.
Ha ‘b’lam’ da bara ?
Barzh ar stêr bras-tre
ur voutailhad hec’h-unan -
ma sekred din-me.
Sioul-tre an amzer
ur gaouenn wenn o pourmen -
uhel al loar.
Reier er stêr don
stêr o chuchumuchuiñ -
brav bezañ er geot.
O tebriñ ar stêr
davet mamm-gozh ar rinier
dour don-tre ennon.
Al lapoused gouez
o tañsal ‘kichen ar stêr -
ul lamm dic’hortoz.
An dour-glav ruz sklaer
na dañjurus bord ar stêr
ar gwad o vlejal.
E-kichen ar stêr
Ul labous o pesketa
‘R sec’hed o tont din.
Pesked moutik-tre
ar stêr o redek buan -
leun ar boubellenn.
Dour dous er rinier.
Na brav spontus an amzer -
un devezh c’hoari.
Ur stêr o redek
o tont ‘maez eus al lagad
daerenn an douar.
Plijus evidon
mont e-barzh ar stêr sklaset -
Na kaer ar vuhez !
Ar stêr o redek
hag ar feunteun o lufrañ -
ur bleiz gwenn o tont.
Ar bigi bihan
o pourmen dre ar bed bras -
ma frankiz din-me.
Me, ur stêr don din
gant ur bern a douristed -
Plik, plok, plaf, plif, plouf !
O selaou ar stêr
o ruilhal brav ha dousik
pesk digor e veg.
Pesked er rinier
o veajiñ en dour-beuz
mammenn disec’het.
Chapel ha porzh klet
Sell dibar war veg ar stêr
Kounañ ar gêr gozh
Goloet ar stêr
Betoñs e-lec'h red an dour
Kildro soñj mab-den
Beuzet mik ar c'hae
Kaset kuit an holl c'hirri
C'hoarzh mut ar stêr
Ul labous glas
pignet war ur vrankenn
pegen brav eo !
Ur c'hi dour
o neuial evel un nadoz-aer
o nijal en oabl.
E-pad ar goañv
skornet eo ar stêr
pesk ebet ken da welet.
E-barzh ar stêr
e tastuman preñved
nadozioù-aer.
Dindan an heol
kemenerezed an dour
o vale war an Elle.
Un nadoz-aer glas
o nijal a-us d'an dour -
lufrañ a ra.
War pont ar stêr
yen eo, met brav-kenañ
eo an natur.
C'hoari en dour
e Tro Izol
gant ma zad.
Ul labous glas
o pesketañ un eo
o neuial er stêr.
E stêr Laita
o bannañ ur maen
war un houad !
Ur gemenerez dour
o tañsal disehan
war ar stêr Elle.
E Kemperle
pourmen e-kichen ar stêr
dindan ar c'houmoul.
Gant Mammig
war bord ar stêr
gwez ruz ar park bras.
Ar stêr o fichal
lamm ur pesk -
laouen on !
A-us d'ar stêr
ar "patrouille de France"
ha me, kichen ar pont.
Gant ar c'hlasad
war Pont Penn an Elle,
setu pesked ar stêr !
Un nadoz aer
pesked er stêr Kemperle
ha me o neuial.
E Korsika
dirak ar stêr vihan
o sellout ouzh ur pesk !
Dindan pont Kemperle
e lavaran " Koukou ! " d'an holl
pesked o tremen.
O sellout ouzh dour
ar stêr, ma-unan, ne welan
netra e-barzh !
Ur valafenn glas ha melen
a nij a-us d'ar stêr
betek ur wezenn.
Ul labous du
a zebr greun war ur wezenn
e bord ar stêr.
War ur pont, gant Tata
e welomp ar pesked hag
ur ganevedenn.
War bord ar stêr
laboused gwenn o paseal
ha me, ma-unan.
O pesketañ
gant Tadig, tapet hon eus
unan bihan !
Gant ma familh
pik nik war bord ar stêr -
tremen ul labous glas.
E bro Spagn
ur gemenerez dour
kreiz ar stêr !
Pesked bihan ha bras
er Stêr gozh -
louet eo an amzer.
Ul labous glas
e kichen an Izol -
nevez-amzer.
'Kichen an diri
ul labous glas
o splujañ.
Ur babig dluzenn
tapet gant ma zad
er stêr.
Un alarc'h
war al Laita -
Pegen brav eo !
Ur c'hi dour
er zoo, o walc'hiñ
e fri !
E-barzh ar stêr
zo peked ha pesked-kizhier
o neuial.
Ur vag vihan
war ar stêr
ar c'hlas laouen !
War ar vag
e welan un alarc'h
hag un nadoz-aer.
Razh dour miz Kerzu
o neuial e stêr Izol,
choant da chom c'hoazh.
Gant ar c'hlas
war ar Stêr Gozh,setu
kemenerezed dour !
An alarc'h
o surfiñ war ur wagenn
e Kemperle.
Gant Tata, war bord ar stêr
daou razh dour
o tont 'maez an dour !
Pesketañ gant ma zad
e-kichen un enezenn, met
pesk ebet !
E bord ar stêr
gant Yzawen, laouen eo ar c'hi.
Brav eo ar vuhez !
Ar c'hi o treuziñ
ar stêr, mouzc'hoarzh
ma mignoned.
E Troizol
e welan traoù brav :
pesked bihan !
Er stêr
O c'hoari gant ma breur
gant botoù kaoutchouk.
Ul labous glas brav
didrouz
dirak ar froud
Sioulder ar c'hoadoù
Den na glev trouz an dour yen
Goloet gant skorn
Boudoù spouronus
Kuzhet e traoñ an aven
Cthulhu yaouank
An amzer a red
Evel ur stêr dirollet
Na chom ket a-sav
Tremenet an dour
Gant an avel o kanañ
Kollet da viken
Klask a ra ar sterioù
Hent ar mor
En egor an amzer
Ar ster a dremen
ken buan
Ha va soñjoù
Kas bras zo gant ar ster
Degas a ra deomp
Kalon evit kendelc'her
Gant mammig
gwelout ur razh-dour
o neuial buan.
Ur wezenn haleg
e-kichen ar stêr Izol
ul labous warni.
Ma zreid gleb
war va enezenn vihan -
fentus eo !
Teir war ar c'hanoe
o tiskenn buan lamm an dour -
fentus eo !
Er c'hayak
meur a besk a zo
fentus eo.
Tro al lenn gant ma velo
hañv brav, ha war an draezhenn
ur wezenn binimus !
'Bord ar stêr
o lammat a vaen da vaen
war ar bili bras !
Oc'h ober kaiak
ur pesk bras-tre o neuial
dindan an dour.
War ar pont gant Rose
e sellan ouzh tadig
o lammat en dour !
O kaiakiñ
un nadoz-aer o tremen
un eog o lammat.
E bord ar Stêr Gozh
div zluzenn 'meus gwelet
hag ur wezenn derv.
Gant ma mignon
e welan un eog o lammat.
Pegen plijus !
Gant ur rouedig
em eus tapet
un eog bihan !
Pevar labous glas
o splujañ en dour glas-sklaer
me o pesketañ.
Kervarker, ruz e fas -
jiletennoù melen a zremen
war bont Lovignon.
E Troizol, bannet 'meus
bezhin ar stêr war blankenn surf
ma c'hoar Bleuenn.
Tadig ha me
o sellout ouzh ar stêr
dindan ar gwez.
War vor, e Dolan
pesketañ gant ma zad :
tapet un dluzenn ganin !
O c'hoari gant Matelin
war bord ar stêr Laita
gwelout ul labous glas.
War al leur
e kichen ar stêr Laita
gwelout un euzhvil treset.
E Troizol
gant ma familh, e savan
ur c'hastell traezh.
E stêr Izol
ar familh zo o neuial
yen-ki eo an dour !
Tadig o vannañ maen
ha me, o tapout un dluzenn
gant ma daouarn !
War ribl ar stêr
e-kichen ar gwez
e welan pesked.
War ur pont bras
ur vag o treuziñ
dindanomp.
Nevez Amzer -
dirak an Aven, sioul
ma familh o pourmen.
Ma familh ha me
war ribl an dour o sellout
ouzh al labous glas.
Gant plijadur
o kaiakiñ war stêr Odet
Tadig ha me !
Gant ur sarpant-nij
o sellout ouzh ar stêr :
nag a besked !
O pourmen
trankil gant Tadig, an hañv
war ar c'hayak.
War al Laita
e welan ur vorganez
hag ur c'hrank !
Ur wezenn e kichen
ar stêr, ha me, o sellout
ouzh al laboused.
E Koadloc'h
ul labous glas o tapout
ur pesk bihan.
Ur vaouezh
'barzh an dour
o neuial.
Mamm-gozh war ar c'hayak
ha war ar roc'h,
me, o pesketañ.
Gant Tadig
war an tammoù koad
bord ar stêr.
E kichen ar stêr
laboused o kanañ
evit ma familh.
Ul labous glas
o lonkañ ur pesk
war ur brank.
A-us d'ar stêr
an heol hag ar c'houmoul,
ar pesked o c'hoari.
Re a zour er stêr :
tud o kouezhañ
eus o kayak !
E reier an Diaoul
Tadig a lak ar maen bras
da fiñval.
En tele
ur pesk
o lammat !
' Kichen ar stêr glas
laboused forzh pegement :
pesked a zo !
Sammet gant o sac'h kein
daou baotr yaouank o heul ar stêr
betek ar mor.
Serr noz kreiz miz Du
'kichen ar vilin didud
huchadenn ar goûg hir.
Seizenn zous hag argantaet,
silienn
é tistroiñ d'ar Sargas !
Plac'hig o vont hag o tont,
gwer skiltrus,
bras ha rous er Pouldu.
Un, daou, tri razh dour
linennoù eeun war ar stêr
an noz o tostaat.
Kemenerezed
o tañsal ur gavotenn
diroll 'ar an dour.
Mammig aet kuit, ha
me ma-unan war bord ar stêr -
ur pesk bras !
O sellout ouzh an dour
gant ma zad : ha ma vefe
traoù round loaioù dour ?
Avel fresk,
o soñjal em c'habanenn
war bord ar stêr.
Gant Quentin ha mammig
'kichen Reier an Diaoul
ha me, en dour !
Pesketañ gant ar c'hi
ar c'haiak war ribl ar stêr
war ar raden zour.
Neuial el Laita,
ha, dindan an dour
gwelout pevar eog !
Gant ma breur Goulven
e sellan ur pesketaer,
e kreiz stêr Elle.
War an Elle
ur chignan war ul loa zour
tud o kaiakiñ.
An Elle kreiz an hañv
gant Mammig hag ar familh -
pegen laouen omp !
War ar c'hoaiak
o sellout ouzh ur razh dour,
ma zud o neuial.
Va-unan gant ma c'hi
war bord an Elle
o pesketañ.
Dindan an heol
gant daou vazh pesketañ
tapet daou besk ganin !
War bord al Laita
gant ma familh
o pesketañ.
O tremen gant an oto
war ar pont, e lâr mammig :
sellit, un avank !
Nadoz aer war ar stêr -
Leon, Mammig ha me
e kreiz ar c'hoad.
Ur pesk o lammat
azezet war ur roc'h bras,
e sellan outañ.
War bont Kemperle
pesked an Izol trankil
'kichen an hent glas.
Hent al labous glas
pendologed o neuial
ha me o pesketañ.
Pesked er stêr
Lola o splujañ ha ni
war ar c'hanoe.
E milin la Mothe
kaiakiñ a ran gant Malo
yen eo an amzer.
War bord ar stêr
e welan un alarc'h
o vont war zu ar mor.
Milin va enezhenn
an heol a-us d'al labous glas
hag al labous... a-us din !
Ar ster o ruilhal
penndologed o redek
e-kichen ma zi.
Pesked o lammat
dirak rod ar vilin ha
ne fiñv ket mui.
An tren o tremen
an heol bras a-us d'ar bed
an dour o fiñval.
Dindan ar pont bras
o kaiakiñ emaon -
trouz an otoioù.
'Kichen Gwidel
tout ar familh o kaiakiñ
un eog a-bell !
Koumoul bord ar stêr,
mamm-gozh o tiwall pesked
o fiñval c'hoazh.
Lamm dour bihan
dre prenestr an oto -
ha ni war ar pont !
Bannañ maen
gant ma c'hoar Enora
e stêr an Izol.
Ur pesk marv
tapet gant daouarn ma zad
adlakaet en dour.
Kouezhet er stêr
abalamour d'ur gwrizienn
yen eo din.
Ul lamm-dour bihan
lammat a ran eus ur vougevig
plijus , an dour yen !
An heol a gan
al laboused o nija
ar pesked a lamm.
Selout ouzh an dour -
Trouz ur c'hayak douaret
war un draezhennig.
O sellout ouzh ar pesked
an amzer vrav
ar pesked o lammat.
Un dervenn en heol
pesked o vont buan-tre
ha me o sellout.
Gwelet 'meus ma c'hi
o neuial evel
ur c'hi dour.
E Reier an diaoul
o vont buan gant ar c'haiak -
Piv vo trec'h ?
Ur gaouenn goantig
kuzhet e-barzh ur wezenn
brav eo an amzer.
Splujañ a ran
dindan an heol brav
a-us d'an dour sioul.

Pië é qhu den l'iao
Fréchour et catouillements
Rivière des souvenances.
Mariene ben pllaizante
A coté de la rivière brundante
Meins pissette pressante !
O hûche du pu qu'o peut
Ataïnaes à s'enterouer
Deuz rivièes qi s'enterbizent
De la bourbite dans la gove
A t'sère tu tends eune ligne de fond
A matin d'main t'arâs d'la prinze
Les paissons d’l’oudon
Saotaint, dansaint sous l'sola
On té vra benaise
Virée a la mé
la jeunesse et quieuques bonomes
son a s'baingner, tien
La piée cheut a siaux
queunes, canets s’ebarvolent
su l’bord du russiao
L'ardése su l'moulin
frile et ché d'la couverteure
diq den l'etanchet.
Sour les saodes frèlë,
les péïssons ès flancs d'argent
s'evayent com l'ecllair.
la riviere s’egaille en russiaos
la garsaille empile des roches
e v’la une nouvelle erusse
l’iao court olva
é pés ol court olmont
le pognant empllenit la riviere
Riguedaod de goules
Deuz guernouilles ao mitan du Leff
Pouint de separt des parlements
Roches du ruzé capotées de bllanc
Pus aoqhun bru olva
La groê a miz a bâs le temp
Sou l'achalée la rivière bouine
Le péchos bobe sou son chapé
Adsair pouint de paisson ao souper
olva les roches naires
L'iao tourlille de ouip en ouap
la garsaille se défute
Démalinë olva la prè
Le russë, désenhaoudé
De ses hardes de saodes
Su la branchée de la saode
demouezelle evaille tes ailes
defis-te de la trete
Cller de lune chomée
le ruzé ét en diot de la mer
deribele dens ses grands bras
You q' tu vâs teursi teursant,
Biao iao des russiaos ?
J' vâs més je r'viens pâs
L'èv' coule olva le russè
Emporte eun' feuill' chaete
La vla bourdée nette
Le russè se pourmenet
Més la pllée chayit hardi
La prée fut nayée
Le ruz qhi frizole
A cojé la lavandière
De dansë pour li.
Chomë dan l'mitan
du coent ruz bourbitou,
l'é ouete maez ghai.
La saode brandle
ao vent, rifle son jumè
qhi vit dan l'iao.
Véprée d'été su les piereilles
Batoué den le Ninian
La garçaille se mouille
Sous un coûdriyer
Ah ! yan pas ! La meriennée
tout perchain de l’iao
à la piqe du jou
La garçâille dématinée
Sieud l’pére à la péche
Le pti vèr su l’ain
J’endure tranqhile su la rive
Vitement un paisson !
Sou le cié d'aot
Blleu en tout
La riviere s'éjoubit
Su l'iao fine de la riviere
Dan les haots més
Les chevaos de caleuvrs postent les hipes
Côte le fanoué vert
Qi frizole flleuri bllanc
La trute ét q'ol espère la monche de mai
Plée su la neije de la prime
La «Loue» bouillonouze se gâme
Le deri naye les ôtieûs
Vironant den le Pré-du-lin
Le ruzé aluchone les moucls
Fricot des hégrons
Beghin de terre bleuve
Du fond du ruzé
se v'la patouz benèze
Su le let de la riviere
Y'a hardi de roches
Qi pez'nt su mon qheur
Ûne veilhe saode lassey
Sus la riviere ouince e qhuigne
Od ses rumatiqes
L’iglleze qi se mire
Den la riviere se marrit
Qe l’ vent laz déghize.
Sus l’ ruzèo, la lûne
Disparaet den l’ fond de l’iao
Nayey par un nubl
J'allons quieureu de l'iaou
Ma seuille teu peurceu
V'la moulleu l'grand nigaou
Su l'bor de la riviere
Y'aveu dix lavandieres
Ça teu bein hiere
Dan la rivier jaone
yun cha d'iao
naije torti tortan
Les guernouillet naïr
Érussent sous les volette
Le vent tille l'iao.
Le val en douçou
Tranqhile apézant
S 'en va dans le boès dormant.
Les algue s'ent' pile
Dansent o le sablle
C'est la ventée dessous l'iao.
Le cours de iao chante
Come ene ére blleue
Sous la pllëne lëne.
Su les rive de la Seine
Berouassey de vie
Mervaille de Rouen.
Les guernouille couassent
Pey qant o sont de trop fiense
Se saïchent dans l'erbe.
La lëne se mire
Dans le biao rusé
Q'est encraodë.
La riviëre est ben tranqhile
Mé les p'tit païsson
Sont en qhètte-qhètte.
La riviëre coule
Les païsson najent dans l'iao
Bourdë par du boès.
Toute les béte dans l'iao
Mënent vla le drao
Se grattent le dô.
La plley chey hardi
La riviëre ch'mine
l'iao tourne brunaillouze.
Un baté à qhai
La rive pey la riviëre
Je cheyis dans l'iao.
L'iao coule su maï
Les pésson s'émusent
E les cailloux sonjent.
I coule devers la mé
Lu à gaoche à drëte
Qi se noume rusé.
La riviëre est gandilleuse
Lu e sa véloce
Vrao le qhu dans l'iao.
La riviëre coule coule
Les nuèje roulent
E le péchou fume.
Je m'en fus à la riviëre
O mes amin yëre
Pour me ressourcer
O coule coume du vent
O s'en va olva
Dica l'océan.
La chëve de prë
Fét un rond dans l'iao
La treute l'a engoufrey.
La source ao matin
Les campaegnes ao midi
Le saer a la mer.
Hao ! La belle mouche !
La trete vint s'apercher
Pechou é gagnou !
La guernouille coulé
la demouezelle parvole
Et youp ! Dan la goule !
La pllée qi chet
chiqhet a chiqhet
olva la riviere
Etanchâs rasëe
Enfance éboulëe
Qé partie au fil de l’iao
Bel arbre crossë
Bige not petit russë
Baisë chaod d’été
Cascade oubeliëe
Pour la r’montëe des saumons
Povr p’ti russë
Les roches s’enterbignent
L’iao s’gainme en écume bianche
Les païssons se mussent
A travée les prées
la rivière alongourée
va teurti teurtant
Ad saïr, la rivière
ée déhorie de son lét
pour courr' su la prée
rivière est bobiate
o n'ée pu un p'tit rusé
qhi lu, ée ruzë !
Eune mouchouéreye
Su le bord de la rivieur,
L'mond' sont atrempë.
La pllée châ d'acâss
La rivieur qhite son le,
Deri d'iaw, tabut.
La rivieur s'enhâre
Ao mati, la breûe s'fadi
Le chouan s'empafe
Tourjou a virvoûsses
La riviere s'ecoure olva.
O chante e c'ét biao !
Durant le deri,
L'iao s'egâille, naye le payiz
Qheule pitië maodit !
Tout teurti-teurtant
Le russè, qi va ch'minant,
Profite en traçant
Deûz bord deûz côtë
Un chéne chë à bâs conm lian
L’ruzè é fin mé fons
L’soulae s’eguermille
Su l’ève, léz beluète afllote
L’or é ao parfons
Erusse va, erusse
A la longue që d’bére la pllée
Srâs-tu bèntôt soule ?
Maçacr ragondin
les paîssons se qhutent vra ben
la riviere tranqhile.
Les chandelles de loû
la belle porée de guernouille
la rivière flleurit.
Lapin ao courti
paissonier bord de ruzé
c'et l'oure de roucher.
gare a tai demouézelle
païsson alouvi pourraet
te dezaler d'méme"
"Païssons qi s'entr-coursent
den l' mitan du biao russè
pllezi des ghibets
guernette su un ruè
ét a brere son iao cllere
mâriy contr les omes
Ao brun de netée
Ruzé jaone couzinë
o la riviëre

Bord de rivière -
la chorale des grenouilles
secoue les étoiles
Ricochets sur l'eau ...
souvenirs avec ma père
avant son départ
Bord de rivière -
seules les étoiles remplissent
le filet du pêcheur
Brouillard dense -
de l'autre rive vient l'appel
d'un vieil ami.
Rivière gelée -
les enfants en riant glissent
dans le ciel
Elle coule sans t'attendre
toi, nage sans regarder
la Mer tout là-bas
Poisson, innocent,
obstiné, tu suis ta proie
et ne vois pas l'Homme.
La lune attardée
dans la rivière endormie
prend son dernier bain
Rivière sans retour ~
tu nages dans l'au-delà
Norma Jean
Rivière de diamants
quelques cailloux qui glissent
autour de ton cou
Bords de la rivière ~
elle oublie sa tristesse
en fredonnant
Dans le lit froid
le caillou roule
sous mille reflets
Les petits ruisseaux
Feront de grandes rivières
Si ils persévèrent
Torrent de la vie
L'eau serpente et glougloute
Rivieres epanouies
Au pont de l'ecluse
Le meunier sasse la farine
Blancheur de l'écume.
Ma ligne de vie
Elle court comme un ruisseau
Direction la mer
fleuve Saint-Laurent
là où la rivière
perd son nom
nuit sans nuage
le reflet de La Grande Ourse
dans la rivière
sur l'autre rive
des artéfacts et légendes
de l'île au piano
Au miroir de l'eau
scintille l'espoir du poisson
Pêche miraculeuse !
Manteau de verre
Ruisselant sur les rochers
Nature éternelle
plof, plaf, plouf ou ploc
Simplicité d'une goutte
L'union fait la force
Nuage, pluie, rivière
Tout s'écoule à l'infini
Métaphore d'une vie
au bord de la rivière
des dizaines de pêcheurs -
et pas de poisson
glace sur le rivage -
un cincle plonge d'après
la nourriture
Rivière de montagne -
une truite saute
de l'eau
pierres de gué
à travers la voie lactée
enfants réfugiés
signes de pluie -
père pousse son bateau vers
la rivière asséchée
les cessez-le-feu
même les saumons retournent
dans leur rivière
les filets d'algues
ondulent
dans le courant
Chutes d'eau
En cascade
Energie vitale
bancs de mulets
migrant en meute
Odet ouverte
Ses petits pieds
éclaboussent la rivière -
rires en ricochets
Partie de pêche -
la truite arc-en-ciel si proche
de la sauterelle
Sieste alpine -
le chant de l’ eau vive
pour seule berceuse
Seconde d'éternité
un soleil flamboyant
la Laïta poursuit son cours.
Abbaye Saint-Maurice
La Laïta à fleur de peau
Les douleurs s'estompent.
La rivière au soir
écharpe orange et feu
au cou du mois noir
Il va pleuvoir
la rivière place sa paix
entre les pierres
Tout au bord de toi
la rivière   me blottir
tout au bord de moi.
La rivière au soir
écharpe orange et feu
au cou du mois noir.
Il va pleuvoir
la rivière place sa paix
entre les pierres.
L'aurore étincelle
brume sur la Laïta
l'enchantement est là.
Courbes sur la carte
Sous le doigt de l’enfant rêveur
Large Garonne brune ici et maintenant
Pieds dans l’eau vive
Où les champs perdent leur nom
Remonter le ruisseau
D’écluse à écluse
Vent de peupliers
Or sur l’hallage
La grande rivière.
Des visages et cœurs s’enflamment.
On peut la traverser ?!...
La rivière est glacée.
Les enfants aiment patiner.
- Halte, petit ! Pas tomber !...
Voilà ! Il boit le ciel,
le canard à la rivière –
Peut pas ! Il est grand ?!...
Bois noirs, rivière noire
sur le caillou, l'insolent
or jaune de l'ajonc.
Comme une rivière
Visible ou souterraine elle coule
Notre amitié
Puiser l'inspiration
A l'eau de la rivière
De mes émotions
rivière –
la dernière nuit
de l’an
rivière –
le curriculum vitae
à la dernière page
Silencieusement s’en va l’eau
de la fontaine à l’océan
L’élégance des fleuves sacrés
Les herbiers en fleurs
sur l'eau brune ondulent
sourires de juin
Reflets rouge et or
les rives se contemplent
matin d'automne
A venir l'an neuf
sur les radiers les saumons
avenir en oeuf
rêve de douceur
un nuage coule
jusqu'à la mer
te jettant en mer
oublie tu
ta source
V de la vallée
le torrent cascade
dans le gouffre
rivière oubliée -
les pierres se parlent entre elles
gerçure du temps
les ombres se fanent
là où la rivière meurt -
terre à l'abandon
rivière oubliée -
les pierres se parlent entre elles
gerçure du temps
soleil écorché -
au fin fond de la rivière
sourire en morceau
contrebas du ru-
le vieux moulin à eau
se tait
descente en canoë -
le vol piqué
du colibri
poème symphonique -
l’âme tchèque
de la rivière Vtlava
Dans la rivière
de sommeil tombe la lune
naît l'île Awaji
Petite vague bleue de nuit
La truite
Vibre et fuit.
Glissant sur le flot
La feuille d'érable
Partage tout son or.
La rivière
Elle garde sous les pierres
Tout son or.
rideaux d'arbres
les chants d'oiseaux redessinent
le cours du torrent
bordure de rivière
des brins froissés cette nuit
par un chevreuil
rivière en crue
il n'espérait pas ce voyage
l'arbre mort
un galet sculpté
en souvenir d’une amie
la forme d’un cœur
Pluie du printemps
le bief du Pont-de-Terre chante
que de bulles !
Nuit tombante
bécasse mystique sur l'onde
larme sur les feuilles
Sur l'eau du Don clair
des fils d'argent s'enchevêtrent
en remous sans fin
Sous l'averse drue
le Don chante et bouillonne
comme du plomb vif
Le Don silencieux
moiré de lumières vives
paisible à Moisdon
L'eau de la rivière
d'un émeraude scintillant
ruisselle en chantant.
Pêché dans la Chère
c'est bon avec du citron
la chair du poisson
Sur la rivière
un paysage déchiré
formation de glace
Chaleur d'avril
la rivière se gonfle
mon canot à la porte
Face à face
deux paysages
suivent la rivière
Ne demande rien
à la terre si elle se tait
averse tarie
Un matin d'été 
les nuages dans le ciel
se mettent à trembler
Portant mes jambes
la terre se met à trembler
cours d'eau affolé 
La libellule vole
La rivière se teinte de rose
Miroir d'aurore.
Les araignées d'eau
Dansent.
Ombres de la rivière.
Un pont de bois
Enjambe
Le cours d'eau miroitant.
Le Cerisier
Au bord de la rivière,
Fleuris, fleuris !
Douce brume légère
Libellule messagère
L'avenir radieux
Fil de la vierge
Irisation du marais
Ce temps si lointain
Diamant de nos vies
De la montagne à la mer
Lourd de nos égouts
Courant d'air d'août
Peint la rivière en bleu
Le martin pêcheur
Bruit de la truite
J'ai voulu la surprendre
L'eau silencieuse
A peine entrevue
Que l'ombre déjà n'est plus
Est-ce toi saumon?
Sous la neige
le reflet sombre du ruisseau
Éclat d'or du courant
Tartine de beurre
Au bord de la rivière
Fin d'été
Pieds sur les cailloux
Mollets coupés par le froid
Caresser la rivière
rivière calme -
la mouette conduit
sa ombre vers la mer
Plic ploc plic ploc
Gouttelettes au petit matin
Tombant dans la rivière...
Rivière d'argent
Serpentant lentement
Hiver de ma vie !
Bleu, marron, vert
Couleurs d'automne
Reflétant mon âme
Éclat et fureur
Le débordement du fleuve
Sur mon cœur inquiet
au fil de la rivière
la révérence des arbres
me fait chavirer
rivière en crue
comme il est bon d'être au sec-
que de larmes!
sécheresse-
rêver au barbotage
des canards
Elle a rendez-vous
la rivière enamourée
avec l'océan
Cette nuit encore
la rivière somnambule
sortie de son lit
Route à sens unique
au demi-tour impossible
chemin de rivière
bateau chuchoteur
nous suivons le vol
de la libellule
maigre cours d'eau
un bout du ciel se jette
dans la mer
seul le vent dirige
la poussière vers la mer -
rivière asséchée
Paris secret
la Bièvre détournée par Haussmann

vers les égouts
Estuaire de la Laïta
des galets . Pas de poules 

dans son poulier
fête de Pointis Inard
pont défoncé

noyade dans le Ger
rivière gelée –
dans la boite à lettres
silence
Rivière,
Ton écume au hasard
Ma verrue soignera.
Sinueuse vallée sèche
la rivière de blé mur
coule sous le vent
Grand ciel de mars
on dirait que la rivière
transporte la lumière
La glace s’agrippe
au bord de la rivière
craquements d’aurore
et après aussi
la rivière vagabonde
après l'amour
quelle est belle
dans sa flûte, la rivière
chante encore
Brouillard ce matin
la rivière a disparu
avec mon enfance
Matin de printemps
ventres blancs sous le ciel bleu
un héron s'envole
Rafale d'automne
le vent griffe la rivière
à pas de souris
dans une robe
de bal en soie, l’odeur
de la rivière
remous de la Marne ~
sur un corps-mort se sèche
un cormoran
rivière opaline ~
un banc de poissons flottant
ventres en l'air
ruisseau en automne ~
les ondulations
d'un naja orange
Quatre mouettes rieuses
observent la rivière
pas de crue aujourd'hui.
Nuit d'automne
la rivière en furie
villages dévastés
Bruissement de l'eau
des cris et des rires
jeux d'été
Au fil de l'eau
flèche bleue fugace
le Martin pêcheur
Chante, ma rivière
Sur tes galets, sur tes pierres,
Coule vers la mer.
La rivière lascive
S'étale entre ses deux rives
Belle perspective.
Au pied des fougères
Si cristalline, si claire
Coule une rivière.
halte au vieux lavoir
des morceaux de chocolat
parmi nos rires
nuit noire
sur la rivière
deux cygnes
Rouleau déferlant
graviers, rochers,
la peau de mon bras arrachée
remous nocturnes
deux bras complices malmènent
la lune
rives du printemps
sa première caresse offerte par
une ortie
rivière de larmes
~ bonhomme de neige a pris un coup
de soleil
Chuchote tes mots
la rivière entière
te soulagera
Des petits remous
les mots de la rivière
audibles à l'oeil
Renards affamés
Ggurmande rivière d’été
poissons aux aguets
Somptueuse la rivière
rives et dérives
survit à la vie
Rivière affamée
emporte sur son chemin
la nature en vain
Le temps s’écoule
la rivière serpente
simultanément
La rivière fuit
poisson grenouille nagent
le soleil rougit
LA rivière chante
devant l’eau qui coule
il pense que l’eau l’aime
La rivière douce
il y a du bleu magnifique
les vagues sont extras
Les beaux oiseaux chantent
nous nous baignons dans le lac
coule le ruisseau
Ce soir un merle
volant sur le ruisseau bleu
doux et majestueux
Et la cascade bleue
survolée par les merles
joyeuses plumes
Belle et jolie rivière
un lieu tellement propre
où tout le monde se baigne
L’eau brille comme la nuit
les roses flottent sur l’eau
l’eau et les fleuves
L’eau sombre comme la nuit
les oiseaux sur l’eau chantent
la rivière scintille
Dans la rivière
une famille y nage
nageoire d’or
Lumière verte
dans la rivière fruitée
reflets d’oeils bleus
La rivière tremble
les gouttes de pluie tombent fort
Silence, on écoute
Ce soir un orage
la rivière gronde la pluie tombe
mais les oiseaux chantent
Ce matin il pleut
toutes les routes inondées
rivière trempée
Les rivières coulent
oui, les foudres arrivent
et les doux feuillages
Oui la douce fougère
et les très jeunes rivières -
la chanson de l’eau
Roses les pétales
flottant sur la rive d’eau
emportés au loin
Les milles reflets
du son de rivière
jaillit doucement
Ce matin rivière
avec les poissons qui nagent
et on va dormir
Un rossignol chante
des poissons nagent sur l’eau
de la colère brille
Mélodieux les geais
jolis troncs dansant sur l’eau
brillante rivière
LA rivière est forte
la rivière a des cailloux
la rivière est bonne
Les petits cailloux
en silence la belle rivière
puis le lac brillant
Ce matin sans doute
le soleil illumine l’eau
la rivière gelée.
Je chante au fleuve
la rivière, elle est jolie
le corbeau chante
vaguelettes qui s'gibattent
me laverez-vous mon babaud
au lieu d'bartaveler
Ce matin l’air doux
les rivières et les cascades
jolie matinée.
Le ciel éclairé
puis les maisons inondées
la rivière fleurie
La belle couleur verte
la vague dans la belle rivière
les têtards à l’eau
l'eau est une babièle
toujours, toujours elle jabiasse
jamais ne dit rien
La nageoire dorée
rivières aux écailles dorées
poissons argentés
Une rivière lointaine
venue du nord du pays
bottes mouillées.
à cha peu le ru
creuse son béal fantastique
et assade la source
La rivière tourne
sur les arbres oiseaux volant
une bataille sous l’eau.
La cascade emporte
arbres tombant au bord d’une rivière
flottant tout autour
Les oiseaux sautillent
au bord d’une douce rivière
tous très majestueux
Ce matin le vent
la petite rivière feuillue
les grenouilles sautent
La rivière coule
le long du Richelieu
avec ses souvenirs
Patiner l'hiver
sur la rivière glacée
poussé par le vent
La vague vient mourir
sur les roches des berges
de la rivière.
envol du héron -
la pointe de son aile
ride l'eau
couchant -
dans le sillage du canard
le soleil ondule
brume au ras de l'eau -
le pêcheur ajuste ses lunettes
pour garnir l'hameçon
bourrasques de vent -
sur la rivière chiffonnée
la lune en morceaux
sous le saule s'éteint
le chant d'amour des grenouilles
l'ombre du héron
coasssements -
une aile de libellule
à la dérive
La cascade emporte
Arbres tombent au bord d'une rivière
Flottant tout autour
Les oiseaux sautillent
Au bord d'une douce rivière
Tous très majestueux
La rivière tourne
Sur les arbres oiseau vole
Une bataille sous l'eau
Une rivière lointaine
Venue du nord du pays
Bottes mouillées
Ce matin le vent
La petite rivière feuillue
Les grenouilles sautent
"Force de la mer
Douceur de la terre
Eau métissée ."
" De chaque rive
Les arbres se dressent
Ourlant la ria ."
" Vent dans les pins
Lune sur la rivière
Nuit paisible ."
Iris bleu mauve
Lys jaune où se pose
Une libellule
Pluie, saison de pluies
Le Redon gronde, enjambe
Ses deux rives au-delà
Bord de rivière
Un pêcheur rêve au poisson
Sa canne file sous l’eau
Algues fleuries –
s’attarder un moment
sur le pont
Ses sandales en liège
s’enfoncent dans les herbes d’eau –
chemin de traverse
Dégel –
la rivière amène
une feuille verte
Une libellule
pirouettes de l'hirondelle
sur l'onde d'argent
Entre deux galets
flotte un bateau de papier
rires sous les saules
Les gardons frétillent
sur la rivière de mai
nuée d'éphémères
rivière de montagne -
si toutes passeraient
de la même manière !
Éclat et fureur
Le débordement du fleuve
Sur mon cœur inquiet
Le poisson brillant
Cambré au dessus de l'eau
Miroir de la lune
Fin roi d'un printemps
L'iris salue la rivière
Couronné de jaune
Eaux noires, le reflet
des décos bleues de Noël
la Laïta déborde.
Arbres sur la rive
leur ombre sur la terre
dans l ' eau leur reflet
En fin de partie
la barque glisse doucement -
gouffres de l'Enfer.
Cygnes blancs et noirs
branches de saule sur la rivière...
dans mon souvenir.
Cours d'eau sous la pluie
crue violente dans la plaine
... miroir infini.
Sur le pont,
le mariage des lucioles –
on passe par l'eau.
Compétition -
parmi les bateaux en papier
un mallard.
Rivière débordante -
une poussette de bébé
berce le sable.
Parmi les feuilles d'automne
flotte
une feuille d'origami
À la pleine lune
non loin d'une rivière
j'emménage
La mouette partie
l'onde
exhale
la fonte des neiges
la Saint-Maurice dévalant
résistants vieux arbres
Thomson la rivale
quatre marmailles en canot
les parents s'échinent
sur la Gatineau
des iris et bancs de sable
inukshuk fléchant
Brume blanche,
juste un trait
sur la rivière silencieuse.
La lune dans la rivière
médaille d'or
à mon cou.
Est-ce la rivière
que le saule salue si bas
ou lui-même ?
Bords de la Vilaine
A l'aube la rivière enfile
Son tutu de tulle
La prise de bec
Entre deux hérons cendrés
Duel de samouraïs
Bord de la rivière
Le jeune grèbe huppé
Se prend pour un punk
rivière sauvage —
elle ôte son maillot
et tous mes doutes
brume automnale —
au bord du fleuve
la moitié du vieux pont
rivière sauvage —
plonger dans mon monde
imaginaire
Pour cueillir le jour
quel saut elle fait la carpe
hors de la rivière !
Heureux et nu
Il pisse dans la rivière
Une truite lui mord la bite
Le fleuve sort de son lit
Elle plante un camélia rouge
ses cheveux dénoués
Les larmes de la truite
Gouttes d'eau salée
Au fil de la rivière
rousse branche morte
par la rivière emportée -
ma chienne noyée
soie fraîche de l'eau
glisse sur ma peau chauffée
robe chamarrée
vol d'oies vers le sud
soyez prudentes, amies
je vous attendrai
les yeux entrouverts -
une rivière monotone
pensées qui coulent
Cherche son chemin
Dans cette eau claire glacée
Le poisson volant
Perles de douleur
Forment une rivière
Qui ne peut cesser
Ruban d'argent -
S'immisce dans les plaines
Atteint la lune
Remous dans la rivière
Longs becs, longues pattes
Affolent les poissons
Arrivées à l’estuaire
Les anecdotes de la rivière
Noyées dans l’océan
Bec et griffes
De la rivière vers les cieux
L’envol du poisson
entre deux rives,
toile d'araignée,rosée -
diamants sur rivière
enfuie l'enfance
comme bouts de bois
jetés dans la rivière
pluie, pluie, pluie, pluie, pluie-
rivière hors de son lit,
nous, dans de beaux draps
rivière à gué
d’un continent à l’autre
sans frontière
ru ~ ruisseau
rivière ~ fleuve
l’eau ~ la vie
rivière de diamants
perles d’eau à son cou
méandres de la vie
à contre courant
le saule aux branches pensives
rame sa dérive
baignade interdite
le panneau est sur la berge
son reflet dans l'eau
le saule médite
aquarelle dans le vent
couleur de silence
Chemin de halage
un cheval glisse en silence
écrin lumineux.
Visa pour la mer
au-delà de l'eau d'ici
un saule ruisselle.
A contre courant
un poisson cherche la source
don de l'arc en ciel.
Misérable prise
de retour à la maison
cailloux plein les poches.
Ah ! Rivière d'antan
le murmure de ton flot
tes berges fleuries.
Au bord du ruisseau
suspendu à ses lèvres
un goût de pralin.
rivière de printemps
la vieille barque tire
sur sa chaîne
giboulées
au fil de l'eau l'arc-en-ciel
d'un martin pêcheur
grisaille du jour
la rivière charrie son spleen
derrière les roseaux
Profusion de vies
Rivière magistrale
Le vent se fige.
Le tout suit son cours
Rivière et ses méandres
Le soleil brille.
Coule doucement
La rivière s'assèche
Les poissons meurent
Rivière en parure
des perles d'eau à son cou
si fines et pures.
Coquille de noix
ou bateau de papier peint
les suivre en riant.
Murmure des rames
grincent les dames de nage
traversant la brume.
Conviée par le fleuve
la rivière épouse son onde
en prenant son nom.
Refrain du torrent
chanson douce de la rivière
la valse de la truite.
Le ru le torrent
la pierre du gué celle du pont
deux mains puis quatre mains.
J'aime l'eau qui nage
les confettis de soleil
et les galets bleus
la brume se lève
sur la rivière qui saute-
senteurs de cèpes
sous la brume épaisse
la rivière coule
sans bruit
feuilles mortes
sur l'eau partent en voyage
bon vent
dans la rivière
se reflètent les arbres
bercés par le vent
Un saumon frayant
Dans l'eau joyeuse d'une rivière Y finit sa vie.

Nous ne bougeons plus.Alors en surface émergent
Les yeux des grenouilles.

La vase de la rivière ne rebute pas le garçon.
Toujours il y tombe.

captive du fleuve
la pleine lune de mars
sur la neige blanche
changement de route -
pour le sud au lieu des airs
sur l'eau vont les oies
jour venteux et froid -
le fleuve aujourd'hui se hâte
vers les grandes eaux
Au moulin de Kergoz
allongé dans l'herbe
je regarde les libellules.
rivière en folie
le grenouille interdite
sur son rocher noir
avancer gaiement
dans le courant frétillant
les orteils en rient
DOuceur d'été
reflet des arbres dans l'eau
quelle beauté !
heureux riverain
dans le silence des eaux
la sieste est douce
Mon bateau en feuilles
part dans les égouts,
les libellules le regardent.
Au bord de la rivière
les libellules volent, les poissons sautent
magnifique paysage.
Canards et oies
se promènent dans la rivière -
on leur jette du pain.
Je vois un poisson
de toutes les couleurs, quis aute
au dessus de la rivière.
Près de la rivière
le martin pêcheur mange
son poisson sur la branche.
En été
ma soeur tombe dans l'eau
c'est rigolo !
Reflet d'une feuille d'automne
coloré poisson
bonheur m'envahit.
Dimanche d'automne
les reflets dorés des feuilles sur l'eau
enrichissent notre promenade.
Bottes remplies d'eau
au milieu de la rivière
j'essaie de passer.
La mer bleu clair
baignade avec une méduse
course effrayante.
Pont -Aven sur l'eau
canards au bord de l'eau
grands moulins à eau.
Reflets de feuilles
rouges, jaunes, vertes
me remplissent de bonheur.
Photo d'un copain
devant un pont japonais
rosiers en fleurs.
Près de la maison, ma rivière
saut d'un saumon
bambous verts.
Pêche à la truite
petite cascade
fleurs jaunes, rouges.
Étang rond
cygnes au gord de l'eau
arbres bougeant au vent.
Promenade en vélo
reflet des arbres dans l'eau
mélange de couleurs.
Feuilles rouges et oranges
on pique-nique et on voit
une loutre !
Dans le sud j'ai vu
des poissons, des arbres -
je me suis baigné.
Moment joyeux
pêche avec mes parents -
poissons dans le filet !
Pique-nique à Tro Izole
baignade froide et agréable
doux vent chaud.
Promenade au bord de la rivière
gris poissons, arbres verts,
chemins d'eau.
Des arbres, des canards
pique-nique au bord de l'eau -
Papa, Maman et moi.
ruban argenté
la rivière à contre-jour -
chant de l’automne
Loin de la rivière
que je ne verrai jamais
douche du matin
Ah ! ce bruit de l ' eau !
du robinet sans grenouille
coule la rivière
étranglé le chant
quand arrive au robinet
la rivière domptée
La chaumière
surplombant le fleuve
comme elle est calme.
Là où d'habitude
court la rivière
coule la brume.
Fortes chaleurs -
la rivière chuchote
autre chose.
main dans la main
sur la rivière gelée -
les pieds dans la lune
divorce amiable -
la rivière gelée coupe
la lune en deux
l'Yonne et non la Seine
au mètre cube seconde
baigne Notre Dame
le parfum d'anis
des boules de chènevis
pêche au coup sur l'Yonne
sommeil du pécheur
le scion par à-coups grelotte
rêve de brochet
la peur semée
en passant les hautes rivages -
pluie torrentielle
brouillard épais
ne ralentit pas
la rivière
pêche interdite -
laissé sur les berges du fleuve
traces de violeurs
équipe d'étudiants
toutes les bouteilles en plastique
recueillies des rivages
l'encre du ciel
sur le gloss de la rivière-
à l'aquarelle
Un petit bouchon
comme un vigilant signal
les truites sourient.
Aux pieds des roseaux
nage en silence l'eau vive
j'entends les poissons
Premières gouttes
Le chant de l'oiseau passe
Sur l'autre berge
Deux canards pataugent
Sur le rond-point
Crue d'automne
Vieux portail rouillé
Des rires d'enfants roulent
Vers la rivière
Un gros caillou blanc
pour chasser mes idées noires
ricochets d'espoir
Au fil des saisons
sur le miroir du cours d'eau
ma ville est en double
De ces eaux profond(es)
je gard(e) enfin le silenc(e)
ému(e) sur le pont.
Loir(e) éternelle
si belle les nuits d'hiver,
se lovant l'été.
Un beau caillou blanc
pour chasser mes idées noires
ricochets d'espoir
Reflets du courant
éclatants dans le printemps
bruissent, vif argent.
Surface de l'eau
théâtre d'ombres chinoises
où passe la lune
il ne sait pas
qu'il abreuve des étoiles
le ru d'été
trafic de péniches
sous le pont Mirabeau
houle la Seine
pêche interdite -
apparemment le héron
ne sait pas lire
La main de mon père
dans le monde à l'envers
aux reflets gris.
Ton beau reflet
ma main fait trembler ta couleur
l'eau te traverse aussi.
Un vent serein souffle ...
des éclats de lumière
plissent la rivière
Les marcheurs bavards
redescendent la montagne…
soupirs de rivière
Des rais de soleil
s'égarent dans la rivière
tremblement du vent
La couleur de l'eau
son reflet turquoise, et son
battement rapide.
Au bord de la Laîta
j'avance en même temps que l'eau.
Soudain, une goutte !
Rivière brillante
allongée près de toi
je me sens libre.
Dans la rivière sans fin
la main de mon père s'engouffre
dans le monde à l'envers.
Aux Roches du Diable
surgit à toute vitesse
un kayak rouge.
La pluie se réveille
au bord de la Laïta
et chasse le soleil.
En automne
il prend un petit bain
le ragondin.
De rocher en rocher
un appareil photo à la main
soudain, un saumon !
Reflet de la lune
sur le miroir translucide
jusque dans mes yeux.
Ballade en kayak
un grand saut dans
la Laïta.
Près de l'eau
en vélo, paf ! Je fais un well
et hop ! je repose.
Sous la pluie incessante
je m'ennuie à mourir quand
je tombe à l'eau !
Au bord de la rivière
au lieu de vrais poissons
des hameçons...
Bateau en famille -
soudain, un poisson
saute et s'éloigne.
Nature éphémère
feuille dans la rivière,
l'été se termine.
Feuille du matin
sur la Laïta du chagrin,
flotte sur le froid.
L'été dernier
on passe devant une rivière :
magnifique !
Il fait le clown
près de l'Isole
mon frère tombe à l'eau.
Eau transparente
je la vois dans la nuit
elle me fait un signe.
Après deux heures d'ennui
je monte dans la voiture -
un saumon surgit !
Une après-midi
avec un copain d'enfance -
une belle truite surgit.
En été,
ma famille se reflète
dans la rivière
Ballade
dans l'eau trouble,
un gros saumon.
Sur le bord de l'eau
je fais le rigolo
je tombe à l'eau.
Des pierres
bloquent le chemin
de la rivière.
Douce léthargie
glissent quatre feuilles mortes -
canal silencieux.
Canaux de Bretagne
combien de vies sacrifiées -
maintenant délaissés.
Reflets roux dans l'onde
me retournent la tête -
Blavet en automne.
Eau, source,
Vibration, energie,
Eau sommes-nous.
sol lavé de frais –
sur la pointe seulement
nos traces de pas
livre non coupé
depuis plus de cent ans –
dehors, le silence
ricochets de plage
de maillots en bikinis
son regard
Près de la Mothe,
une après-midi pluvieuse -
je vois une loutre.
Au fil de l'eau
on entend un bruit...
Oh ! Un saumon !
Trois libellules effrontées
bourdonnent dans mes oreilles :
c'est infernal !
Dans la Laïta
un saumon gris-blanc :
c'est magnifique !
C'est super :
dans l'Ellé, j'ai vu
un poisson sauter !
Du pont, on regarde
un saumon sauter
près du moulin.
Un héron
se sèche tranquillement
sur le barrage.
À l'école,
je vois un bébé canard
dans la rivière.
Pêche avec Papa
j'attrape un saumon...
et la canne casse !
Prunellier en fleurs,
un canard vert sort de l'eau
le pêcheur le voit du quai.
Belle journée
passée à regarder
les beaux ragondins.
En vacances, l'été
seule sur un rocher,
une loutre.
Je vois une loutre
vers la rivière, là-bas
avec ma famille.
Du pont de l'Isole
je vois une loutre
qui nage vers la terre.
Sur un pont
je regarde les poissons
remonter le courant.
Énormes rochers
eau et saumon qui sautent -
une mouette de travers.
Bateau électrique -
sur la rivière bleue, je joue
avec mes cousins.
Derrière le grillage
en récréation, plongeon
d'un martin pêcheur !
Je vois un pêcheur
sur l'Ellé qui pêche
un petit poisson.
Promenade
avec Maman, en trottinette -
tout à coup, une loutre !
L'Ellé en été -
un canard et ses canetons
dans l'eau transparente.
Pont de l'Ellé
les kayaks tournent
autour de la bouée.
Aux Gorrets, l'été
une famille de canards
passe sur la rivière.
Sur la Laïta
je regarde des familles
passer en kayak.
Sur la Laïta
des patineurs, un ragondin,
des reflets d'arbres et de fleurs.
À la Mothe,
les têtards chatouillent mes pieds -
je vais les rejoindre !
Dans l'Ellé
je compte les poissons :
presque trente !
L'écume efface
les marches de la cour
l'Ellé déborde.
Il se débat
emporté par le courant
le chien...
L'oiseau chante
le martin pêcheur vole
dans la Laïta.
Assise dans l'herbe
épanouie par ce doux bruit -
la beauté de l'eau.
Un martin pêcheur
plonge dans la Laïta
et attrape un tacon.
Debout près de l'eau
devant les canards verts -
mes yeux se ferment.
Papa pêche
des poissons dans le soleil
de Saint Nazaire.
La Villemarqué
yeux rouges, regarde l'Ellé
gilets jaunes sur le pont.
Couleur de compote
l'Ellé charrie des eaux sales -
terre et boue mêlées.
Poissons, que faire
pour enlever les déchets
de la rivière ?
Mon hameçon plonge
Maman arrive, prend la canne :
une anguille !
Le saumon saute
dans l'eau froide
belle cascade.
Aux Roches du Diable
clapotis des vagues, un ragondin
fait sa toilette.
Avec Maman sur le pont
on regarde les feuilles
qui tombent dans la rivière.
Avec Adèle et maman
je prends les canards en photo
en mangeant une glace.
Dans le vent
j'entends le clapotis
de la rivière.
En kayak
sous le viaduc,
couleurs d'automne.
Rivière en colère
les poissons nagent -
jusqu'à la mer.
Dans l'Ellé
clapotis de l'eau -
je vois des poissons.
En tyrolienne
je survole la Laïta
belle et brillante.
Terrier de ragondin
découvert avec papa -
j'ai peur.
Sauter
sur les roches de la Laïta -
j'adore !
Sur la rivière
les patineurs, petits insectes
vus du pont.
Rivière lourde
et silencieuse, les libellules
survolent la crue.
En kayak
on dégage les pierres
du barrage.
Maman dort -
mon ballon dans la rivière !
je vais le chercher.
Derrière un mur
on donne du pain
aux canards.
La rivière sent bon
je pêche un gros poisson -
je suis content !
J'attends mon tour
pour traverser la rivière
sur le bac à chaînes.
Je me baigne
dans la rivière, et je vois
des poissons
Près de la Laïta
avec papa, un poisson
saute devant nous !
Près de la rivière
on coupe des branches
pour faire du feu.
Les pieds dans l'eau
de la rivière, je regarde
les poissons s'amuser.
Sur mon bateau
je vois une sirène qui nage
et me dit bonjour.
Je regarde des nageurs
passer en body-board
je veux me baigner !
Aux Gorrets, grand soleil
on pique-nique avec les canards
et les poissons.
Avec Alice et Cloe
on voit un martin pêcheur
et des poissons.
Je joue au foot
Papa et maman dorment -
la balle dans la rivière.
Aux Gorrets
je vois des tortues
qui vont se baigner.
En canoë, en famille
on voit un poisson
sauter.
Maman dort -
près d'elle, je regarde
les poissons
Au bord de la rivière
avec mes parents, je vois
nager les poissons.
Un cygne blanc
passe près du bateau
je lui donne à manger.
La libellule se repose
sur les roseaux,
près du cygne.
En VTT, au début de l'hiver
l'eau déborde -
un saumon !
Sur le bord de la Laïta
je vois un saumon
grand et gris sauter.
La rivière douce
autour des arbres morts
sous le froid du temps.
Sur le pont de l'Ellé
je vois un oiseau sauter -
soudain, un cygne !
L'Ellé glisse
sur mes mains lisses
le colvert passe.
Au fil de l'eau
canne à pêche à la main -
soudain, un saumon !
Au bord de l'Ellé
je vois un canard
qui plonge.
Au beau printemps
sous le prunellier
une loutre prend le soleil.
Au bord de la rivière
je voix un cygne
qui déploie ses ailes !
Au beau printemps
les prunelliers fleurissent
sous les rayons du soleil.
Envol du cygne
la rivière brille sur l'eau -
vagues.
Tout au long de la rivière
le vent effleure
le saule qui pleure.
Sur mon kayak
je tourne la tête -
soudain, un saumon !
Au bord de la rivière
je vois les poissons
danser sous l'eau.
Au bord de la rivière
un beau soir d'automne
les arbres rougissent.
Au bord de l'Ellé
au début du printemps
j'attends un cygne.
Le vent glacial,
nez gelé devant la Laïta -
je vois une libellule.
À côté de l'Isole
je vois une libellule
fouetter l'eau.
En regardant la rivière
un reflet d'été apparaît
un saumon saute.
Au bord de la rivière
un doux jour d'hiver
les libellules dansent.
L'eau suit son cours
le silence se fait sentir -
l'odeur des roseaux.
Au bord de l'eau
je prends ma canne à pêche -
un poisson saute.
Au bord de la Laïta
un martin-pêcheur plonge -
une loutre sur la roche.
Le martin-pêcheur,
affamé, sur une branche -
rivière gelée.
Matin de dégel -
ballotté par les remous,
un glaçon voyage.
Le chant du ruisseau
évanoui sous la glace -
forêt silencieuse.
Reflets changeants
la Laïta
multicolore
Des canards
passent
sur le pont.
Un canard
au bord de l'eau :
revient-il de voyage ?
La rivière l’été,
couleurs et odeurs -
c’est tellement bien !
Eva slalome sur l'eau
entre les roches du Diable,
elle va gagner !
au creux du ruisseau
coule une errance à venir
au coeur des roseaux
Quand le ru se rue
sur le village en torrent
il n'est plus de rue
Aux Roches du Diable,
compétitions de kayak -
Lucie Fer rage.
Je ne t'attends pas
et puis, BAM !
À l'eau !
Les pieds dans l'eau
sous le beau soleil
tout est calme.
Sur la Laïta, en automne
les canards brillent dans l'eau -
je leur donne à manger.
Bonjour sangsue
tu ne me suceras pas
car j'ai le sang froid !
Sur la Laïta
je vois des poissons
sur le dos.
Sur la Laïta
il y a de l'eau partout -
Au secours !
En été avec mon grand-père
on pêche et on rigole
bien.
De mon kayak
je vois tout le monde
tomber dans l'eau.
Lumière du soleil
qui traverse l'Ellé -
je me réjouis.
Je croise en kayak
un saumon au pantalon
rose.
Ma pagaie s'en va
je vais la chercher
près du poisson mort.
Je me promène
au bord de la rivière.
Que de feuilles !
La rivière coule,
les poissons aussi -
dans l'eau douce.
Dans la Laîta
coule de l'eau douce
et nagent des poissons.
En hiver avec mes sandales
le long de la Laïta
Kélyan plonge !
Sur la Laïta
je regarde l'eau
Qu'elle est sale !
Beaucoup de courant -
du kayak, sous un joli pont,
je tombe dans l'eau froide d'hiver.
Feuilles jaunes sur 'leau
les poissons nagent
et je plonge.
J'aime la rivière -
odeurs et couleurs,
et le rythme de l'eau
À Quimperlé
la Laïta et l'Ellé
se la coulent très douce.
Au printemps, Lionel, Hubert,
Maxime, Enzo, Marius
voient un saumon.
Sur la Laïta
des canoës kayaks naviguent
on rigole.
Sur la Laïta
je navigue entre les poissons
et les feuilles mortes.
Visa pour la mer-
Au-delà de l'eau d'ici
un saule ruisselle
Sur le chemin Krebs
je joue et je regarde le cygne,
joyeux.
Parc des Gorets
je joue sur la structure et
je vois la rivière.
Dans la rivière,
des poissons petits et grands nagent
des personnes pêchent.
Rivière bleue
Je vois une libellule.
Oh ! Joli bleu !
Martin pêcheur
je vois son bleu magnifique.
Oh ! Bel oiseau !
Rivière fraîche
je plonge dans l'eau.
An ! L'eau transparente !
Les clapotis de l'eau
le soleil nous éclaire
la joie en été.
Sur le vieux torchon,
notre panier, on déjeune
au bord de l'eau douce.
Chant de la rivière
le martin pêcheur à la Mothe,
un poisson dans le bec.
Une belle journée
ma main dans l'Ellé
le vent me chatouille.
Soleil brillant
la rivière vibre
soudain, le courant !
Sous le pont
un petit canard va et vient
solitaire.
Au printemps, des pétales tombent
sur l'eau chaude, et délicate
le reflet du soleil.
Couple de canards
pour éviter la cascade
ils déploient leurs ailes.
Dans mon beau kayak
une sangsue sur la main
je la secoue !
La rivière transparente
attire les touristes
terreurs des poules d'eau !
Au son du ruisseau
les loutres sauvages
effrayent les poissons.
Marée haute
les baigneuses rigolent
les pêcheurs indifférents.
On nous regarde,
touristes en barque,
stupéfaits.
Les libellules
attirées par les fleurs
au bord de la Laïta.
Au courant de l'eau
nous passons à vélo
un ragondin !
En randonnée
la rivière nous rattrape -
vite, la marée haute !
Belle journée d'été
je souffle sur l'eau.
Oh ! Une libellule !
Rive de la Laïta
les poissons nagent.
Que c'est joli !
Feuille rouge
sur l'eau transparente,
un cygne s'envole.
Clapotis de l'eau
une sensation de peur...
Un saumon surgit !
À Kernault
mon chien saute dans l'eau
j'ai peur.
Le clapotis des vagues
contre les pierres,
une grenouille plonge !
En automne
un cygne sur l'Isole
mon chien aboie.
Au printemps
les pieds dans l'eau froide
je frissonne.
Bruit doux de la rivière
j'entends le chant du pivert -
la nage calme du brochet.
Pieds dans l'eau fraîche -
les grenouilles sautent
près de moi.
Sous le vent d'hiver
il s'élance dans l'eau froide
mon hameçon bredouille.
Mon cheval saute
Plouf dans la rivière -
mouillés tous les deux !
Un soupir d'épuisement
le saumon remonte
je sens son souffle.
Le vent me chatouille
l'odeur de l'eau
les roseaux mouillés.
Près de la rivière
mon chien Laïta fait fuir
le grand cygne blanc.
L'eau de mon corps
et l'eau de la rivière
même langage
feuilles d'automne
dans le lit de la rivière
mon Coeur en friche
L'eau de la rivière
glisse sur la roche calcaire
patine du temps
l'eau de la rivière
glisse sur la roche calcaire
patine du temps
Rivière tranquille
la friture sur la ligne
de ma canne à pêche
Autour de son cou
la rivière de diamants
encore plus belle
Même la rivière
quand elle sort de son lit
étire ses bras
Au bord des rochers
promenade avec Papa et Maman
un renard caché.
Aux Roches du Diable
un martin pêcheur plonge
pour pêcher une truite.
Au bord de la rivière
je regarde les poissons
au printemps.
Douceur d'été
reflet des arbres dans l'eau
quelle beauté !
Au bord de la rivière
les libellules volent, les poissons sautent -
magnifique paysage.
À Paris, des poissons
suivent une poule d'eau
qui fait son nid.
Un ragondin nage
une libellule vole
dans le ciel.
À l'étang de Rosporden
les canards mangent du pain
aux saisons chaudes.
Super ballade à poney
un ragondin dans la rivière
nous attend, éblouis.
Au moulin de Kergoz
allongé dans l'herbe
je regarde les libellules.
À Pont-Aven
un cygne nage dans la rivière.
Matin d'été.
Des oies sur la rivière
Mon chien aboie, vite,
je lui donne un bâton !
À Paris, un étang
cinq canards dans un parc
en ligne.
Avec un hameçon
je pêche des truites -
soleil.
Soleil
un ragondin nage dans l'étang -
l'eau est précieuse.
Rivière : Papa
et mon chien O'Maley se promènent.
Cri de la chouette.
Assise sur un rocher
je vois des libellules et des poissons
la nature est tellement belle !!!
Allongés dans l'eau
on regarde les libellules :
une centaine, au moins !
Au printemps,
je vois un canard
quelle chance !
Mon bateau en feuilles
part dans les égouts
les libellules le regardent.
À la belle saison
le martin pêcheur
mange un poisson.
À Paris
un ragondin nage
dans la Seine.
L'eau est froide
on la touche
le chien la boit.
Une oie sur l'Ellé
aux Roches du Diable -
début d'été.
À la rivière
je pêche un poisson, et
j'en suis fier.
Je pêche un bar dans la rivière
et un martin pêcheur m'observe,
jaune et bleu.
Sur le lac
un ragondin mort -
on passe en voiture.
Une grenouille
et un canard nagent
... je ne sais plus où !
Nénuphars et roseaux
se reflètent
dans la rivière.
Près du moulin
un martin pêcheur
pêche un poisson.
la libellule
d'une rive à l'autre
en silence
sous la mousse
le murmure de l'eau
présage de rien
musique de l'eau
du cours d'eau de montagne
l'heure du café
Sur le pont
je regarde une salamandre
jaune et noire.
Je suis content,
j'attends le feu d'artifice
et ça brille !
Devant la rivière
le saumon fait chanter
les vagues.
Aux Roches du Diable,
en éclaboussant tout le monde,
je saute dans la rivière.
Sur mon optimist
avec Papa, on regarde
une araignée d'eau.
Sur l'Ellé
les saumons sautent librement
beauté infinie.
Sur la Laïta
avec Maiwenn et Liam
on a vu un saumon.
Sur le Dourdu
le cygne et ses deux bébés
me regardent sans arrêt.
Sur la Laîta
passent une bergeronnette
et une poule d'eau.
A la Mothe
avec un bout de branche,
on fait un radeau.
Sur la Laïta
je regarde les saumons
sauter en été !
Sur le Scorff
le ragondin fait sa toilette _
il est rigolo !
Dans la rivière
un canard et ses canetons
descendent l'Ellé.
Le long du ruisseau,
devant les châtaigniers
un cygne me fixe du regard.
Le reflet vert des arbres -
ma pause au bord de la rivière,
les cygnes passent.
Feu d'artifice
les fusées montent très haut
et tombent dans la rivière.
A la nuit tombée
les lucioles s'allument
et éclairent la rivière.
Sur la Laïta
le feu d'artifice se reflète
c'est magnifique.
Un martin pêcheur
prend son envol
pour la pêche.
Devant le Blavet
une loutre sort de l'eau
et me regarde.
Sur la Laîta
le canard et ses deux petits
me regardent.
En Colombie
mon cousin pêche
beaucoup de poissons.
Aux Roches du Diable
on jette des pierres dans l'eau,
la famille au complet.
Avec mon chat
Terton, je pêche au moulinet :
une truite !
Avec papa
on regarde des poissons
et des araignées d'eau.
A vélo
avec mon frère, on s'arrête
près de la rivière.
Sur la Laïta
un martin pêcheur
gobe un poisson.
Ma soeur
pêche un gros brochet -
elle a peur !
Sur un kayak
dans l'eau verte et plate
doucement, on avance.
L'été,
aux Roches du Diable,
je saute d'un rocher !
Sur le chemin Krebs
je joue et je regarde le cygne,
joyeux.
Les feuilles d'automne,
de toutes les couleurs, tombent
près de mon kayak.
A l'ombre du saule
la libellule vole -
je regarde la rivière.
Avec Mamie
on lance des petits bâtons
dans la rivière.
Sur la Laïta
reflets des feux d'artifice
multicolores.
C'est l'été
les poissons montrent leurs dos
dans la Laïta.
Coupe du monde :
tout le monde saute
dans la Laïta !
Maman et moi
entre les rochers, du bateau
on a vu la rivière.
Avec Papa à Quimperl
dans la rivière près du pont
on a vu des poissons.
De la voiture de Lina
je vois un chien qui saute
dans la Laïta !
Près de la Laïta
je vois une étrille
qui se cache.
Une pie vole
sur le bord de la rivière -
Achille et moi, on regarde.
En famille
sur la rivière, au moteur,
on voit un ragondin !
Les filles de Quimperlé
lavent leurs belles robes
dans la rivière.
Le méchant canard
poursuit les gentils canards
sur la rivière.
Un soir, sur la Laïta
avec Papi dans le bateau :
des gros poissons !
C'est l'été
les ragondins se baignent
dans l'Ellé.
Au Portugal
une libellule se transforme
je nage, et je la vois.
Dans la rivière
il y a des poissons blancs et gris
hors de l'eau.
Sous le soleil
une loutre sur son caillou
attend les possons.
Les castors canadiens
cassent les grands barrages,
fous de colère !
Sur leur kayak,
ils descendent la Laïta
mes parents, ces héros.
Avec Papi et Mamie
en Martinique, sur la rivière
deux poissons volants !
En Turquie
des canards dans la rivière,
il y en a beaucoup !
Canards et ragondins
plongent pêcher dans la Laïta
la nuit.
Au pied de l'arbre
tranquille avec son copain
le castor nage.
HERBES,MOUSSE,ARBRES T'ENTOURENT
RIVIERE
LA VIE
SUR LA ROCHE TU GLISSES
CLAPOTIS
SUIS TON COURS
SEVE DE LA TERRE
RIVIERE TU COULES
FIN DE L'HIVER
Je regarde un pêcheur,
au bout de sa canne à pêche,
un saumon !
Avec ma mamie,
j’ai vu un ragondin
avec ses trois petits.
Feu d’artifice
à Quimperlé, sur la Laïta -
trop belle, la rivière !
En kayak
je vois un canard bleu
nager sur la Laïta.
Moulin de la Mothe -
la première dans l’eau,
je rigole !
Les beaux canards bleus -
je passe avec mon kayak
et l’eau s’envole.
En kayak
je reste à regarder
la cabane dans l’arbre
Fin de la séance
près de la rive à la Mothe
je tombe du kayak.
Tous au kayak,
la maîtresse prend des photos,
et moi, je rigole !
Canards et canetons,
jeux de balles, j’aime le bruit
des pagaies dans l’eau
Au bord de la Laïta
je jette mon poisson
et je rentre chez moi
En canoé,
avec ma sœur, on a vu
une loutre !
Après-midi d’été,
baignade dans la rivière -
une libellule !
Devant le moulin
où la cascade résonne
je passe en kayak.
La balle dans l'eau
mon kayak penche, et...
je tombe !
En portant mon kayak
j'écrase une limace
Beeeerk !
Sur les rochers
je m'amuse beaucoup
à lancer des cailloux.
Sur la rivière
à côté des vestiaires,
j'ai vu un ragondin.
À côté de mon kayak
passe un canard -
on se regarde.
Dans la rivière
tout à coup, comme un éclair
Ilan est tombé.
Aux Roches du Diable
on se ballade avec Max,
mon chien noir.
Les autres mangent, jouent
au ping pong, dans la rivière
je nage, seul.
Dans la rivière
une loutre plonge à la poursuite
d'un poisson pressé.
Les petits poissons
dans la rivière rocheuse
fuient les pêcheurs.
En suivant la rivière
j'entends le vent
qui me surprend.
Une libellule
sur ma canne, et un saumon
qui saute !
j'entends la chouette
hululer, les poissons plonger
dans la nuit noire.
Ho, la Laïta
que puis-je faire...
pour te redonner tes poissons ?
Bruit de l'eau -
Un poisson dans son bec,
le martin pêcheur.
Au bord de la Laïta
une bergeronnette pressée
ne nous voit même pas.
Pas de feuilles
ni de chaleur, seulement
le reflet du paysage.
la corneille, corbeau volant,
vient de se poser sur le bord
de la Laïta.
Poissons qui passent
sous le pont de la Laïta
vitesse étonnante.
Mon arbres est là
les étoiles scintillent
dans l'eau le soir.
Au printemps, avec Maxime
je regarde
les nombreuses truites.
Trottinettes qui roulent
rivière agitée
aucun bruit.
Écrire un haiku
sur la rivière :
mais comment faire ?
Sur le chemin bleu
on cherche des réponses
pour réussir.
De l'autre côté de la riivère
le chevreuil broute,
seul.
Un chien voit quelque chose
de l'autre côté de la rivière,
mais quoi ?
Au bord de la rivière
je marche avec mon chien
le vent souffle sur les plantes.
Toutes les fleurs
s'éveillent pour célébrer
le printemps.
Autour de l'étang
on peut entendre
le vent.
Ô le bruit de l'eau -
s'aventurant dans le courant,
le petit ragondin.
Des milliers de poissons
arrivent en colonie, puis
disparaissent d'un seul coup.
Sur leur barque
des pêcheurs calmes regardent
des libellules.
Sur le courant de la rivière
je vois les feuilles jaunes
partir au loin.
Quarante degrés
deux heures de vélo -
enfin, on se baigne !
Toute la famille
au bord de la rivière
j'ai hâte.
À contre sens
la libellule contre le vent,
le courant froid.
Dans la rivière
des canoës, paddles, kayaks...
et je me renverse !
Sur le barrage
des ricochets dans le silence
et le grand soleil.
Dans le courant
aux Roches du Diable
l'eau fraîche.
Le solil chauffe
l'eau fraîche qui court
sur les pierres.
Sur le bord de la rivière
des ricochets
sur les reflets de l'été.
Je jette des bâtons -
silence au bord de l'Ellé
et grand soleil.
Grosse surprise :
promenade près de l'Ellé,
un ragondin !
Posé sur l'eau
le reflet du soleil
illumine la rivière.
J'entends le bruit
des courants m'emporter
dans mes souvenirs.
Au Moulin blanc,
je saute dans l'eau...
Une truite !
En été
je vois le poisson sauter
pour attraper sa proie 2
En été,
je vois le poisson sauter
pour attraper sa proie.
Par une belle journée
à côté de la rivière
je saute dans l'eau chaude.
Sous le pont
la coulée douce
de la Laïta.
Le soleil illumine
l'eau de ses rayons, sous l'eau,
nagent les poissons.
Le soleil chauffe
l'eau est bonne
et fraîche.
Sous le pont
le chien saute
dans la rivière.
Calme de la rivière
entre mes deux chiens
et cet oiseau.
Le soleil se couche
sur le rivage
et l'eau fraîche.
Dans l'eau, je nage
en regardant des poissons
dans les rochers.
Un poisson dans l'Ellé -
je crie très fort :
un saumon !
Demi lune qui cherche
à éclairer l'eau qui fuit -
cri de la chouette.
Cul blanc du chevreuil
dans la prairie de la rivière :
exhibitionniste !
Mousse blanche sur l'eau
soir de novembre, faut-il taire
la mort de la rivière ?
Avec mon père et ma soeur
en été sur le kayak -
c'est super !
Dans mon kayak
la branche d'automne barre le chemin
sur la rivière des rêves.
Au bord de la rivière
l'eau calme se dandine
comme mon popotin.
Avec mes cousines,
nos pieds dans la rivière -
j'ai failli tomber.
Dans la rivière glacée
je nage jusqu'au rocher -
une libellule comme un éclair.
Mon père surveille
les pompiers sur une bouée
Raid de l'Ellé.
À la Mothe avec Manon
on regarde la rivière
et on rigole.
Mouvements d'eau
gelée sur les rochers
bain glacé.
Au bord de l'Isole
Papa et Maman sont gelés
Plouf ! Je tombe à l'eau.
Dans la rivière
mon frère, "Albert reporter",
filme les poissons.
À la Mothe avec mes copains
une grenouille saute sur le kayak -
ils crient, je ris.
Bataille d'eau,
je mange un Sunday
aux Gorrets.
Je pêche avec ma canne
l'étendue infinie des reflets
de la rivière.
Les pieds dans l'eau
avec mes parents, puis
je bute contre une pierre...
Rivière alpine
Je regarde les arbres et le soleil -
magnifiques reflets.
À vélo, aux Gorrets
Maman prend la photo
du cygne, tranquille.
Quel bel endroit,
les Roches du Diable,
sandales aux mains.
Bruits de cascade
la Laïta me parle, - derrière,
mes parents, indifférents.
Sur la berge
je cours vite pour rattraper
le ragondin.
Au coeur de la forêt
Papa retourne mon kayak -
Comment en sortir ?
Sur mon banc je scrute
le saumon qui plonge face à moi
comme un oiseau.
Ma chienne regarde
les oiseaux avec envie
sur la rivière.
Première séance de kayak
on écoute le moniteur
j'ai peur.
Quoi de mieux
que de faire du kayak
sur la rivière ?
être magique et pur,
le ventre rond
dégueule les saletés après Quimperlé.
Reflets argentés
corps nu pénètre dans l'onde
pudique écharpe de brume.
Soupir automnal
friselis de l'onde atteint
ta peau délicate.
Reflets argentés
Corps nu pénètre dans l'onde
pudique écharpe de brume.
Rivière aurifère
Dans son courant charrie
l' or du couchant.
rivière au couchant
un rouge-gorge éteint
le soleil de sa voix
galet à la main
mon regard ricoche
d’étoile en étoile
toutes les rivières
dans le bleu de ses yeux
le nouveau-né
rivière immobile
les fugaces morsures
des gouttes de pluie
Rivière gelée
à petits pas
marcher sur l’eau.
Papillon mort
loin la rivière
jusqu'à la mer.
Ils ne l'attendaient pas
si près de leur lit
la rivière en crue.
petit pont de bois~
d'un sursaut de la rivière
accouche un silence
concert vibratoire~
rivière et forêt s'accordent
pauses et silences
boîte d'aquarelles~
dans les bleus de la palette
la rivière babille
vacances au Québec
arrivée à Trois-Rivièreson
je n'en vois qu'une!
ruisseau de Pont-Chrits
sans bateaux, ni filets
un pêcheur à pieds
vacances au Québec
rrivée à Trois-Rivières
je n'en vois qu'une!
nuit de canicule -
la carpe si lentement
sur son lit d'étoiles
Sécheresse -
les enfants pataugent
dans les feuilles mortes
Paris sous la brume -
des mégots noyés de ciel
dans le caniveau
entre deux orages
discussion entre voisins ~
le torrent gronde
cinq ricochets ~
la pierre en vol dans l'eau
de la rivière
Nymphéas de Monet ~
un couple attend son tour
pour une baignade
pleine nuit -
dans le silence du hameau
l'Aveyron murmure
vieux chênes verts -
entre chaos et racines
le chant du torrent
fin de carême
le héron guette
des tanches meilleures
tout petit matin
la rivière trimbale encore
des éclats de lune
rivière à l’aurore
au-dessus d’elle musarde
sa jumelle de brume
la rivière gelée
dans les bottes rembourrées
de grosses chaussettes
L'eau la traverse
eau de bain, eau de vaisselle,
elle pleure.
Pieds dans l'eau, elle trône,
se fout du froid, de la pluie -
l'osmonde royale.
Paillettes du soleil
au milieu de la rivière
le grand cormoran.